Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelle provocation du Maroc
SON REPRESENTANT À L'ONU RECIDIVE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 09 - 2021

Les provocations marocaines se poursuivent, lancées par les mêmes centres qui ont fini par mener à la rupture des relations entre Alger et Rabat et confirmant, si besoin est, le jeu dangereux auquel ils se livrent en direction de la Kabylie.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Ces provocations sont encore le fait de l'ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies. Au cours de la semaine écoulée, et lors d'une réunion organisée par le comité spécial chargé du dossier de la décolonisation des Caraïbes, Omar Hilal a de nouveau évoqué la Kabylie dans une réponse à l'ambassadeur algérien qui venait d'achever une intervention dans laquelle il rappelait que la question de la décolonisation du Sahara Occidental était inscrite depuis 1963 à l'ONU. «Il semble oublier que dans son propre pays, il y a des populations qui réclament le droit de pouvoir bénéficier de l'autodétermination», dit-il. Sa déclaration est suivie de propos plus graves puisqu'il réclame la présence du MAK aux réunions du comité spécial sur la décolonisation.
Il faut savoir que Omar Hilal est un élément très important dans l'échiquier diplomatique mis en place par Mohammed VI pour la gestion du dossier du Sahara Occidental à l'échelle internationale. Comme Nacer Bourita, chef de la diplomatie marocaine (et tout le reste du personnel politique marocain d'ailleurs), il applique strictement les ordres en provenance du palais royal. Sa nouvelle intervention annule, écrase même la dernière sortie publique du chef du gouvernement marocain, Saâd-Eddine El Athmani, à travers laquelle il tentait de tempérer la première déclaration de Omar Hilal.
En juillet dernier, et lors d'une réunion des non-alignés, il avait évoqué «le droit à l'autodétermination de la Kabylie» et distribué une carte d'Algérie amputée de ce territoire. Cette nouvelle provocation, grave, a été considérée par l'Algérie comme étant la goutte qui a fait déborder le vase et précipité la décision de rompre les relations avec ce pays animé d'intentions hostiles dévoilées au grand jour. Avant l'annonce de sa décision, Alger avait toutefois réclamé à Rabat de clarifier publiquement sa position, ce qui n'avait pas été fait. Quelques jours après l'annonce du Haut conseil de sécurité (HCS), le Premier ministre marocain est intervenu pour se désoler de la décision algérienne et «expliquer» qu'il s'agissait d'une «réaction verbale de Omar Hilal et non pas d'une décision politique». Ces «explications», il faut le dire, ont été livrées dans un contexte marqué par de grands shows savamment organisés aux frontières et sur les réseaux sociaux pour décrier la rupture des relations entre les deux pays. L'intervention du chef du gouvernement marocain en faisait-elle partie ? Très probablement puisque Omar Hilal, beaucoup plus puissant que lui dans la hiérarchie «makhzenienne», est à son tour intervenu pour rétablir la situation à son origine. Pour apporter aussi cette confirmation qu'Alger attendait. Elle clarifie de ce fait les intentions du Maroc à l'égard de la Kabylie et confirme, si besoin en est, tout ce que dit Alger au sujet des manipulations en direction de cette région.
Très loquace depuis l'émission d'un mandat d'arrêt à son encontre, le responsable du MAK n'a, de son côté, jamais nié toutes les accusations portées à son encontre au sujet de ses accointances avec le Maroc. Dans ce contexte très tendu, Ferhat Mehenni a même pris position avec Rabat puisque, déclarait-il dernièrement, «l'Algérie s'en est prise à son organisation et allumé le feu en Kabylie, après l'annonce du soutien marocain au MAK».
Ces propos semblent toutefois avoir très peu d'effets dans la région concernée où le MAK, classé organisation terroriste, se trouve désormais totalement isolé.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.