Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indignation et demandes d'ouverture d'enquête
affaire Walid Nekkiche
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2021

Alors que les révélations de Walid Nekkiche continuent d'indigner politiques, défenseurs des droits de l'Homme et simples citoyens, les autorités n'ont pas encore réagi.
Les révélations de Walid Nekkiche et de ses avocats, portant sur des actes de torture, continuent de faire réagir et d'indigner nombre de politiques, de défenseurs des droits de l'Homme et de simples citoyens. Tous réclament que justice soit faite. Après avoir dénoncé les "actes de torture", dont a fait état le jeune étudiant dans ses témoignages devant la juge, et réclamé une enquête, l'avocate Me Zoubida Assoul n'y est pas allée avec le dos de la cuillère.
Dans un post publié sur sa page Facebook, la présidente de l'Union pour la citoyenneté et le progrès (UCP) demande clairement la démission du ministre de la Justice. Son parti "exige la démission du ministre de la Justice en tant que premier responsable politique de la justice vu son immobilisme de faire triompher la loi", a-t-elle écrit. Dans un autre post, la femme politique s'interrogeait sur l'attitude du procureur de la République. "Qu'attend le procureur du tribunal de Dar El-Beïda pour ordonner l'ouverture d'une enquête judiciaire à la suite des déclarations de Walid Nekkiche ? Les auteurs de tels actes doivent répondre de leurs actes devant la justice", a-t-elle noté.
Pour sa part, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a écrit qu'il était "temps pour les juges de commencer à s'amender et à ne pas se rendre coupables de déni de justice". Même réaction d'indignation chez le chargé à la communication du Front des forces socialistes (FFS), Djamel Baloul. "Il faut une mobilisation pour demander des comptes et juger les responsables impliqués dans la pratique de la torture et les traitements cruels et dégradants subis par l'étudiant devant les auxiliaires de justice", écrit-il en guise de commentaires après les révélations du jeune Walid Nekkiche.
"Au parquet (...) d'ouvrir une enquête et d'ordonner une instruction judiciaire contre les auteurs de ces faits punis par la loi et interdits par les conventions internationales", écrit le député de Bouira.
"Plus grave que les graves révélations sur les sévices subis par le jeune Walid Nekkiche, c'est cette absence de réaction des membres de l'Exécutif qui couvrent par leur silence des actes immondes", fait remarquer, de son côté, l'ancien député Hamid Ouazar. "Un pouvoir qui pratique la torture a déjà perdu la partie", ironise, sur sa page facebook, le journaliste et ancien détenu d'avril 1980 Arezki Aït-Larbi. "(...) Comment se fait-il que toutes ces pratiques ignobles et inhumaines n'aient pas fait l'objet de poursuites et pourquoi lorsqu'il y a des déclarations ou même des plaintes, ce sont les victimes ou ceux qui les dénoncent qui sont inquiétés ?", s'interroge, de son côté, l'avocat Salah Dabbouz, qui a énuméré une longue liste de personnes qui ont déjà subi la torture ces dernières années, à commencer par des militants de la région de Ghardaïa.
Le coordinateur national du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Gheras, de son côté, a également condamné la torture subie par Walid Nekkiche et rappelle la "nécessité d'aller vers une période de transition".
Le sociologue Nacer Djabi estime, pour sa part, que "ce qu'a révélé le procès du jeune étudiant appelle une position patriotique ferme pour poser la question de la citoyenneté dans ses dimensions morales et politiques". Alors que des citoyens continuent à dénoncer, chacun à sa manière, la révélation de Walid Nekkiche, les autorités n'ont pas encore réagi.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.