La demande pétrolière appelée à fortement augmenter    Arrivée massive de harragas algériens en Espagne    Le procès en appel de Karim Tabbou renvoyé au 11 octobre    5 ans de prison pour le majordome du système    La valeur de la production agricole estimée à 98 milliards DA    Les travailleurs dans l'expectative    L'Allemagne tourne la page Merkel    Plus de 600 colons envahissent la mosquée Al-Aqsa    Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan    Vers le forfait de Slimani et de Benlamri face au Niger    4,8 millions de dinars à payer en guise d'amendes    Le CR Belouizdad en stage à Mostaganem    Le président Tebboune reçoit le chef du commandement de l'Africom    Benbouzid écarte l'éventualité d'une troisième dose de vaccin en Algérie    Un autre casse-tête pour les parents    Lancement des Journées du théâtre pour enfants et de marionnettes    Koeman et le Barça se rassurent    Les Canaris se préparent à Alger    Le FLN manquera des communes    Le PT tire la sonnette d'alarme    Le rôle positif de l'Algérie souligné à l'Assemblée générale    Flambée persistante et généralisée    Lancement d'un plan de wilaya pour promouvoir le tourisme local    Kamel Damardji intronisé au poste de président du CA    Hommage aux disparus    Liès Sahar est mort : il n'y a pas de perfidie savoureuse    Ils opéraient à El Hamri, Médiouni, Savignon et Bastille: Quatre dealers arrêtés, des psychotropes saisis    Tlemcen: Un réseau de vol de véhicules démantelé, 7 arrestations    Lamamra rencontre des membres de la communauté algérienne aux Etats-Unis    L'erreur humaine    Investissement: Plaidoyer pour la «colocalisation» et «l'intégration régionale»    Tlemcen: Le chantier de l'annexe du musée d'archéologie islamique bientôt relancé    Tébessa: Un site en quête d'aménagement    Que cherchent les américains à Alger?    67 Morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib    Des figures du «clan» à la barre    Le temps des réformes    Une satisfaction justifiée    Avocats et l'émouvant souvenir...    Quand l'Erma «défie» le président    Le tourisme «en panne»    Les jalons d'une nouvelle démarche    Brèves Omnisports    Hamilton victorieux cent et eau    Un verrou «débloqué»    L'école: le mausolée des charlatans    Le long fleuve algérie    Les éditeurs se préparent pour rebondir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 07 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
La mauvaise gestion de la pandémie et la situation de crise épidémique hors contrôle ont eu raison de ministre déjà sur la sellette.
Alors que la population célébrait la fête de l'Aïd, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, concoctait un plat amer qu'il servit au ministre de la Santé publique, Fawzi Mehdi. La raison est, selon Mechichi, l'accumulation des erreurs. Mauvaise gestion des affaires du ministère et surtout la décision d'organiser une journée «porte ouverte» de vaccination sans en informer le chef du gouvernement et les gouverneurs. Ainsi, la réaction a été immédiate et le ministre ne s'attendait pas à son limogeage en plein rebond épidémique et au moment où il était totalement engagé dans le processus de lutte contre la propagation du coronavirus.
À vrai dire, c'était dans l'air puisque, deux jours plus tôt, Mechichi, qui cherchait à faire porter le chapeau à son ministre de la Santé en ce qui concerne la pénurie d'oxygène médical, avait, ouvertement, critiqué la manière dont était menée la gestion de la crise sanitaire y compris au niveau de la communication. C'était en présence du ministre concerné lequel, sans doute, avait compris le message qui lui était destiné. De plus, il avait du mal à assimiler la rapidité avec laquelle fut décidé son limogeage.
À l'analyse, il aurait couru à sa propre perte. En effet, la veille de l'Aïd, il a offert l'occasion à Mechichi de s'en séparer et c'était la goutte qui fera déborder le vase.
S'adressant à la population, Fawzi Mehdi l'a invitée, pour le lendemain et sans préparation préalable, à une vaccination massive sans tenir compte des critères retenus à ce jour dont l'âge des candidats. Ce fut un échec en raison de la ruée inattendue sur les 29 centres de vaccination pris d'assaut pour devenir, subitement, incapables de répondre à la demande. Les images illustrant cette ruée renvoyaient à celles d'une foule réunie devant un stade de football le jour d'un derby. Pis encore, certains centres ont été dévastés. À la vue du désordre enregistré, le risque était grand de voir se multiplier les contaminations qu'on cherchait à endiguer.
Dans la quasi-totalité des centres, ont eu lieu des scènes indescriptibles. Des files d'attente interminables de candidats au vaccin s'étaient formées sous un soleil ardent qui a eu raison de leur patience. La précipitation avec laquelle a été prise la décision d'organiser deux journées portes ouvertes pour tous les citoyens âgés de plus de 18 ans n'a pas eu l'effet escompté. Au contraire, elle a abouti à un désastre et serait la cause de la multiplication des contaminations propagées parmi les milliers de personnes entassées sans respect des gestes barrières devant tous les centres. Tard dans la soirée du mardi, jour de l'Aïd, le ministère de la Santé a annoncé la poursuite de l'opération sous une autre forme, sans en préciser les contours.
Il faut dire que Fawzi Mehdi devait sa longévité à la tête du ministère de la Santé au Président Kaïs Saïed qui avait rejeté, il y a six mois, le remaniement ministériel effectué par Hichem Mechichi. Son remplaçant, Hedi Khiari, n'a jamais mis les pieds dans ce ministère sans l'accord du chef de l'Etat. Depuis le 16 janvier, date du refus du président de la République de confirmer la confiance du Parlement aux 11 ministres proposés, bon nombre de départements ministériels sont dirigés par des «intérimaires» dont celui de l'intérieur, tenu par le chef du gouvernement.
Reste à savoir si le nouveau ministre (par intérim) est capable de gérer le ministère de la Santé tout en ayant en charge celui des Affaires sociales. Deux départements à influence directe sur la vie des citoyens.
M. K


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.