L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Illizi: recensement de plus de 17.690 sites archéologiques depuis 2016    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    LDC : Le programme de ce mardi    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Tergiversations au Conseil de la Nation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    L'héritage    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Les habitants pris au dépourvu    Aigle Azur va rembourser ses clients    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    L'INVICIBILITE DU TEMPS    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 10 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
Deux parallèles ne se rencontrent jamais. Une règle mathématique, universellement connue et reconnue vient d'être démentie en Tunisie, par le leader du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, et l'ex-secrétaire général du RCD défunt de feu Ben Ali, M. Mohamed Ghariani. Celui-ci est, désormais, l'un des conseillers du président du Parlement. Deux ex-ennemis qui logent, aujourd'hui, à la même enseigne.
Après 2011, Ghariani a fait du tourisme politique en offrant ses services à plusieurs partis dont Tahya Tounès, tout en conservant des contacts épisodiques avec le parti islamiste, contacts qui ont, finalement, permis aux parallèles de se rencontrer.
Il a fallu dix ans pour que le phénomène se produise. Le temps nécessaire pour que Ghannouchi révise ses options et son attitude face à un parti ( RCD) qui incarnait le mal dont il a souffert ainsi que des milliers de ses partisans.
Les observateurs se perdent en conjectures pour trouver une explication au geste de Ghannouchi.
Pourquoi maintenant ? De simples suppositions autorisent un lien entre cette rencontre "anormale" et les remous que vit le parti islamiste qui s'apprête à tenir son congrès national au terme duquel Ghannouchi devrait quitter la barre. En effet, sentant l'élaboration d'un plan «diabolique» qui permettrait à Ghannouchi de briguer un nouveau mandat, en violation des règlements intérieurs du parti, une centaine de hauts cadres n'ont pas «eu froid aux yeux» pour clamer leur «niet» en lançant une pétition qui a fait trembler celui qui préside le parti depuis 40 ans.
C'est un affront que le «rusé» Ghannouchi n'essuiera pas sans broncher. Tout en minimisant la portée de la pétition signée par «ses enfants», il s'est mis à l'ouvrage, faisant bouger ses pions et laudateurs, en particulier le président du Conseil consultatif, (majless choura), Abdelkrim Harouni, pour sortir un nouveau slogan devant faciliter le maintien de Ghannouchi, non pas comme président mais comme «leader» du parti tout en appelant à l'ajournement du congrès. Question de gagner du temps.
Cela a provoqué le courroux de Mohamed Ben Salem, ancien ministre et farouche opposant au plan de Harouni. «On ne peut pas tolérer à Ghannouchi ce que nous avons refusé à Bourguiba et Ben Ali. C'est immoral», a-t-il dit. Et si ce plan venait à se réaliser, ce serait la chute du parti, a-t-il dit au micro d'une radio locale.
Cette querelle entre ténors du parti islamiste donnerait tout son sens et toute sa justification à la nomination de Mohamed Ghariani. Le but est clair. Le tout Tunis politique sait, aujourd'hui, et est même convaincu que Ghannouchi s'est mis à baliser la voie qui le mènerait à la présidence de la République en 2024. D'où le lien que certains observateurs n'ont pas hésité à établir avec la nouvelle nomination «surprise» de Ghariani. Cette nomination n'est, certes, pas au niveau des instances du parti, mais cache mal le «jeu» du président du Parlement. Car, fort de ses expériences au sein du défunt RCD, Ghariani serait d'une utilité certaine quelle que soit la fonction qui lui est confiée. L'important pour Ghannouchi est de tirer profit de sa présence à ses côtés. D'autant plus que Ghariani a affirmé, il y a quelques jours, que Ghannouchi réunit toutes les qualités qui feront de lui un bon président de la République. Voilà pourquoi les parallèles ont fini par se rencontrer.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.