Béni Amrane : Détournement à la Cnas    Man City : Guardiola aurait décidé de sa priorité pour le recrutement    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    AS Saint-Etienne : Une offre pour Bachir Belloumi    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Le bon grain et l'ivraie    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Ould Kaddour dans le collimateur    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc
Série WandaVision
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2021

WandaVision n'est que la première d'une douzaine de séries Marvel annoncées par Disney. Le numéro un mondial du divertissement espère ainsi renouveler la recette qui a fait le succès de la série The Mandalorian, dérivée de l'univers Star Wars, qui a dopé les abonnements à la plateforme Disney.
Lorsque les Avengers ont fracassé le box-office mondial en 2019 avant de tirer leur révérence, personne ne pouvait prédire que la saga des super-héros Marvel se poursuivrait via un sitcom en noir et blanc accumulant les références kitsch aux années 1950 et intitulée WandaVision. Mais le monde a bien changé depuis qu'Iron Man et ses amis en costumes moulants l'ont sauvé (temporairement) dans Avengers : Endgame, battant le record historique de recettes pour un long-métrage avant de boucler certains points restés obscurs dans Spider-Man : Far From Home.
Lancée en 2008, la franchise au succès planétaire a subi, comme toute l'industrie du cinéma, un brusque coup d'arrêt avec la pandémie de coronavirus qui a provoqué la fermeture des cinémas et entraîné le report de la sortie de Black Widow et d'autres films déclinant la saga.
Parallèlement, le groupe Disney qui détient Marvel a dépensé des milliards pour placer ses super-héros et autres franchises mondiales sur sa plateforme de vidéo à la demande Disney, dans un bras de fer acharné avec ses concurrents Netflix et HBO Max. C'est ainsi que WandaVision, série des plus excentriques qui devait sortir vendredi sur Disney se retrouve à la pointe de l'univers cinématographique Marvel. Ses principaux protagonistes sont Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen), la Sorcière rouge, et l'androïde Vision (Paul Bettany), deux héros déjà présents chez les Avengers mais relativement secondaires.
Dans WandaVision, on retrouve, sans explication aucune, le couple marié et filant le parfait amour dans une banlieue américaine des années 1950, une vie qui semble tout droit sortie d'un épisode de Ma sorcière bien aimée, rires pré-enregistrés compris.
Certes, Wanda et Vision ont toujours leurs super-pouvoirs mais au lieu de combattre des menaces venues de l'espace, ils se consacrent à des collectes de fonds pour l'école ou des réunions du comité de quartier. Si cela vous semble déstabilisant et loufoque, c'est fait exprès. «Lorsque j'ai entendu le résumé de la série pour la première fois, je suis resté sans voix», reconnaît le réalisateur Matt Shakman. «Il y a tant de séries disponibles en streaming en ce moment. Trouver quelque chose de si spécial, qui semble n'avoir jamais été fait auparavant, c'est vraiment rare. Et WandaVision est vraiment comme ça», assure-t-il.
«Recette secrète»
Les apparences sont bien sûr trompeuses et les auteurs du show Marvel ne sont pas tombés sur la tête. Le mystère autour de la présence de Wanda et Vision dans leur charmant pavillon est soigneusement entretenu — la presse n'a pu voir que les trois premiers épisodes en avant-première — et certains voisins semblent en savoir bien plus qu'ils ne le devraient.
Les bandes-annonces laissent penser que la série va à un moment se projeter dans le futur et renouer avec les scènes d'action prisées des fans, sur un écran en couleurs.
Les premiers épisodes sont fortement teintés d'humour, notamment dans les scènes où le couple tente de préserver ses secrets des voisins trop curieux. Les films Marvel «sont hilarants et c'est vraiment une grande partie de leur recette secrète», estime Matt Shakman, qui a lui-même beaucoup travaillé sur des séries comiques (Philadelphia).
Au-delà des gags, les passionnés de Marvel ont surtout hâte de savoir ce qu'il est advenu de leurs héros préférés. Or, si Marvel a déjà produit de nombreuses séries télévisées, WandaVision est la première à s'insérer dans l'intrigue, très complexe, développée par les films dans cet univers partagé.
Les fans multiplient, par exemple, les théories, parfois rocambolesques, permettant d'expliquer pourquoi Vision est de retour dans la série après avoir été tué en 2018 dans le film Avengers : Infinity War. «Il y a tellement d'attentes pour la série. Le ‘‘pourquoi'' fait partie du grand mystère du show», dit Shakman.
WandaVision n'est que la première d'une douzaine de séries Marvel annoncées par Disney. Le numéro un mondial du divertissement espère ainsi renouveler la recette qui a fait le succès de la série The Mandalorian, dérivée de l'univers Star Wars, qui a dopé les abonnements à la plateforme Disney. Si Star Wars est généralement resté très traditionnel, fidèle aux codes du «western de l'espace», Marvel n'a jamais eu peur d'expérimenter, quitte à prendre «des risques dingues» comme avec Les Gardiens de la galaxie ou Thor : Ragnarok. «Ça a payé au bout du compte. Et WandaVision est aussi vraiment très différent», assure Matt Shakman.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.