Premier League : Everton chute face à Leeds    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Coup d'envoi d'une campagne de reboisement au niveau des structures universitaires    Zetchi donne des nouvelles de Belmadi    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    Le Mouloudia décidé à relever le défi !    La dernière de Trump    Des membres du COA convoqués par la justice    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Saisie de 100 grammes de kif traité    7 personnes arrêtées pour des violences dans les quartiers    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Nul sur toute la ligne    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 10 - 2020

Pour la première fois dans l'histoire du pays, les Algériens sont appelés à voter un 1er novembre, date anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale. Pourquoi un tel marqueur symbolique ? Sans doute pour souligner que la «nouvelle république» projetée par cette réforme qui se veut en rupture avec le régime politico-oligarchique de Abdelaziz Bouteflika se situe en droite ligne de l'appel du 1er Novembre 1954 ! C'est du moins ce que suggère le slogan officiel – «Novembre 54 : la libération, novembre 2020 : le changement» !
Reste que cette campagne référendaire, en pleine pandémie, a été animée par des forces et des figures frappées de discrédit — le FLN et le RND entre autres – qui auraient dû faire montre d'humilité, d'autant que la tonalité de leurs propos jurait avec les intentions affichées par le slogan de cette campagne : le changement !
Le ministre Sid-Ali Khaldi, dont le propos a soulevé une tempête médiatique, s'est certes excusé, alors que le véritable enjeu qui devrait préoccuper ces politiques, c'est plutôt le taux de participation : sera-t-il supérieur ou inférieur à celui enregistré le 12 décembre 2019 ?
De plus, le 1er novembre, certains voteront «oui», d'autres «non» et d'autres encore, tout aussi nombreux, s'abstiendront ou voteront «blanc» ! Ce sont les règles du jeu démocratique : il y a un pouvoir politique et des oppositions. Et l'alternance au pouvoir n'est pas interdite par la loi !
Par conséquent, assimiler les objections et les désaccords exprimés par les uns et les autres au sujet du projet constitutionnel à des complots a quelque chose de suranné. C'est un peu vite oublier qu'en mettant fin au pouvoir politico-oligarchique, le Hirak, qui a ouvert une nouvelle ère, a en même temps vu l'entrée en politique de centaines de milliers de jeunes. Une jeunesse qui ne se reconnaît dans aucun parti et surtout pas dans ces figures ayant servi Bouteflika et cherchant à se relégitimer. Une jeunesse qui caresse le rêve d'une Algérie libre, démocratique et de progrès et non d'une Algérie synonyme de régression sociétale et sociale et d'un passéisme nostalgique et réactionnaire.
Cette jeunesse-là, que d'aucuns, se basant plus sur des intuitions héritées de la culture du parti unique que sur des études sérieuses, qualifient arbitrairement de minoritaire, existe. Elle est là et bien présente. Il faut compter avec elle. Durant 13 mois de Hirak, elle a fait montre d'une maturité exemplaire, n'a pas répondu aux invitations d'un Larbi Zitout à brûler les emblèmes des pays occidentaux ! Et c'est ce qu'elle a fait encore, quelques mois plus tard face aux dérapages de l'ancien ministre Salah Eddine Dahmoune, qui qualifiait alors les opposants à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 de «pseudo-algériens», «traîtres», «mercenaires», «homosexuels , sans avoir été recadré comme l'a été le wali d'Oran face à cette enseignante qui avait seulement attiré son attention sur l'état lamentable du mobilier scolaire de son école !
Autre individu qui n'a pas compris que l'Algérie avait changé : le secrétaire général du FLN, Abou El-Fadl Baâdji. Oubliant que son parti avait voté toutes les lois du pouvoir de Bouteflika, qu'il avait mené campagne pour le 5e mandat, le voilà menaçant les opposants au projet constitutionnel de brandir «Seif al-Hadjadj» ! D'abord, sait-il qu' Al-Hadjadj Ibn Youcef, figure controversée de la dynastie des Omeyyades, né en 661, s'était rendu célèbre en assiégeant en 692 durant six mois la ville sainte de La Mecque alors aux mains de Abdellah Zubayr, qui n'était pas un hérétique mais qui avait eu le tort aux yeux des Omeyyades de se proclamer calife de la ville sainte ? Utilisant la catapulte – l'artillerie de l'époque — les forces d'Al-Hadjadj ont détruit en partie La Mecque et la Kaâba. Quant à Abdellah Zubayr, il a été décapité et son cadavre crucifié ! Et c'est à ce Al-Hadjadj qui déclarait «je vois des têtes qui sont mûres et je suis celui qui va les cueillir», à savoir les couper, que se réfère M. Baâdji, pourtant diplômé en droit de l'Université de Rabat !
Le 1er novembre, une nouvelle séquence va s'ouvrir. L'adoption du projet de révision constitutionnel sera suivi par la dissolution de l'APN et des élections législatives. Quant au Hirak, qui a organisé en son sein une consultation pour se positionner, le pouvoir aurait bien tort de croire qu'il a mis la clé sous la porte.
À jeudi et bonne fête du Mouloud.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.