Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Situation «intenable» dans les écoles
LES SYNDICATS DE L'EDUCATION MONTENT AU CRENEAU
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 11 - 2020

À peine trois jours après le retour des élèves et de l'encadrement pédagogique des paliers moyen et secondaire au niveau des établissements scolaires que l'alerte est donnée. De nombreuses écoles enregistrent déjà des cas de contamination au Covid-19. Les syndicats du secteur dénoncent un manque flagrant de moyens pour faire appliquer le protocole sanitaire. Ils décrivent des situations «intenables» qui risquent vite de devenir «explosives».
Nawal Imés- Alger (Le Soir)- Les élèves des paliers moyen et secondaire entament à peine leur première semaine de scolarité dans un contexte épidémiologique caractérisé par une flambée des contaminations au Covid 19. Et, sans surprise, les établissements scolaires ne font pas exception. Au niveau de la capitale, pas moins de 25 établissements, tous paliers confondus, enregistrent des cas avérés de Covid-19, qu'il s'agisse d'élèves, d'enseignants ou d'encadrement administratif. Le hic, c'est que dans beaucoup d'entre eux, c'est l'omerta. Une situation dénoncée par le porte-parole du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste). Messaoud Boudiba explique, en effet, que lorsque des cas sont avérés, beaucoup de chefs d'établissement ne les déclarent pas. La raison ? «Ils se dérobent de leurs responsabilités et ne traitent pas la situation avec la responsabilité qu'elle exige», déplore Messaoud Boudiba pour qui la situation épidémiologique actuelle nécessite la plus grande transparence, ajoutant qu'il n'était pas opportun de taire les contaminations, au risque de créer des situations explosives.
Faisant une évaluation de cette toute première étape de la rentrée scolaire, le porte-parole du Cnapeste estime que «sur le terrain, on a pu vérifier que le nécessaire requis pour mettre à exécution le protocole sanitaire n'était pas assuré. Cela n'est ni rassurant ni encourageant pour l'avenir», dit-il déplorant une absence de «volonté des pouvoirs publics» pour mettre en œuvre le protocole sensé être appliqué. Face aux nombreux manquements, la famille de l'éducation, dit-il, tente de faire un effort pour assurer un climat serein mais avertit-il «cela ne tiendra pas plus d'une semaine. Tout au plus
deux !». Et pour cause, il considère que «sans volonté réelle, les choses vont se compliquer».
Fortement exposé aux risques de contamination, le personnel de l'éducation est en attente de mesures urgentes devant permettre de rattraper une situation qui risque selon Messaoud Boudiba de devenir très vite «ingérable» voire «explosive». Constat tout aussi affligeant du côté du Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef). Ce syndicat évoque des situations kafkaïennes dans des lycées et des collèges qui ne disposent toujours pas d'eau dans les robinets, encore moins de gel hydroalcoolique. Boualem Amoura précise qu'il s'agit d'écoles se situant dans des communes riches et dans lesquelles l'eau n'est disponible que grâce à la générosité de parents d'élèves qui ont fourni des citernes d'eau. Pour Boualem Amoura, «l'Etat algérien, depuis le mois de mars, au lieu de se préparer, attendait que la pandémie disparaisse d'elle-même sans aucune projection», ajoutant qu'il n'était pas possible de faire face à une pareille situation épidémiologique avec des budgets qui ont connu une coupe de plus de 65% depuis janvier 2017. De son côté, le ministère de l'Education avait adressé, dimanche, une note portant le sceau de l'urgence à l'ensemble des directeurs de l'Education leur demandant d'installer une cellule chargée du suivi de l'évolution de la situation épidémiologique au sein des établissements scolaires. Il leur est demandé un point de situation quotidien à faire parvenir à l'administration centrale.
Les directeurs de l'Education sont priés de veiller à ce que le protocole sanitaire soit respecté et d'interdire tout type de rassemblement au sein des structures scolaires qu'elles qu'en soient les raisons. Objectif : éviter que les écoles ne se transforment en foyers de contamination.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.