Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sardine et le charlatan
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 01 - 2021

Hier, à l'entrée principale du marché d'Aïn Benian. C'est ici que s'installent tous les marchands « informels ». Enfin, appelons-les ainsi, juste pour les distinguer des « autres », ceux qui paient un loyer d'étal et des impôts, qui sont à l'intérieur du marché. Hier, il y avait quelques caisses de sardines. À 900 et 1 000 dinars, il n'y a pas vraiment foule autour mais il paraît que c'est... déjà ça. Quand ça commence à venir, les prix vont forcément baisser. Jusqu'où, puisque le prix de la sardine est un éternel sujet de colère, de désespoir, de railleries grotesques, de formules redondantes et de trouvailles de génie parfois ? C'est quoi au juste le seuil « tolérable » de son prix, qui en fera un produit accessible aux petites bourses ? On ne sait pas vraiment, parce qu'elle (était) déjà chère à 400 dinars, excessivement chère à 500, un peu chère quand même à 300. C'était avant le coronavirus qui, dans l'absolu, n'y est pour rien dans l'histoire, puisqu'il n'empêche pas les pêcheurs de pêcher. C'était aussi avant la persistance du mauvais temps. « Lui » non plus ne peut pas être le coupable idéal pour expliquer un mal aussi profond que les profondeurs de la mer. Aussi limpide également ? Pas sûr. Il paraît qu'au vu de son prix de revient, la sardine est vendue au... juste prix. C'est certainement exagéré mais ça ne manque pas de logique absolue. C'est la performance, la compétitivité dans l'entreprise de pêche qui limite les coûts de production. Et l'un dans l'autre ramène les prix au consommateur à un niveau de dimension humaine. Mais ça, c'est ailleurs ou dans une autre vie à venir. Quand la pêche sera organisée, quand les pêcheurs seront bien formés, quand les bateaux seront de qualité, quand le marché sera transparent et régulier, quand la concurrence sera réelle et loyale... quand tout sera normal, quoi ! Au fait, pourquoi on parle de la sardine en pleine tempête et au milieu d'un gué sanitaire où il y a certainement plus sérieux comme sources d'inquiétude ? Pourquoi parle-t-on de sardine quand beaucoup n'y pensent même pas, parce qu'ils angoissent encore pour le pain et le lait ? Parce qu'il faut parler de tout, c'est la vie. Bientôt il fera beau et le virus sera vaincu. Il y aura des sardines pour tout le monde ? Peut-être pas, et on en parlera toujours. Hier, à l'entrée principale du marché d'Aïn Benian, il y avait deux caisses de sardines. L'une à 1 000 dinars et l'autre à 900. Il n'y avait pas grand monde autour. La foule entourait plutôt un charlatan qui proposait une potion magique pour toutes les maladies possibles et imaginables. Il paraît qu'il n'a pas osé dire que sa panacée était aussi bonne contre le coronavirus.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.