Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt
AIN-SEFRA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2020

L'association culturelle Safia-Kettou d'Aïn-Sefra a commémoré ce jeudi 22 octobre, le 116e anniversaire de la disparition tragique d'Isabelle Eberhardt.
Journaliste et écrivaine, elle périt, rappelons-le, sous les décombres suite à l'effondrement de sa maison, dans la crue de l'oued-Sefra, le 21 octobre1904 et fut enterrée selon le rite musulman au cimetière Sidi-Boudjemaâ de Aïn-Sefra. Appelée communément Si-Mahmoud pour son uniforme masculin en cavalier arabe, Isabelle Wilhelmine Marie Eberhardt est née le 17 février 1877 à Genève, d'origine russe et suisse, elle vint dans la région de Aïn-Sefra en tant que journaliste d'El-Akhbar et de la Dépêche algérienne, quelques jours seulement avant le maréchal de France, Louis Hubert Lyautey, dépêché en 1903 pour commander la subdivision de Aïn-Sefra et superviser les troupes coloniales, à la suite des évènements sur les razzias de ksar Sfissifa, le siège de Taghit, et la bataille d'El-Moungar (insurrection de Cheikh Bouamama).
Le 116e anniversaire de sa mort a été commémoré sous le thème «Isabelle, et sa défense des droits des Algériens, du temps du colonialisme». Dès ses premiers pas en Algérie, elle s'est insurgée contre les comportements inhumains des troupes coloniales et dénoncé leurs agissements. Son regard n'allait se poser ni sur l'orient des richesses ni sur celui des mirages, il n'allait qu'à l'orient des réalités quotidiennes à «ceux qui n'ont rien et à qui on refuse jusqu'à la tranquillité de ce rien». Elle ne racontait de l'Algérie «rien de ce qui aurait pu plaire au colonialisme». Relève-t-on de ses écrits et des écrits de quelques écrivains et chercheurs à l'exemple d'Edmonde-Charles-Roux (décédée en janvier 2016), Mohamed Rochd (Jules-Kempf), Jean-René Huleu et Marie Delacour, Mohamed Maalaj, Brigitte Riera, Catherine Stoli-Simon...), et bien d'autres écrivains, historiens et chercheurs qui ont consacré leurs recherches sur cette énigme qu'est Isabelle Eberhardt.
Elle meurt à l'âge de 27 ans, lors de la crue subite et catastrophique de l'oued-Séfra, le 21 octobre 1904. Elle repose au cimetière musulman Sidi-Boudjemaâ à Aïn-Sefra, sur ce désert d'Algérie qu'elle a tant chéri. Qu'elle repose en paix.
B. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.