Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger appelle Paris à livrer Ferhat Mehenni
Mandat d'arrêt international contre le président du MAK
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 08 - 2021

La justice algérienne a lancé ce jeudi un appel à l'arrestation et l'extradition de Ferhat Mehenni, président du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) classé organisation terroriste et accusé d'être à l'origine du meurtre de Djamel Bensmaïl.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Cet appel a été lancé, entre autres, aux autorités françaises par le procureur de la République du tribunal de Sidi-M'hamed qui n'a, toutefois, pas cité directement le pays concerné. Ferhat Mehenni bénéficie de l'asile politique en France.
« De cette place, j'appelle les pays où se trouvent ces individus à les livrer afin qu'ils soient jugés et qu'ils ne restent pas dans l'impunité », a-t-il déclaré, après avoir annoncé qu'un mandat d'arrêt international allait être lancé à l'encontre de Ferhat Mehenni, et de toutes les personnes affiliées à cette organisation établies à l'étranger et impliquées dans le meurtre du jeune bénévole.
Le magistrat se dit confiant quant à l'attitude que va observer ce pays, « il y a, dit-il, des mécanismes d'entraide judiciaires qui fonctionnent. Leurs noms seront communiqués à Interpol (...) toutes ces personnes ne connaîtront pas la quiétude et seront poursuivies où qu'elles se trouvent».
Le lancement d'un mandat d'arrêt international à l'encontre du président du MAK n'est pas une surprise en soi, il était même attendu depuis l'accusation officielle dont a fait l'objet cette organisation. Les services de sécurité et la justice se basent sur les aveux de personnes poursuivies pour le meurtre du jeune Djamel Bensmaïl. Dans une allocution prononcée durant les événements douloureux qu'a connus la Kabylie, le chef de l'Etat avait officiellement désigné le MAK comme étant responsable de la mort du bénévole. Ce jeudi, le procureur de la République du tribunal de Sidi-M'hamed a organisé une conférence de presse durant laquelle il a livré les conclusions de l'enquête préliminaire menée autour de ces faits. « Il s'agit, dit-il, d'un crime prémédité et planifié méthodiquement par le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) », ajoutant qu'il y avait eu « encadrement des suspects même pendant l'assassinat du jeune Bensmaïl ». L'enquête a aussi révélé l'implication de « l'élément étranger », indique-t-il encore. Le magistrat n'en dit pas plus sur le sujet, mais promet la « transparence » et annonce d'autres rencontres avec la presse lorsque d'autres éléments sérieux seront disponibles.
Sur un autre volet, le procureur de la République a fait savoir que 88 suspects ont été arrêtés au total, et que 24 d'entre eux ont été identifiés comme appartenant au MAK. Dans le groupe cité, 83 personnes ont été placées sous mandat de dépôt, et quatre autres sous contrôle judiciaire. Vingt-neuf autres personnes identifiées demeurent en fuite, dont certaines se trouvent à l'étranger.
Dans une déclaration en lien avec les circonstances qui ont précédé le meurtre de Djamel Bensmaïl, le magistrat a battu en brèche les rumeurs mettant en cause l'inaction des services de sécurité durant le drame qui s'est produit. « La police est au contraire victime, dit-il. Les personnes arrêtées sont d'ailleurs aussi poursuivies pour agression d'agents de l'ordre dans l'exercice de leurs fonctions (...) le défunt a été arraché à la police par la violence ».
Les éléments contenus dans le téléphone de Djamel Bensmaïl demeurent cependant encore inconnus du grand public. Le procureur de la République a fait savoir que l'enquête qui se poursuit ne permettait pas d'en dire plus. « Nous devons respecter la présomption d'innocence des personnes. Le juge en charge du dossier a terminé son travail mercredi à quatre heures du matin. Une autre enquête est menée en parallèle au sujet des incendies. Les éléments seront communiqués à l'opinion publique au moment où ils seront disponibles ».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.