Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De Milan à Brisbane, le CIO dessine l'après-JO de Tokyo
Les deux prochains pays qui abriteront les jeux d'hiver (2026) et d'été (2032) seront lancés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 07 - 2021

A trois jours de l'ouverture des Jeux de Tokyo, le CIO oubliera un instant les péripéties de cette édition pour préparer mardi et mercredi l'avenir de l'olympisme, des JO-2026 d'hiver de Milan à ceux d'été en 2032 promis à Brisbane.
Après deux assemblées générales virtuelles, en juillet 2020 puis mars 2021, les retrouvailles des 102 membres de l'instance dans un palace de la capitale japonaise marqueront leur optimisme retrouvé face à la crise sanitaire, les Jeux étant maintenus malgré la pandémie (23 juillet-8 août). Mais, officiellement, ces Jeux déjà reportés d'un an et confrontés à des défis inédits — cascade de restrictions, quinzaine de cas positifs au Covid-19 et atmosphère assombrie par le quasi-huis clos — ne sont pas au menu de la 138e session. Les membres du CIO devront en revanche prendre deux décisions typiques des préoccupations du mouvement olympique: sécuriser les villes-hôtes des JO malgré la crise des candidatures, et moderniser son programme sportif. Comme annoncé mi-juin par la commission exécutive de l'organisation, la session devrait entériner l'attribution des Jeux olympiques d'été de 2032 à la ville australienne de Brisbane et sa région du Queensland (nord-est), bordée par la Mer de Corail.
Brisbane, en catimini
Cette désignation sans concurrence peut surprendre, tant le cérémonial du vote départageant les villes candidates à l'accueil des Jeux a rythmé des décennies de vie olympique, avec son coûteux lobbying en coulisses puis son ouverture d'enveloppe suivie d'embrassades ou de larmes. Mais la réforme adoptée en 2019 permet au CIO d'entamer à tout moment un «dialogue ciblé» avec une candidate «préférentielle», dans le but de désamorcer la réticence croissante des villes à organiser les JO. Or Brisbane, bien aidée par l'influence du vice-président australien du CIO, John Coates, bénéficie de ce statut depuis février. En juin, le patron de l'instance Thomas Bach avait de surcroît vanté son dossier «irrésistible» et «l'amour» des Australiens pour le sport. La capitale du Queensland, déjà candidate aux JO-1992 attribués à Barcelone et organisatrice en 2018 des Jeux du Commonwealth, promet également «84% de sites existants et temporaires», un critère clé depuis que l'instance olympique a entrepris sa chasse aux éléphants blancs. Cette quasi-élection, avec plus de onze ans d'avance, a déjà mécontenté le Qatar, lui aussi en lice pour 2032, alors que Séoul et Pyongyang avaient officialisé en avril leur candidature commune après deux éditions prévues en Europe puis aux Etats-Unis - Paris-2024 et Los Angeles-2028.
Hors-piste olympique
Avant ce vote attendu mercredi et dépourvu de suspense, les membres du CIO se prononceront sur l'entrée du ski-alpinisme aux JO d'hiver de 2026 de Milan-Cortina, comme «sport additionnel». Soucieuse de renouveler son audience, garante de ses futurs revenus TV, l'instance teste en effet régulièrement de nouvelles disciplines jugées plus spectaculaires, comme le ski cross introduit lors des JO-2010 de Vancouver. Il s'agirait cette fois de donner aux Jeux d'hiver un air d'aventure jusque là absent de son programme: exposé aux avalanches, ce sport pour montagnards aguerris propose des ascensions hors piste sur des skis légers équipés de peaux de phoque, ou à pied quand la pente est trop raide, suivies de descentes sur terrain périlleux. L'accueil du ski-alpinisme dans le giron olympique évoque donc plutôt l'arrivée du surf ou de l'escalade aux JO d'été, cette année à Tokyo, ou les réflexions sur la course au large pour Paris-2024, à laquelle le CIO vient de renoncer. Outre la sécurisation du futur parcours, la question se pose du format de l'épreuve, puisque les courses mythiques de cette discipline se signalent par leur longueur, telle la Pierra Menta et ses 10.000 mètres de dénivelé sur quatre jours dans le massif français du Beaufortain. «La verticale» et ses montées à faire imploser les poumons «peut être une bonne épreuve pour les Jeux, le sprint et le relais aussi», estimait en 2018 l'Italien Armando Mariotta, alors président de la Fédération internationale (ISFM).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.