Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 07 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
«La Tunisie vit un grave danger, à savoir le risque d'une implosion de l'intérieur». C'est le président Kaïs Saïed qui parle. C'était au cours d'une réunion du Conseil supérieur des armées, tenue jeudi.
Le chef de l'Etat se référait aux troubles enregistrés dans le sud du pays fragilisé par la crise libyenne, considérant que certaines parties cherchent à impliquer l'armée dans le politique. Manifester pacifiquement, c'est acceptable. Mais s'attaquer aux symboles de l'Etat, c'est inadmissible. Dans ce contexte, le ministère de l'Intérieur vient d'annoncer l'arrestation d'un terroriste planifiant des attaques ciblant le palais présidentiel et le siège du gouvernement, en plus de la prise de touristes comme otages. C'est là l'un des problèmes qui enveniment la vie politique, économique et sociale en Tunisie. En effet, le ministre des Finances vient de tirer la sonnette d'alarme en annonçant que l'impact du coronavirus sera de 5 milliards de dinars (1,6 milliard d'euros) sur les finances publiques, déjà confrontées à une situation très difficile. Il a ajouté que pour couvrir ses dépenses, l'Etat est obligé d'injecter 8 milliards de dinars supplémentaires. Dans ce contexte, il a précisé que le déficit public dépassera, en 2020, la barre des 3% du PIB prévus dans la loi de finances pour grimper à 5%, voire plus. Par ailleurs, n'étant pas sur la même longueur d'onde que son patron, le chef du gouvernement, Lyes Fakhfakh, a affirmé que l'endettement public va s'aggraver pour atteindre 85 % du PIB. Le chef du gouvernement avertit qu'il ne faut, en aucun cas, dépasser les 60 %.
Ainsi, la crise est là. Pour en sortir, le ministre des Finances préconise un plan de relance économique s'étalant sur 12 mois. Mais l'instabilité politique qui caractérise la Tunisie lui laissera-t-elle le temps de concocter son programme et, surtout, de le concrétiser ? Rien n'est moins sûr. Car, au vu de l'évolution des événements, le gouvernement risque un départ précipité après que son chef eut été éclaboussé par une affaire de «conflit d'intérêts». En effet, Lyes Fakhfakh est, depuis deux semaines, sur un siège éjectable, perdant graduellement ses soutiens, en particulier celui du parti islamiste Ennahdha, le plus représenté au Parlement. Celui-ci, farouche défenseur du gouvernement, tout en le pressant d'inclure le parti KalbTounes (cœur de la Tunisie) dans son gouvernement a fait, aujourd'hui, volte-face. La raison est claire et se résume en ce refus de Lyes Fakhfakh de «faire ce plaisir» à Rached Ghannouchi, président à la fois du Parlement et du parti islamiste. De leurs rencontres rien ne filtre sinon un communiqué en langue de bois qui ne satisfait nullement le citoyen encore et toujours inquiet pour son avenir. Cependant, et ce n'est plus un secret, le parti islamiste a bel et bien lâché Fakhfakh, comme l'indique clairement le président du Majless Choura qui conseille au chef du gouvernement de démissionner. En fait, c'est un conseil qui n'a d'autre signification qu'un retrait définitif de l'appui dont il a bénéficié depuis fin février, soit depuis sa nomination à ce poste par le président Kaïs Saïed. Avec ce dernier, c'est un autre son de cloche. Il tarde à le décharger de ses fonctions pour une question d'amour-propre. En effet, c'est lui qui l'a choisi et imposé bien qu'il ne bénéficie d'aucune assise populaire. Mais, le pays ne pouvant plus attendre et le peuple ne pouvant plus patienter face à la dégradation continue de la situation économique et sociale, le Président finira par le démettre s'il continue à s'entêter à conserver la primature comme il aime le répéter : «Je suis venu pour rester quatre ans». Le pourrait-il ?
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.