Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali
L'APN saisie officiellement jeudi
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2020

Deux demandes de levée d'immunité parlementaire ont été introduites cette fin de semaine auprès de l'APN. Elles seront étudiées par une commission spécialisée avant de faire l'objet d'un vote qui déterminera le sort des deux députés concernés.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La première demande était totalement inattendue et concerne le président du RCD, qui a appris la nouvelle comme le reste de l'opinion publique. Officiellement, on ignore encore les raisons qui ont motivé cette démarche puisque Mohcine Belabbas n'a pas encore reçu la lettre dans laquelle sont normalement contenues les informations relatives à l'affaire le concernant.
Hier vendredi, durant le conseil national tenu par le RCD, il a été fait brièvement état de la situation, et décision a été prise de laisser le CN ouvert pour suivre le développement du dossier. Aucune réaction officielle du parti n'a été rendue publique depuis cette annonce, mais en réponse aux journalistes qui l'ont interrogé hier, Mohcine Belabbas a qualifié l'affaire de «cabale politique contre le parti».
Cette affaire a suscité énormément de réactions sur les réseaux sociaux où partisans du RCD et citoyens s'interrogent, décrient, dénoncent ce qu'ils considèrent comme étant une épreuve supplémentaire infligée à un homme engagé dans une lutte sans merci pour un changement tel que le conçoit le Hirak.
Présent au premier front à la tête des manifestations qui ont démarré le 22 février 2019, Mohcine Belabbas a imputé les nombreux ennuis auxquels il a eu à faire face à cet engagement et les interprète comme des pressions exercées à son encontre. L'une des affaires en question se trouve d'ailleurs depuis plusieurs mois entre les mains de la justice. Elle est liée au décès d'un ressortissant étranger travaillant sur le chantier d'une construction privée.
Les faits sont survenus au début des années 2000, mais le dossier a été réactivé en juin dernier, date à laquelle le parquet d'Alger a rendu public un communiqué précisant que la victime «n'avait pas d'autorisation de travail». Durant la même période, le président du RCD a été convoqué par la gendarmerie qui l'a écouté.
La seconde demande de levée d'immunité parlementaire concerne l'ancien ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali. Les avocats de ce dernier se sont dit eux aussi étonnés de la démarche entreprise, et affirment que le concerné n'a, lui aussi, rien reçu pour le moment. Ce que ne comprennent pas les membres de son collectif de défense est que Abdelkader Ouali a déjà fait l'objet d'une demande similaire en février dernier. Cette demande a été rejetée lors d'un vote des députés qui se sont exprimés majoritairement (201 voix pour et 43 contre) contre la levée de l'immunité parlementaire de Abdelkader Ouali. Ce dernier est poursuivi pour des faits qui remontent à 2008, alors qu'il occupait la fonction de ministre des Travaux publics. Ce dernier a été déjà convoqué par la Cour suprême où le juge d'instruction a ensuite adressé aux instances compétentes une correspondance faisant état de l'immunité parlementaire dont jouissait le concerné.
Hier vendredi, ses avocats s'interrogeaient, de ce fait, sur les raisons qui ont motivé l'introduction d'une nouvelle demande du genre. Pour l'heure, aucune information n'indique si cette demande concerne un nouveau dossier ou l'ancienne affaire.
Ce qu'il faut savoir est que les multiples demandes du même genre introduites par le ministère de la Justice ont induit une situation peu ordinaire au sein de l'APN où les députés avaient décidé, en mars dernier, de ne plus voter en faveur du retrait de l'immunité de leurs collègues sans que des preuves suffisantes soient présentées.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.