Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Haut Conseil de sécurité décide de sévir
RACHAD ET MOUVEMENTS SEPARATISTES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 04 - 2021

De gros sujets sensibles qui occupent depuis un moment les devants de l'actualité ont été évoqués, hier mardi, durant la réunion du Haut Conseil de sécurité (HCS) qui s'est déroulée sous la présidence de Abdelmadjid Tebboune.
Abla Chérif – Alger (Le Soir) - Les termes du communiqué publié à l'issue de cette réunion sont particulièrement fermes pour qualifier deux menaces qui se développent en se greffant dans le mouvement pacifique. Le texte ne fait pas dans la nuance et cite les « milieux séparatistes et mouvances illégales, proches du terrorisme qui mèneraient des actes subversifs en exploitant les marches hebdomadaires ».
Des prises de décision semblent d'ores et déjà annoncées, puisque le même texte annonce que « l'Etat sera intransigeant face à ces dérapages qui sortent du cadre de la démocratie et des droits de l'Homme ». Il fait aussi savoir que le président de la République « a donné des instructions pour une application immédiate et rigoureuse de la loi, destinée à mettre un terme à ces activités non innocentes et ces dépassements sans précédent, notamment à l'égard des institutions et symboles de l'Etat, et qui tentent d'entraver le processus démocratique et de développement en Algérie ». Même s'il ne les cite pas, le communiqué semble faire, à l'évidence, directement référence à deux organisations bien précises ayant fait l'objet de plusieurs communications et actions de justice précédemment. La première n'est autre qu'un mouvement séparatiste sévissant notamment à partir de l'étranger.
Le 30 mars dernier, le parquet d'Azazga à Tizi-ouzou avait rendu publique une information qui n'était pas passée inaperçue, puisqu'il faisait état de l'arrestation de cinq personnes qui projetaient de commettre des attentats à Tizi-Ouzou et Béjaïa durant le Hirak du vendredi. La même source avait indiqué que ces individus avaient été interpellés « sur la base d'éléments objectifs obtenus suite au traitement d'une affaire de détention d'armes de guerre et d'explosifs, en vue de leur utilisation dans des attentats terroristes ».
Le parquet est allé plus en détails et souligne que « des renseignements étaient parvenus aux éléments du service régional de la police judiciaire de la sécurité militaire de l'armée de la 1re Région militaire et qu'ils faisaient état de l'existence d'un plan pour l'organisation d'opérations terroristes au véhicule piégé, au cœur du Hirak dans les villes de Tizi-Ouzou et Béjaïa ».
La seconde organisation ciblée ne semble être autre que le mouvement islamiste Rachad. Accusé y compris par les activistes du Hirak de manœuvrer en vue de s'emparer de la révolution pacifique pour de sombres desseins revanchards, il a vu récemment ses principaux porte-parole à l'étranger faire l'objet d'une action initiée par la justice algérienne. Un mandat d'arrêt international a été en effet lancé le 23 mars dernier par le tribunal de Bir-Mourad-Raïs à l'encontre d'agitateurs connus établis à l'étranger, très actifs sur les réseaux sociaux. Zitout Mohamed Larbi et Amir Boukhors, plus connu sous le nom de Amir DZ, ont été qualifiés de terroristes impliqués dans une opération destinée à faire dévier le Hirak de son caractère pacifique et déstabiliser le pays. Le procureur général a aussi révélé l'existence de liens entre Zitout Mohamed Larbi et un certain M. A., ancien élément du FIS (Front islamique du salut) dissous, qui lui a remis des sommes importantes utilisées sous le couvert des sociétés pour le financement des activités secrètes du mouvement Rachad, notamment la location de biens pour abriter des réunions suspectes. L'évocation d'instructions présidentielles pour mettre un terme à leurs (ces deux mouvements) « actions subversives » pourrait présager d'évènements à venir...
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.