Super Ligue : Florentino Perez s'explique    La BADR vulgarise ses produits    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le parcours du combattant des candidats indépendants    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Des dossiers lourds en voie de finalisation    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Les exigences de la CNCC    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    156 nouveaux cas, 111 guérisons et 03 décès    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mission risquée du FFS
Contenir la colère de sa base et réussir son initiative politique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2021

Le FFS accélère ses préparatifs de la convention nationale qu'il envisage d'organiser avec les forces politiques du pays, dans un contexte où il doit, en même temps, contenir la colère de sa base militante. En attendant la tenue d'une réunion du conseil national où le projet de la convention sera adopté avant sa présentation aux acteurs politiques, le parti poursuit ses rencontres avec les partis politiques et les réunions de ses instances régionales.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Ainsi, après la rencontre de la fédération de Béjaïa, le 27 février, animée par des membres de l'instance présidentielle, Nora Touahri, Hakim Belahcel, Brahim Meziani et le premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, c'est au tour de la fédération de Tizi-Ouzou de se réunir demain jeudi à la Maison de la culture de la ville. Le FFS, qui s'est retiré du Pacte de l'alternative démocratique (PAD), a lancé sa propre initiative politique qui consiste en l'organisation d'une convention nationale et d'un dialogue « sérieux, transparent et inclusif ».
L'objectif de l'initiative est, selon le parti, « d'arriver à élaborer un contrat national en mesure de mettre en œuvre une feuille de route commune pour l'instauration du changement et l'édification d'un Etat de droit, de démocratie et de liberté ».
Le plus vieux parti de l'opposition a décidé d'entamer les débats autour de cette convention au niveau de sa base afin d'élaborer une proposition de sortie de crise qui sera soumise au prochain conseil national.
C'est dans ce cadre et dans un contexte où la crise interne revient de plus belle suite à la rencontre entre deux responsables du parti et le chef de l'Etat qui a soulevé la colère de la base, qu'aura lieu la réunion fédérale de Tizi-Ouzou, l'une des plus importantes fédérations du parti à travers le pays. « Une fois le projet adopté au niveau du conseil national, nous allons convoquer la première phase de la convention nationale pour l'adoption du projet. Par la suite, nous allons l'adresser aux acteurs politiques et sociaux pour débat et enrichissement », nous a déclaré récemment le premier secrétaire du parti Youcef Aouchiche.
Le FFS, qui a échoué il y a quelques années dans une initiative similaire, risque d'y laisser des plumes si son nouveau projet venait à échouer, surtout que les chances de son aboutissement sont vraiment minimes devant un pouvoir qui refuse toute initiative partisane et un mouvement populaire qui a repris de plus belle et exige un changement radical du système politique.
Les dirigeants du parti n'ignorent pas cette réalité. Ils ont dénoncé dans leurs dernières sorties « l'immobilisme politique du régime qui maintient sa feuille de route » dans le seul objectif de se maintenir et rejette toute initiative politique.
Considérant que le contexte politique national actuel « ne peut plus supporter d'autres dérives autoritaires et d'autres échecs », le FFS s'est dit convaincu que « la voie de la sagesse et de la raison doit prévaloir sur les scénarios catastrophes des extrémismes de tous bords, des apprentis sorciers et des pyromanes de tout acabit ».
Le parti n'a cessé d'appeler tous les acteurs politiques et sociaux à « s'inscrire dans le processus d'un dialogue inclusif, responsable et global, afin d'aboutir, sans plus tarder, à un compromis politique global et historique ».
Mais le FFS, qui rejette les initiatives des autres, s'attend-il à ce que les autres acceptent la sienne ? La mission est d'autant plus difficile que le parti risque de plonger à nouveau dans une crise organique.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.