L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense de l'ancien détenu appelle à lui rendre justice
Affaire Walid Nekkiche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 02 - 2021

Les avocats de l'étudiant et ancien détenu Walid Nekkiche sont revenus, hier, lors d'une conférence de presse, sur les violences subies par ce dernier alors qu'il était en garde à vue dans les locaux des services de sécurité. Ils ont appelé l'Etat à respecter ses engagements internationaux dans le cadre de la ratification notamment de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et la Convention internationale contre la torture. Ils ont également appelé à rendre justice à l'étudiant qui aurait même subi des violences sexuelles et la punition de ses tortionnaires.
Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – A l'occasion de cette conférence tenue au siège de l'association SOS Disparus à Alger, les conférenciers ont annoncé la création du «Comité national contre la torture», à l'initiative du Comité national pour la libération des détenus, la Coordination nationale des universitaires algériens pour le changement et des membres du collectif des avocats de la défense des détenus d'opinion. Dans son intervention, l'avocate de Walid Nekkiche, Nacéra Haddouche, qui avait déposé plainte pour les violences subies par son client, a exprimé sa colère contre les sévices subis par l'ancien détenu qui avait révélé, lors de son procès au tribunal de Dar-el-Beïda, avoir subi des violences lors de sa garde à vue. Elle a appelé l'Algérie à respecter et à appliquer les conventions internationales contre la torture qu'elle a ratifiées ainsi que la Déclaration universelle des droits de l'Homme qui souligne, dans son cinquième article, que «nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants».
L'oratrice a cité également l'article 171 de la Constitution de 2020 qui stipule que «dans l'exercice de sa mission, le juge est tenu d'appliquer les traités ratifiés, les lois de la République et les décisions de la Cour constitutionnelle».
Ainsi, les avocats et les membres du comité ont été unanimes à appeler à rendre justice à Walid Nekkiche tout en saluant son courage, estimant que ses tortionnaires doivent rendre des comptes.
Dans leur déclaration «Stop à la torture», les initiateurs du comité ont affirmé que «les sévices physiques, psychologiques et sexuels subis par Walid Nekkiche infligés par des services de sécurité après son arrestation le 26 novembre 2019 sont un acte d'une extrême gravité qu'on ne peut pas laisser passer».
«En révélant ces sévices, devant les magistrats, Walid Nekkiche a brisé le mur de l'omerta. Il a été d'un courage exemplaire, qui fera date dans l'histoire des luttes en Algérie. Le choc est réel au sein de l'opinion publique, l'enquête préliminaire du parquet ne doit pas être un énième subterfuge pour calmer la colère et l'indignation nationale et internationale. Il faut que justice soit rendue sur ce qu'a subi Walid Nekkiche pendant 6 jours à la caserne Antar et que ses tortionnaires soient identifiés et jugés», ont-ils plaidé, en appelant à bannir la torture et l'utilisation de la justice comme instrument de répression.
Il faut rappeler que le parquet général près la cour d'Alger a ordonné, la semaine passée, au procureur de la République près le tribunal de Bir-Mourad-Raïs d'instruire une enquête préliminaire sur les faits avancés par l'ancien détenu et chargé la police judiciaire compétente de cette mission.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.