Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Robert Vallois, collectionneur passionné et mécène de l'art africain
Il a offert un musée au Bénin
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2020

Robert Vallois a offert un musée au Bénin et passe ses journées entouré de 800 statuettes du Congo dans son bureau du Quartier latin, au cœur de Paris : à 83 ans, le marchand d'art Robert Vallois vit ses passions comme un enchaînement d'heureux hasards.
Avec un collectif de marchands amis, il a monté le «petit musée de la Récade» (du nom des sceptres du royaume d'Abomey), au sein d'un centre d'art près de Cotonou. Ils ont donné l'argent pour sa construction et offert les récades royales qu'il abrite désormais. Le musée est ouvert depuis cinq ans et reçoit 500 visiteurs par mois.
Robert Vallois et ses amis avaient acheté, notamment en ventes publiques, ces sceptres ayant appartenu aux rois d'Abomey.
«C'est une initiative totalement impromptue, inorganisée, qui est partie comme ça», raconte-t-il, amusé, soulignant ses très bonnes relations avec ses interlocuteurs béninois.
«On a donné ce petit musée, on l'a garni. On n'a jamais parlé de restitution. C'est dans le droit fil de la pensée (de) maintenant, mais on ne savait même pas à l'époque. On n'abordait pas ça comme ça.» «On l'a fait avec le cœur, pas la tête. On est tombé dans le bain béninois, bain d'un pays d'artistes ; ça n'a rien coûté à personne, à part à nous», insiste-t-il, tirant sur un énorme cigare havane.

«Ma galerie me permet mes fantasmes»
L'œuvre de collection, insiste ce marchand rétif aux débats idéologiques, «appartient à tout le monde. Ça n'appartient pas à un peuple, pas à un Etat, c'est universel. Est-ce que c'est vraiment important de dire ‘‘c'est à moi'' ? Est-ce qu'il y a des désirs de revanche en disant ‘‘ça a été pillé'' ? L'important c'est que ce soit fait, montré et vu par le plus grand nombre».
Le contraste est saisissant rue de Seine, entre sa très chic galerie d'art déco au rez-de-chaussée et son bureau encombré, en haut d'un petit escalier qui craque : «Ma galerie, explique-t-il, me permet mes fantasmes.»
Les revenus qu'il en tire lui ont «permis de faire ce qu'(il) a fait au Bénin», raconte celui qui est arrivé à Paris en 1972.
L'art déco est sa deuxième passion. «Dans les années soixante-dix, nous étions une dizaine de passionnés qui avons réinventé un art des années 1915/20 passé dans les oubliettes.» «Bob» Vallois, comme on l'appelle dans le quartier, contemple les 800 objets du Congo qui l'entourent, avec, au-dessus d'eux, une trentaine d'objets esquimaux. «Ce n'est pas une collection, c'est une simple collecte d'œuvres dont les prix vont de 200 à 20 000 euros», dit-il.

Abbé Pierre
Mais «ces œuvres, il ne faut pas les toucher, c'est la vie de l'esprit. C'est mystérieux, lourd, il y a de l'histoire derrière chacune».
Ces statuettes sont du peuple lega, «un peuple très secret, opposé à tout pouvoir central et colonial» dans l'est troublé de la République démocratique du Congo : «J'ai tout acheté à Paris.» L'art africain, observe-t-il, c'est «comme une religion, l'art de l'essentiel. Regardez ces visages ! Avec trois coups dans l'ivoire, on transmet la joie, la tristesse, l'amour, le sexe, de manière essentielle et naturelle»!
Sa vocation de collectionneur ? «C'est venu avec l'abbé Pierre dans les années 50. J'étais boy-scout à Monaco, on a vidé un appartement pour donner les objets.» Son fils, le galeriste d'art contemporain Georges-Philippe Vallois, possède deux galeries dans la même rue. «Mais lui est marchand de tableaux, moi je suis brocanteur !»
Ressent-il de l'amertume alors que «le métier d'antiquaire qui attendait le client dans sa boutique» se fait de plus en plus sur interne, «à mille à l'heure» ? «Quand je prendrai un peu d'âge, ça viendra peut-être !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.