"Forum de la voix de la jeunesse" pour un changement positif de la société    Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma
Roman Mais moi, je ne vous ai rien fait de Abdelkader Hammouche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

Mais moi, je ne vous ai rien fait. Ce mea culpa sonne comme un rejet de culpabilité d'un condamné qui voit que les jeux sont faits et qui clame son innocence devant un flagrant déni de justice. Mais ce n'est là que le titre du dernier roman d'Abdelkader Hammouche qui en est à son huitième écrit, le dernier en date est Le glaive et la balance, émouvant, au demeurant.
L'auteur est avocat de profession et dans les prétoires, il a certainement souvent entendu ce cri du condamné de n'être coupable en rien du crime dont on l'accuse. L'auteur était aussi journaliste «dans une vie antérieure» ayant exercé dans les années quatre-vingt dans le défunt hebdomadaire Algérie Actualités, et c'est donc en sa qualité de journaliste qu'il a été sollicité par un quidam qui tenait à lui raconter ses rêves et ses déboires. L'auteur lui prêta donc toute l'attention qu'exige ce type de rencontre. Il écouta alors son histoire. Durant deux heures, l'inconnu lui dit ce qu'il avait sur le cœur, sans rien demander en retour mais juste une écoute, une oreille attentive, lui dont le rêve se heurta à la dure réalité car «adolescent, j'ai toujours rêvé de voyage à l'étranger», lui confia-t-il. Surtout qu'il avait un faible mortel pour le cinéma et ses icônes. Passablement intéressé par les études, au grand dam de sa mère qui voulait en faire un médecin, il opta pour un stage de formation paramédicale. Une fois le diplôme en poche, il se mit en quête d'un travail. Sans difficulté, il se fit recruter à l'hôpital de Kouba (Alger) en qualité d'infirmier. Bon prétexte pour se faire de l'argent et se préparer, ainsi, à concrétiser son rêve de partir dans les contrées de ses rêves qu'il avait découvertes dans les reportages de télés et les documentaires. Débarqué sur le sol étranger, il allait de l'ébahissement à l'émerveillement ; en un mot, il était ébloui par tant d'images presque irréelles à ses yeux. «De la fenêtre, je voyais défiler des paysages de verdure, des arbres dont les feuilles étaient si vertes qu'elles semblaient factices», raconte-t-il au journaliste qui ne l'interrompit à aucun moment. Mais une agression dans un train allait briser tant d'illusions. Il fut défenestré. On ne comprend pas l'association français-marocain dans l'agression d'un touriste algérien qui n'a rien fait de répréhensible. L'auteur de ces lignes, dans le train Dijon-Vienne, a bien plus été un soutien fraternel face à une certaine velléité belliqueuse de voyageurs xénophobes.
Le cinéphile va vivre alors le début du calvaire. Il perd un bras. Séjour à l'hôpital. Ici, le journaliste s'invite pour un reportage émouvant, fort. Fini le Festival de Cannes, Marseille et bonjour les dégâts en terre étrangère, sans ressources, handicapé d'un bras. Il tombera dans la mendicité. Le retour au bled devient vital... Le directeur de l'hôpital de Kouba, compréhensif, le reprend dans ses services et l'affecte à l'accueil...
Ce livre se veut être une mise en garde contre l'appel des sirènes. L'auteur dit : «Je souhaite que ceux qui vont lire cette histoire comprennent que l'Europe ce n'est pas l'eldorado dont ils rêvent.»
B. T.
Roman Mais moi, je n'ai rien fait de Abdelkader Hammouche. 120 pages. éditions Barkat, 2020


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.