Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation
Le ministre du commerce met fin aux spéculations
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2020

L'intention des pouvoirs publics est clairement affichée depuis le dernier Conseil des ministres. Bientôt, tout engagement financier dans l'importation et toute transaction en devises seront soumis à l'approbation préalable du Conseil du gouvernement. Ceci, dans le but déclaré de «protéger le produit national, encourager sa consommation au niveau local et préserver les réserves de change».
Une décision qui a de quoi faire frémir des entrepreneurs qui doivent pour beaucoup leur existence aux importations de matières premières et autres intrants. Désormais, si l'on s'en tient à la recommandation en question, une décision administrative, avec tout ce que cela suppose comme tracasseries, sera requise pour faire tourner la machine de production, déjà rudement mise à mal. En même temps, il est dit que les mêmes pouvoirs publics ont décidé d'écarter le retour aux fameuses licences d'importation, selon le ministre du Commerce qui s'exprimait jeudi, pour aborder l'autre volet du commerce extérieur : l'exportation. Si pour l'importation, la règle est donc en voie d'être établie, avec la décision de suspendre tout engagement financier à l'approbation du Conseil du gouvernement, pour l'exportation, en revanche, les autorités du pays s'en remettent à ce que le ministre du Commerce appelle «l'allègement des formalités administratives pour soutenir les opérateurs économiques». Dans cette optique, son département travaille en concertation avec le ministère des Finances «pour introduire des amendements ayant trait au Fonds spécial pour la promotion des exportations (FSPE), créé en 1996, en vue d'orienter l'appui financier aux exportateurs algériens qui promeuvent leurs produits sur les marchés extérieurs».
Les amendements en question visent à simplifier le dossier d'indemnisation des exportateurs dans le cadre du FSPE à partir de 2021. Les mesures en étude avant leur présentation devant le gouvernement concernent également, selon le ministre, le soutien financier aux exportateurs à travers la révision des montants et des taux à même de servir et d'encourager l'exportateur à accéder aux marchés étrangers.
La numérisation et l'allègement des formalités administratives rendront plus aisé le remboursement aux exportateurs d'un taux déterminé des frais de transport des biens et des marchandises ou des dépenses de leur participation aux foires spécialisées à l'étranger, promet-on. Une partie des frais du transport international des marchandises, fixée à 50%, est à la charge du FSPE. En plus du remboursement des frais de transport maritime international, un remboursement des frais du transport terrestre a été décidé en 2019 pour l'encouragement des échanges commerciaux avec le Mali, le Niger et la Mauritanie.
Pour l'heure, les exportateurs empruntant les voies du fret aérien et maritime s'acquittent de la totalité des frais de transport, en attendant un remboursement partiel de la part du ministère, du fait que les conventions avec la compagnie aérienne nationale et le transporteur maritime ne sont pas encore entrées en vigueur.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.