Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Diego...    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence
ETATS-UNIS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2020

Manifestations et statues de «généreux donateurs» déboulonnées : le mouvement antiraciste «Black Lives Matter» a poussé les musées à s'interroger sur leur rôle et à sortir d'une forme de silence qui leur était reproché.
«Les musées ne sont pas neutres», affirmait, en juin, dans une tribune, le Conseil international des musées (ICOM), qui rassemble quelque 30 000 membres. Ils «ont la responsabilité et le devoir de lutter contre l'injustice raciale (...), depuis les histoires qu'ils racontent jusqu'à la diversité de leur personnel».
Après la mort de George Floyd en mai aux Etats-Unis, lors d'une arrestation par la police, le mouvement «Black Lives Matter» a interpellé de nombreuses institutions, notamment culturelles, pour réclamer du changement et une meilleure représentation. Le Metropolitan et le MoMa à New York se sont fendus de tribunes pour exprimer «leur solidarité envers la communauté noire». En Grande-Bretagne, le British Museum a très symboliquement retiré de son piédestal le buste de son fondateur Hans Sloane, qui s'était enrichi dans le trafic d'esclaves, et l'expose désormais dans une vitrine. En France, les réactions ont été plus timides et le débat a été accaparé par la question du déboulonnage de statues. Cela «révèle la difficulté de la France à faire face à son passé colonial», estime Françoise Vergès, politologue et présidente de l'association «Décoloniser les arts».
Soif de musées vivants
Mais «les publics ont soif de musées vivants, qui nous racontent une multitude d'histoires plutôt qu'étrenner une multitude de variations de la même histoire», observe Cécile Fromont, professeure d'histoire de l'art à l'Université de Yale (Etats-Unis). l'image de l'exposition sur la représentation des figures noires dans la peinture (Le modèle noir) à Orsay, qui a attiré 500 000 visiteurs en 2019.
Certains établissements se sont saisis du sujet, comme le musée d'Aquitaine à Bordeaux qui a relayé l'appel «à collectivement décoloniser nos musées». «L'assassinat de George Floyd résonne fort», explique Katia Kukawka, sa directrice-adjointe, en estimant qu'un musée ne peut rester neutre sur un tel sujet. «On n'est pas là pour faire de la politique, mais porter un certain regard sur la société en tant que scientifiques», affirme André Delpuech, anthropologue et directeur du Musée de l'Homme, à Paris. Il en a profité pour rediffuser des articles et des podcasts relatifs à l'exposition «Nous et les autres» (2017), sur le racisme et les préjugés.
Le centre Pompidou s'est interrogé lui aussi cet été sur ce que «peut faire la culture» face aux discriminations raciales. Pour son président, Serge Lasvignes, le centre d'art moderne doit marquer une rupture avec le «musée-sanctuaire» et s'éloigner de l'histoire de l'art occidentale, avec des expositions comme «Global(e) résistance» (jusqu'en janvier), avec des points de vue d'artistes venus «des pays du Sud».
Miroir de la société
Si le Louvre ne s'est pas publiquement exprimé sur le mouvement Black Lives Matter, sa direction assure «aborder les problématiques et enjeux contemporains». Et de rappeler les initiatives existantes, qui visent à déconstruire les préjugés, comme les visites organisées en 2018 par la Fondation Lilian Thuram contre le racisme au musée Delacroix (sous tutelle du Louvre). Dans les lieux de création, comme le 59, rue de Rivoli, le soutien au mouvement antiraciste ne fait guère de doute, une banderole «Black Lives Matter» étant déployée depuis le printemps sur la façade du bâtiment, en plein Paris. Une initiative qui n'aurait pas eu lieu sans la présence d'une jeune artiste, elle-même victime de discrimination raciale, souligne Gaspard Delanöe, cofondateur du lieu. «Les musées sont des miroirs de la société. Si dans ce miroir on n'aperçoit aucune diversité, il y a un problème», estime celui qui défend une politique de diversité pour dénicher de nouveaux artistes.
Pour les professionnels dans les musées, il s'agit encore d'un vœu pieux. «Je n'ai jamais reçu de candidats de couleur au poste de conservateur», constate Serge Lasvignes, pour qui le concours d'entrée est élitiste et nécessiterait «de vraies mesures de discrimination positive». «La société bouge beaucoup plus vite que les institutions qui restent frileuses par rapport à ce mouvement», résume Françoise Vergès. Celle-ci a récemment recueilli des témoignages de danseurs de l'Opéra, «autre forteresse» culturelle, appelée à sortir du silence sur les questions liées au racisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.