Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    Crouch : "Klopp doit absolument arrêter ce cycle horrible"    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "Nous reprenons confiance"    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie peut-elle obtenir les quantités nécessaires ?
Vaccin antiCovid
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 01 - 2021

Malgré les déclarations rassurantes des représentants du Comité scientifique quant au lancement imminent de la campagne de vaccination contre la Covid-19 et les annonces quasi quotidiennes sur les nouvelles conventions avec d'autres laboratoires pour l'acquisition des vaccins, le doute persiste au sein de la population, au fur et à mesure que l'échéance fixée par le chef de l'Etat approche. A-t-on raison de douter ? Pourquoi l'Algérie est-elle autant en retard ?
Alors que le membre du Comité scientifique, le Pr Ryad Mahyaoui, rassure et déclare que «c'est la dernière semaine, nous ne sommes pas encore à la fin du mois. La vaccination démarrera ce mois de janvier. C'est imminent», le directeur général de l'Institut national de santé publique (INSP), le Pr Rahal, ajoutera, pour sa part, au Forum du journal arabophone Echaâb qu'« il y a une dizaine de vaccins qui ont été sélectionnés par le Conseil scientifique et qu'aucun vaccin n'est hors course, ce qui laisse supposer que l'Algérie n'a pas encore conclu avec les laboratoires annoncés».
La procédure d'acquisition prend du temps, entre le bon de commande jusqu'à l'enregistrement. Cette procédure dure, dans les meilleurs des cas, jusqu'à 15 jours, selon les spécialistes. Or, depuis le début de cette histoire de vaccins, un facteur majeur n'a pas été assez développé : celui de la quantité puisque l'Algérie a besoin de 40 millions de doses afin de vacciner 20 millions d'Algériens, et du retard qu'on a accusé dès le départ pour le choix du vaccin au moment où tous les pays se sont rués pour faire passer leurs commandes ou au moins leurs précommandes.
Les autorités algériennes ont préféré attendre la caution de l'OMS qui tarde à venir, oubliant que les capacités de production de tous les laboratoires demeurent inférieures à la demande mondiale et qu'avec le temps, la rareté des vaccins à l'échelle internationale a conduit à une forte spéculation.
Faut-il rappeler aussi que les pays producteurs ont donné priorité à la vaccination de leur population, ce qui est logique ? Parler de diversification et de la stratégie adoptée par notre pays dans le domaine de l'acquisition de vaccin serait de la pure spéculation car, il faudrait admettre tout de même qu'on a accusé un retard dès le départ.
À l'heure actuelle, il est vrai qu'« en aucun cas, un pays ne pourrait avoir le quota demandé de la part d'un seul laboratoire », comme l'avait bien avancé le Pr Lyes Rahal, laissant croire qu'il y aurait un quatrième ou cinquième vaccin.
Même si le processus s'accélère en matière d'homologation et d'enregistrement des vaccins annoncés, soit le russe Spoutnik V et le chinois Coronavac, sujet de concertation ce dimanche au niveau de la commission d'enregistrement des médicaments créée auprès de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP), le procédé en général ne peut rattraper le temps perdu et l'Algérie n'a pas encore fixé de date pour le lancement de sa campagne qui doit débuter avant fin janvier, bien que, logistiquement, les moyens humains et matériels sont fin prêts pour entamer l'opération dès l'arrivée du vaccin.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.