Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau bureau politique avalisé
FLN : Réunion du comité central
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 08 - 2020

Le Front de libération nationale (FLN) a convoqué samedi une session ordinaire de son comité central. Au menu de cette session, la présentation du bilan du nouveau secrétaire général du parti depuis son élection le 30 mai dernier, présentation des propositions du parti dans le cadre de la révision de la Constitution et l'annonce de la liste des membres du bureau politique pour sa validation par les membres du Comité central.
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - Ce samedi, au cours d'une session à huis clos au Centre international des conférences à Club-des-Pins, le FLN vient de se doter d'un nouveau bureau politique qui comporte une liste de 18 membres proposée par le secrétaire général Baâdji Abou Alfadhel et avalisée par le comité central. On y trouve des noms du cercle qui a joué un très grand rôle dans la mise à l'écart de Mohamed Djemaï, l'ancien secrétaire général, considéré comme le symbole de l'intrusion de l'argent en politique. On y trouve ainsi l'ancien président de l'APN, Saïd Bouhadja, l'ancien ministre Mahmoud Khoudri ou encore le SG de l'UNPA, Mohamed Alioui, ainsi que deux femmes dans la nouvelle composante de ce bureau, en l'occurrence Farida Illimi et Naïma Boucif. Il apparaît clairement que Baâdji a privilégié l'expérience dans son choix de ce nouveau BP. Dans son intervention devant les membres du comité central, Baâdji a mis l'accent sur le renouveau du parti qui a perdu de sa crédibilité auprès de la population, ce qui a conduit à l'appel à la «mise au musée du FLN en tant que patrimoine commun aux Algériens», en raison des agissements de l'ancienne composante, promettant de réinstaurer la «confiance et l'espoir» dans un discours aux accents d'allégeance et de soutien au Président Tebboune en lui offrant toutes les assurances du parti, pour la contribution du FLN à accompagner les efforts du chef de l'Etat dans la lutte contre la corruption, le détournement de deniers publics et le blanchiment d'argent. De même que le soutien «des efforts du gouvernement visant le redressement de la situation économique et de son plan de sortie de crise.
La recherche des « bonnes grâces » du président de la République apparaît clairement quand le nouveau SG du FLN cite les faits intervenus ces dernières semaines, comme les coupures d'électricité et d'eau, les incendies de forêt, la pression sur les guichets de poste, qui s'inscrivent dans le cadre d'un «complot visant à saper les efforts du président de la République».
Par ailleurs, le SG du FLN accuse «certaines parties», sans les citer, de «diaboliser le FLN pour l'éloigner du paysage politique», pour rappeler, encore une fois, les appels récurrents en faveur de la mise au musée du parti.
Abordant la question du référendum sur la révision de la Constitution du 1er novembre, Baâdji Abou Al Fadhel lance un appel à toute la classe politique pour faire du prochain référendum constitutionnel l'occasion d'« un nouveau départ pour une Algérie nouvelle», faisant savoir que la commission ad hoc mise en place par le parti a fait pas moins de 101 propositions d'amendements qui «reflètent le potentiel du patrimoine du FLN. Le FLN détient la majorité numérique avec plus d'un demi-million de militants adhérents», fait-il savoir. Et pour revenir à ces attaques contre l'ancienne composante dirigée par Djemaï, il dira que le parti ne profite pas du poids politique qui est le sien. «Le parti a accueilli les opportunistes pour occuper les premières loges des candidatures», traduit bien la volonté du nouveau SG de FLN à enfoncer encore plus l'équipe de Djemaï. Et d'ajouter que pour un parti qui compte 120 mouhafadha et 1 700 kasma, «les caisses se retrouvent vides, et nous n'avons pas aujourd'hui de quoi payer les permanents du parti», insiste-t-il.
Baâdji avoue enfin clairement que «les anciens responsables ont spolié la décision du parti, éloigné ses compétences et ruiné sa relation avec le peuple».
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.