Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Syrie, un château des croisés tente de retrouver son lustre d'antan
Classé au patrimoine de l'Unesco
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2020

Construite par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, un ordre catholique militaire, l'imposante forteresse médiévale qui pouvait accueillir une garnison de 2 000 hommes se dresse sur une haute colline, dominant ses environs.

Armée d'une scie, Rana Jreij élimine les broussailles entre les pierres pluricentenaires d'un des plus célèbres châteaux des croisades. Objectif : requinquer le Krak des chevaliers, classé au patrimoine de l'Unesco, et le protéger des feux qui ont sévi récemment dans la Syrie en guerre.
Comme elle, des dizaines de volontaires, munis de râteaux, de pioches, de pelles et de balais, se sont mobilisés pour débroussailler le site du château, érigé au XIIe siècle dans la région centrale de Homs. «Cette citadelle, c'est nos souvenirs, notre mémoire et j'ai peur pour elle», confie Mme Jreij, 32 ans, les cheveux ramenés en arrière. Si les feux de forêt qui ont ravagé le centre et le nord-ouest de la Syrie à la mi-octobre ont été maîtrisés, ils ont eu le temps de détruire plus de 9 000 hectares de terres agricoles, d'oliveraies et de forêts, selon les Nations unies.
Avec les toutes dernières chaleurs estivales, le risque d'une reprise n'est jamais totalement écarté. Alors dans les étroits couloirs sombres de la citadelle, ses cours intérieures ou directement sur le flanc de ses épaisses murailles, des volontaires déblaient les branches mortes et la végétation touffue.
Au total, plus de 400 étudiants ont participé au chantier, explique Naji Darwiche, directeur d'un programme de responsabilité civique dans une université locale.
«Isolement»
Construite par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, un ordre catholique militaire, l'imposante forteresse médiévale qui pouvait accueillir une garnison de 2 000 hommes se dresse sur une haute colline dominant ses environs.
Dans une Syrie en guerre depuis 2011, cette position stratégique est finalement reconquise en 2014 par les autorités à l'issue de féroces batailles. «Le château avait fermé ses portes en 2012», raconte la directrice du site, Naïma Mouharatam, qui supervise les opérations de débroussaillage après avoir géré des travaux de restauration. Les combats avaient entraîné des dommages, notamment dans l'église et la Grande salle, célèbre pour ses colonnettes et ses voûtes inspirées par l'architecture gothique.
La restauration avait bien avancé, mais elle a été interrompue par les restrictions liées au nouveau coronavirus, qui ont aussi fait chuter la fréquentation du site rouvert seulement fin 2018. «En 2019 nous avions eu 23 000 visiteurs, cette année ils étaient 5 000 seulement», déplore-t-elle. «Le coronavirus a rétabli l'isolement de la citadelle», dit-elle. Heureuse de voir « la vie revenir » grâce aux volontaires qui ont investi les lieux, elle rêve du retour de la période faste des grands événements culturels. «J'espère que le jour viendra où j'assisterai à des concerts dans la citadelle, comme avant la guerre», soupire-t-elle.
«Venir du monde entier»
En 2013, alors que les combats faisaient rage, le Krak des chevaliers, mais aussi les ruines de Palmyre ou la vieille ville d'Alep ont été inscrits par l'Unesco sur sa liste du patrimoine en péril. A l'entrée de la Grande salle, Hazem Hanna ne se remet pas des dégâts essuyés par les voûtes gothiques qui se sont en partie écroulées. Mais «tant que les matériaux de base sont disponibles, on pourra les restaurer», tempère cet ingénieur chargé des travaux dans l'édifice.
La citadelle avait bénéficié en 2016 de l'aide d'archéologues hongrois pour restaurer, notamment, le clocher de l'église. Dans une Syrie qui peut se targuer d'avoir six sites inscrits au patrimoine mondial de l'Humanité, le gouvernement avait participé en 2018 au Salon international du tourisme à Madrid pour relancer le secteur.
Car, ces dernières années, les autorités ont consolidé leur emprise sur plus de 70% du pays morcelé et les combats ont globalement baissé en intensité.
Mais si des visiteurs venus du Liban, d'Irak ou de Jordanie voisine font facilement le déplacement, parfois pour des excursions d'un jour, les touristes occidentaux ont, eux, déserté le pays.
Darwiche, qui accompagne ses étudiants lors de leurs séances de volontariat, rêve, lui, de voir «les touristes venir du monde entier» car «la citadelle a hâte de retrouver ses visiteurs».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.