6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ANP élabore le plan de vigilance
Situation sécuritaire en Algérie et dans la région
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2021

Le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée, Saïd Chanegriha, a présidé, hier mercredi, une importante réunion consacrée à l'examen de la situation sécuritaire «dans le pays et dans la région». C'est ce qu'indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.
Kamel Amarni - Alger - (Le Soir)- Une réunion, précisera le communiqué, qui s'inscrit dans le cadre «de l'analyse des évolutions de la situation sécuritaire dans le pays et dans la région».
Ont assisté à cette réunion, ajoutera encore le ministère de la Défense dans son communiqué, le commandant de la Gendarmerie nationale, le chef du département emploi-préparation de l'état-major de l'ANP, le directeur de la communication, de l'information et de l'orientation, le directeur général de la Sûreté nationale, ainsi que les différents responsables des services de sécurité et des officiers généraux de l'état-major de l'ANP».
Autrement dit, l'ensemble des hauts responsables de tous les services de sécurité du pays. On notera d'ailleurs, à ce propos, la présence du directeur général de la Sûreté nationale, ce qui est sans doute une première, la DGSN ne faisant en effet pas partie des services de sécurité sous tutelle du ministère de la Défense, mais de celui de l'Intérieur. Ce qui dénote en tout cas le caractère assez spécial de la réunion de ce mercredi, où il a été question de l'examen de la situation sécuritaire nationale et régionale dans sa globalité. Il est également à rappeler d'ailleurs que, récemment, une visite en 3e Région militaire à Béchar, du chef d'état-major, Saïd Chanegriha coïncidait avec une tournée dans cette même région du directeur général de la Sûreté nationale, Khalifa Ounissi. Une région, le Sud-Ouest notamment, qui se hisse, depuis quelques mois particulièrement, au rang de la priorité absolue de l'ANP et de l'ensemble de nos services de sécurité. Autrement plus urgente comme priorité, par rapport aux frontières sud et sud-est, pourtant tout aussi préoccupantes, en raison de la crise en Tunisie et en Libye et de la situation chaotique de la région du Sahel. La menace est en effet beaucoup plus «prononcée» du côté ouest et sud-ouest de nos frontières, avec un royaume voisin plus hostile que jamais, alternant, depuis des mois, provocations, travail de sape au plan diplomatique et, plus grave encore, des projets militaires qui n'augurent rien de bon pour la région. Outre l'agression militaire perpétrée à Guerguerat contre le peuple sahraoui, Rabat entreprend, depuis une année, la réalisation d'une base militaire en coopération avec l'armée israélienne, tout près de ses frontières avec l'Algérie. Ce qui interpelle naturellement quant aux intentions du Makhzen, vis-à-vis de son voisin qu'il inonde, en parallèle, par des quantités jamais égalées, de toutes sortes de drogues. Cette nouvelle arme «silencieuse , que Rabat n'a jamais cessé d'utiliser dans l'objectif évident de chercher à déstabiliser l'Algérie, mobilise l'ensemble de nos services de sécurité tout le long des frontières avec cet «Etat narcotrafiquant», et les saisies astronomiques des drogues réussies depuis quelques mois dans la région dépassent l'entendement. En somme, une forme d'agression, massive et permanente, qu'utilise Rabat, à chaque fois que l'Algérie est préoccupée par des problèmes internes.
C'était d'ailleurs ouvertement le cas, durant les années 1990, lorsque Hassan II n'hésitait pas à fournir toute l'assistance et les facilités possibles aux sanguinaires du GIA. «La sécurité, c'est un tout», disait-il cyniquement aux autorités algériennes qui réclamaient à l'époque l'extradition de l'émir terroriste Abdelhak Layada que le roi voulait marchander contre «une nouvelle» position de l'Algérie par rapport à la question sahraouie.
Mêmes réflexes, mêmes méthodes reprises aujourd'hui par son successeur, et pour les mêmes objectifs. A la différence que, cette fois-ci, même l'armée et les services israéliens sont appelés à la rescousse par le palais et l'armée royale, et de manière grossièrement ouverte ! Suffisamment, en tout cas, pour que soient mobilisés tous les services de sécurité et l'Armée nationale, pour parer à toute autre mauvaise surprise...
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.