153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La voie de Biskra de Yahia Boubekeur Carnet de voyage
Mon Algérie à moi :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 08 - 2021

Premier livre de Yahia Boubekeur paru aux éditions TPA, c'est l'histoire d'un voyage historique et touristique qui nous conduit d'Alger à Biskra.
Dans Mon Algérie à moi : La voie de Biskra, de hauts lieux de la résistance algérienne y sont revisités à l'exemple de la bataille de Zaâtcha, l'embuscade de Palestro (Lakhdaria) ou encore, la bataille de Sidi-Thameur, et ce, à travers un voyage du nord au sud.
Dans cet ouvrage dont la préface est signée par Djoher Amhis, l'auteur s'est basé sur une large documentation mais a également parcouru des centaines de kilomètres pour recueillir des témoignages.
Au cours de son périple en direction de Biskra, Yahia Boubekeur passe par les gorges de Palestro et note : « Un siècle plus tôt à la même place en 1871, 50 colons avaient été tués emportés par le torrent de la colère qui avait jailli des entrailles de la Kabylie. Révolte d'El-Mokrani. Révolte d'un peuple avide de liberté contre la France avide de richesse », p19.
Yahia Boubekeur fait une halte à Sour-el-Ghozlane où se trouve la tombe de Takfarinas. Il rend hommage au poète Djamel Amrani qui a poussé son premier cri dans cette ville. « Un homme qui n'avait jamais négocié sa plaie. Un résistant. Un moudjahid. Un mutilé. Un poète dont la voix caverneuse manque toujours à ses auditeurs... Le 19 mai 1956, il participe à la grève des étudiants, puis arrêté, torturé et incarcéré par l'armée coloniale pour subir les pires sévices dans la villa Susini d'Alger», p34.
Sur la route du Sud, petit clin d'œil à Lalla Zeineb, l'insoumise, dans la Zaouia d'El Hamel avec une belle légende à découvrir : «L'administration coloniale avait essayé de la destituer de son statut avec la complicité d'un cousin... mais elle a exhibé le testament de son père qui en faisait la seule héritière... On raconte que ce jour-là, la terre avait tremblé et que l'on a entendu le cheikh Mohamed Belkacem crier depuis sa tombe : ''C'est ma fille qui a ma baraka !''», p46.
Dans ce carnet de voyage, l'histoire occupe une place prépondérante. Après la bataille de Sidi-Thamer, le 28 mars 1959 à M'sila, l'auteur nous entraîne à Biskra, dans l'Oasis de Zaâtcha où s'est déroulée la bataille du même nom en 1849. Près de 1 500 Algériens y furent massacrés dont Cheikh Bouziane et son fils âgé à peine de 15 ans. 8 000 soldats avaient été engagés par Herbillon contre de paisibles citoyens. Le siège de Zaâtcha avait duré du 7 octobre au 26 novembre 1849.
Ce carnet de route dont le fil conducteur allie espace et Histoire est le premier volet d'une série consacrée à toutes les régions d'Algérie, promet Yahia Boubekeur, un écrivain baroudeur qui, dans une ancienne vie, était libraire, bibliothécaire et journaliste.
Soraya Naili
Mon Algérie à moi : La voie de Biskra Yahia Boubekeur. Editions TPA, 2021. 78 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.