Ligue 1: Le live des rencontres de la 2ème journée    Feghouli se plait dans son nouveau poste au Galatasaray    OGC Nice: Vieira, c'est bien terminé (officiel)    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Tottenham, Naples et Lille touchent au but    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer
CINEMA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2020

Après des semaines de spéculation médiatique, la star de Bollywood, Sanjay Dutt, confirme qu'il est atteint d'un cancer.
La vie de Dutt a été tellement colorée et tragique qu'elle a fait l'objet d'une biographie filmée. «Voilà une nouvelle cicatrice qui vient marquer ma vie, mais je vais la surmonter. Je vais bientôt guérir de ce cancer», affirme Dutt, 61 ans, en montrant une cicatrice qui part de son sourcil gauche et traverse sa tête, dans une vidéo publiée sur Instagram mercredi dernier, par Aalim Hakim, coiffeur de Bollywood. Dutt a également annoncé qu'il commencerait le tournage de son prochain film K.G.F : Chapitre 2 en novembre. En août, Dutt avait fait une déclaration sur les médias sociaux disant qu'il «prenait une courte pause pour suivre un traitement médical».
L'acteur indien, surnommé «Deadly Dutt» (ou Dutt le fatal), a été en prison pour possession d'armes fournies par des gangsters responsables d'attentats à la bombe à Mumbai en 1993. Il a également combattu la toxicomanie. Dutt a connu la gloire au milieu des années 80 dans une série de films d'action dans lesquels il a réalisé ses propres cascades, d'où son surnom. Mais la star était également aux prises avec des problèmes de toxicomanie, notamment d'héroïne et de cocaïne, qui auraient été provoqués par la douleur de la perte de sa mère, l'icône indienne Nargis Dutt, morte d'un cancer. Après une période de repos, il revient en force avec une série de succès à la fin des années 1980 et au début des années 1990, dont Jeete Hain Shaan Se (Une vie avec style), Saajan (Ma bien-aimée) et Khal Nayak (Le Vilain). Mais sa vie a pris une tournure dramatique lorsqu'il a été arrêté à la suite des attentats à la bombe orchestrés à Mumbai, alors appelée Bombay, en mars 1993, qui ont fait 257 victimes.
Dutt a finalement été condamné en 2006 pour détention d'armes fournies par les chefs de la mafia qui ont perpétré les attentats. Les attentats ont été suspectés d'avoir été mis en scène par des personnalités du monde souterrain musulman en représailles aux émeutes religieuses qui ont fait des morts, principalement des musulmans, suite à la destruction d'une ancienne mosquée dans le nord de l'Inde. Il a initialement été condamné à une peine de six ans et a passé 18 mois en prison avant d'être libéré sous caution en 2007, dans l'attente d'un appel. En 2013, sa condamnation a été confirmée, mais la peine de prison a été ramenée à cinq ans, et il a été renvoyé en prison avant d'être libéré début 2016. Dutt a été marié trois fois. Sa première femme, Richa, a été diagnostiquée avec une tumeur au cerveau en 1987 et est décédée en 1996. En 2018, le film Sanju a documenté la vie de
Dutt ; avant ses débuts à Bollywood dans le drame romantique Rocky en 1981 jusqu'à sa sortie de prison en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.