Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Snapo dénonce ces pratiques illégales
ANTICOAGULANTS, CORTICOIDES, EN VENTE LIBRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 08 - 2021

Le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) dénonce le commerce illégal et les dons anarchiques de médicaments liés à la pandémie de Covid-19 sur les réseaux sociaux. Il met en avance les dangers que représentent ces pratiques sur la santé des citoyens. Ce fléau perturbe également le marché du médicament, d'où l'indisponibilité de certains médicaments en officines.
Depuis quelques semaines, des particuliers se sont improvisés en fournisseurs de médicaments prescrits dans le cadre du protocole thérapeutique de Covid-19, sur les réseaux sociaux. Certains «revendeurs» n'hésitent pas à proposer ces produits pharmaceutiques à des prix exorbitants, notamment des anticoagulants, alors que d'autres les cèdent gratuitement. Joignant à leur annonce un numéro de téléphone, ils exhibent fièrement leurs stocks, souvent important, via des photos ou des vidéos postées, pour la plupart, sur Facebook.
Ce commerce illégal qui surgit au moment où certains médicaments sont en rupture de stock dans les officines a suscité l'indignation du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) qui l'a vigoureusement dénoncé. «Ces pratiques constituent un véritable danger pour la santé du citoyen», affirme son président, Messaoud Belambri.
Il souligne, à cet effet, les risques de la mauvaise utilisation de ces produits, notamment les intoxications. «Il ne faut jamais recourir aux anticoagulants, aux antibiotiques et aux corticoïdes sans prescription médicale. Même la vitamine D est très toxique. Elle fait partie des médicaments dont la dose thérapeutique est très proche de la dose toxique. Il suffit de dépasser la dose thérapeutique de quelques milligrammes pour se retrouver avec des effets secondaires irréversibles, notamment lorsqu'elle est associée aux compléments alimentaires qui contiennent des minéraux et des vitamines dont la vitamine D», explique-t-il.Rappelant que le médicament est un produit qui obéit à une réglementation très stricte, le président du Snapo précise que la loi punit l'exercice illégal d'une profession médicale et de la pharmacie. «Il faut laisser le médicament au pharmacien, lui seul est habilité à le détenir et à le dispenser aux patients en marché de ville ou en milieu hospitalier, conformément à la réglementation et aux règles d'usage», dit-il.
D'ailleurs, poursuit-il, «la filière pharmaceutique est tellement organisée et cadrée que le producteur et l'importateur ne peuvent vendre le médicament qu'aux distributeurs agréés, et le distributeur n'a le droit de vendre le produit pharmaceutique qu'aux pharmaciens agréés».
Il estime que personne ne peut s'aventurer à se procurer ces médicaments sous prétexte de bonne foi, d'aide humanitaire ou de pénurie. «Ces individus n'ont pas le droit de détenir ces produits pharmaceutiques, ni de se les procurer pour les revendre ou pour en faire don. Même le pharmacien n'a pas le droit de dispenser des médicaments sans ordonnance. Nous nous interrogeons, d'ailleurs, sur leurs sources d'approvisionnement», dit-il.
Messaoud Belambri fait savoir, par ailleurs, que ce genre de comportement perturbe fortement le marché du médicament, surtout dans de pareilles circonstances de crise sanitaire de Covid-19 et de forte demande sur ces produits. «Ces pratiques accentuent les tensions sur ces produits pharmaceutiques et leur indisponibilité. Si ces médicaments sont détournés du circuit légal, même les pharmacies seront dans l'incapacité de les mettre à la disposition des patients», dit-il.
Interpellant les citoyens sur le danger de ces pratiques, le Snapo appelle à dénoncer la vente illégale des produits pharmaceutiques sur les réseaux sociaux. Toutefois, il note avec satisfaction la réaction des services de sécurité qui, dernièrement, ont mis fin à nombre de ces pratiques. «Plusieurs individus qui activaient sur la toile, à Alger et Blida, ont été interpellés et présentés devant la justice, et leurs comptes Facebook ont été carrément supprimés», conclut le président du Snapo.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.