La BADR vulgarise ses produits    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Boukadoum en visite de travail en Libye    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    Les exigences de la CNCC    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Le sempiternel casse-tête du transport    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS appelle à la tenue d'une "convention nationale"
une semaine après le référendum constitutionnelle
Publié dans Liberté le 07 - 11 - 2020

Cette rencontre, qui devra regrouper tous les acteurs politiques nationaux, "permettra d'instaurer un débat démocratique pour élaborer un projet politique pour le pays".
Le Front des forces socialistes quitte officiellement le Pacte pour l'alternative démocratique (PAD) et lance son projet de "convention politique nationale" qui tend à recréer, selon le parti, "le consensus" et "proposer une solution de sortie de crise" que vit le pays. Lors d'une conférence de presse animée hier à Alger, le premier secrétaire national du FFS, Youcef Aouchiche, a annoncé que son parti a décidé de lancer une initiative pour la tenue d'une "convention politique nationale" en décembre prochain.
Cette rencontre, qui devra regrouper tous les acteurs politiques nationaux, "permettra d'instaurer un débat démocratique pour élaborer un projet politique pour le pays", a résumé le responsable devant les journalistes. "Ce débat concernera l'ensemble des militants et sympathisants ainsi que les personnalités politiques, les intellectuels et plus largement les citoyens qui souhaitent contribuer à nos travaux", a encore expliqué Youcef Aouchiche.
Interrogé sur la présence éventuelle des personnalités du pouvoir, le responsable du FFS, qui a révélé que les modalités techniques de cette rencontre n'étaient pas encore finalisées, a indiqué que "objectivement", on ne peut pas "proposer une solution de sortie de crise" sans "parler au pouvoir".
"Le FFS a toujours refusé les populismes et il est temps de proposer une alternative au pouvoir en place", a insisté le responsable politique qui rappelle que "le rejet" de la révision constitutionnelle a produit "une crise de fond qui nécessite une solution politique et non pas des réaménagements juridiques et institutionnels en vue de l'instauration de l'ordre autoritaire", a précisé Youcef Aouchiche.
Il ajoutera que "la raison exige l'ouverture, sans tarder, d'une dynamique politique pour transformer le Hirak du 22 février 2019 en projet politique" devant permettre "la construction d'un processus politique qui préserve l'unité nationale et consacre la souveraineté populaire". Cette nouvelle proposition du FFS confirme que le parti a définitivement tourné la page du Pacte pour une alternative démocratique (PAD).
"Je confirme que le conseil national a décidé, après débat, que le FFS quitte le PAD", a indiqué Youcef Aouchiche qui rappelle que son parti avait des "divergences de fond" avec les membres du PAD qui "créent plus de visions" que de "convergences". Or, le FFS estime que "seul un véritable dialogue inclusif avec l'ensemble des forces et personnalités politiques, dans un climat apaisé, d'ouverture politique et médiatique, est à même de permettre au pays de sortir de la crise".
Présent lors de la conférence de presse, le chargé de communication du FFS, Djamel Baloul, a expliqué que le PAD est "construit sur une base idéologique" en allusion au fait que les partis et personnalités composant le Pacte pour une alternative démocratique sont issus du courant démocrate. Or, le FFS veut "réunir tout le monde". Mais les deux responsables ont insisté sur le fait que leur parti n'avait "aucun problème" avec les partis du PAD.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.