Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La hausse des prix se poursuit
Marché mondial du gaz naturel
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 08 - 2021

Tous les voyants indiquent que jusqu'à la fin de cette année, au moins, les prix du gaz naturel ne sont pas près de connaître une tendance autre que celle de la hausse qui les caractérise depuis plusieurs mois. Ceci au grand soulagement des pays producteurs, dont l'Algérie, qui ont tant souffert de l'impact des premiers mois de la pandémie.
Les exportations algériennes de gaz, l'année dernière, ont été moindres de 2 milliards de mètres cubes qu'en 2019, année déjà pas très brillante. Une information qui venait ainsi assombrir un peu plus un tableau déjà bien terne pour les exportations des hydrocarbures algériens, source de financement quasi exclusive de l'économie nationale. Sur la lancée du début de l'année en cours, les perspectives sont désormais toutes autres, la compagnie nationale ayant revu ses prévisions à la hausse quant à la production et les ventes de son gaz. C'est vers la fin de l'année 2020 et le début de celle-ci qu'une forte demande en GNL prit des contours encourageants pour les pays exportateurs, avec la relance de l'activité économique dans le monde, libérée des restrictions dues à la pandémie. Période charnière à laquelle s'est accommodée Sonatrach plutôt bien puisque, selon les chiffres publiés par la compagnie nationale, c'est un «bond appréciable», pour reprendre les mots du P-dg, Toufik Hakkar, qui a été réalisé. Les exportations algériennes de gaz durant le premier trimestre de cette année ont été boostées grâce aussi bien à la hausse de production qu'au renforcement de la demande des clients. Conjoncture favorable qui a permis à Sonatrach de consolider sa position de 2e fournisseur de gaz de l'Italie avec une part de marché de 35 %, alors qu'elle dépassait à peine les 15% durant le premier trimestre 2020, au moment où chez les deux habituels clients ibériques, l'Espagne et le Portugal, cette même part a été de 47% durant les trois premiers mois de 2021, malgré la très forte concurrence du gaz américain, notamment.
Le bouleversement du marché mondial du gaz, sur le plan des prix, est allé grandissant à partir de la fin de l'année dernière, donc, lorsqu'une vague de froid terrible s'abattait sur l'Asie, en Chine surtout, au même moment où commençait l'habituelle saison de chauffage dans les pays de l'hémisphère nord. Ceci, sans omettre l'impact de la relance de l'activité économique résultant de la levée des restrictions pour freiner la pandémie. La tendance à la hausse des prix s'est muée en flambée dès le début de l'été, encouragée par la demande des pays occidentaux entrés comme dans une espèce de course pour renouveler leurs stocks de GNL rudement mis à mal par la période hivernale et la relance économique. Tout était ainsi réuni pour que les prix suivent une trajectoire haussière jusqu'à ces derniers jours et, selon les perspectives, les prochains mois risquent d'être encore marquants. Déjà, partout dans les pays développés, les conséquences de l'exponentielle remontée des prix du gaz se font sentir.
Il en est ainsi en France, par exemple, où près de 5 millions de ménages d'Engie, le groupe industriel énergétique français, un des plus grands au monde, devront subir le 1er septembre une augmentation de plus de 8% des tarifs réglementés du gaz, après de fortes hausses déjà en juillet et durant ce finissant mois. Depuis la fin du 1er trimestre de cette année, le prix par KWh n'a cessé d'augmenter, induisant d'importants coûts pour les ménages français. Ce sont en tout cinq augmentations que le prix du gaz domestique a subies depuis le début de l'année dans l'Hexagone. Il faut savoir que 99 % du gaz consommé en France est importé, des événements ponctuels comme l'augmentation des prix au niveau mondial ou encore des faibles niveaux de stockage se répercutent inévitablement sur la facture des consommateurs. Un exemple qui peut être transposé partout en Europe et dans les pays développés, grands consommateurs de GNL. De quoi, en somme, faire entrevoir de belles perspectives pour les pays producteurs pour peu, pour ce qui concerne l'Algérie, que la production ne subisse pas de contretemps.
Azedine Maktour
Communiqué du ministère de l'énergie
Le ministre de l'Energie et des Mines, Monsieur Mohamed Arkab, prendra part, mercredi 1er septembre 2021, aux travaux de la 20e Réunion ministérielle Opep—Non-Opep qui se tiendra par visioconférence.
Cette réunion, qui regroupe les 23 pays (13 pays de l'Opep et 10 pays non-Opep) signataires de la Déclaration de coopération, sera consacrée à l'examen de la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d'évolution à court terme.
Cette réunion sera précédée, le même jour, par la 32e réunion du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC), qui aura à évaluer, sur la base du rapport établi par le Comité technique conjoint de suivi (JTC), la situation du marché pétrolier international, ses perspectives d'évolution à court terme ainsi que le niveau de respect des engagements de baisse de la production des pays participants à la Déclaration de coopération.`
Le JMMC est composé des pays membres de l'Opep qui sont l'Algérie, l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, l'Irak, le Koweït, le Nigeria et le Venezuela et de deux pays non membres de l'Organisation, à savoir la Russie et le Kazakhstan. L'Angola participera également aux travaux du JMMC au titre du président de la Conférence de l'Opep.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.