Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le 11 septembre, New York, le Chili et l'Algérie des âarchs
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 09 - 2021

Un double anniversaire. Le mardi 11 septembre 2001, le monde explosait à New York. Le mardi 11 septembre 1973, un coup d'Etat fomenté par le général fasciste Pinochet et la CIA mettait fin au régime socialiste du Président démocratiquement élu Salvador Allende qui, après avoir adressé un ultime message aux Chiliens préférait se donner la mort plutôt que de se rendre aux putschistes.
Double évènement dont l'un – la fin d'Allende – a conforté momentanément les dictatures existantes en Amérique latine – tandis que le second a fait entrer le monde dans une ère de bouleversements et d'instabilité dont on paie encore les effets.
Ce 11 septembre, des milliards de téléspectateurs avaient assisté en direct à la destruction du World Trade Center («Centre du commerce mondial» en français), qui symbolisait, dix ans après l'effondrement du mur de Berlin et la disparition de l'ex-URSS et des pays socialistes d'Europe, la toute puissance des Etats-Unis. Les pirates voulaient aussi porter un coup irrémédiable à une ville, New York, où le vivre ensemble, en dépit des inégalités sociales et de classes, était une réalité.
Cette attaque kamikaze attribuée à al-Qaida a donné lieu, sous prétexte de punir les commanditaires des attentats, à une spirale d'interventions militaires américaines, d'abord en Afghanistan qui abritait Ben Laden, puis en Irak, accusé de complicité et de posséder des «armes de destruction massive». Le 7 octobre, les forces US envahissent l'Afghanistan, mettent fin au régime des talibans et installent un régime à leur solde. Deux ans plus tard, en mars 2003, soutenu par les pays du Golfe qui abritaient – et abritent encore – des bases US, l'Irak est envahi à son tour et Saddam renversé.
L'Irak est alors administré par Paul Bremer, un haut fonctionnaire du Département d'Etat, assisté d'opposants irakiens ramenés dans les fourgons blindés US. Bremer et ses dévoués locaux vont s'employer à détruire l'Etat irakien y compris les services publics, plongeant le pays dans une totale désorganisation sociale.(1) Ce qui va rendre difficile la reconstruction d'un pays dont les infrastructures socio-économiques et culturelles ont été détruites par les bombardements US, ramenant ainsi l'Irak «50 ans en arrière», selon le vœu exprimé par James Baker, l'ex-chef de la diplomatie de Bush père. Quant aux «armes de destruction massive», qui ont servi de prétexte, elles n'ont naturellement jamais existé.
Les invasions de l'Afghanistan et de l'Irak s'inscrivaient dans le projet de Grand Moyen-Orient (GMO) – conçu par les néoconservateurs américains, visant à remodeler au nom de la démocratie un espace englobant le Maghreb, le Proche-Orient, la Turquie, l'Afghanistan bien sûr, le Pakistan et même les lointaines Indonésie et Malaisie !
Au lieu et en place de la démocratie visée par le projet de GMO, la double invasion de l'Afghanistan et de l'Irak a surtout boosté et légitimé un islamisme radical en déclin et en besoin d'un second souffle. Et tout en restant prudent, il est permis de penser que ce qu'il est advenu par la suite, la naissance de Daech, la guerre en Syrie où l'islamisme radical n'a pas dit son dernier mot et au Yémen, la destruction de la Libye et ses effets sur les pays du Sahel, avec l'apparition d'une floraison de groupes djihadistes sahéliens, sont, à des degrés divers, des conséquences du projet de GMO et de l'invasion de l'Irak.
En Algérie, l'attentat du World Trade Center est survenu au plus fort moment du mouvement de contestation populaire connu sous le nom des âarchs, dont le pic aura été l'imposante mobilisation du 14 juin 2001 à Alger à l'appel des coordinations de l'interwilayas.(2 L'inter-wilayas était porteuse de la Plateforme d'El-Kseur qui devait être remise, si je m'en souviens bien, à l'issue de cette marche à la présidence de la République. Cette marche, nous le savons, a alors été brutalement dispersée place du 1er-Mai. Ce jour-là, le pouvoir du Président Bouteflika, qui avait prononcé neuf discours entre le 26 avril et le 22 juin et fait le choix de préserver le système, a raté l'occasion historique d'amorcer une vraie transition politique et de faire entrer l'Algérie dans un siècle de démocratie pluraliste et de progrès, ce qui fait qu'on en paie les frais aujourd'hui. D'autant que ce mouvement populaire, dit âarch, s'inscrivait dans une perspective citoyenne et nationale, et non dans une perspective régionaliste ou autonomiste, et ce, dans le contexte d'un terrorisme islamiste dont le déclin amorcé en 1998, bien avant l'arrivée de Bouteflika au pouvoir, se poursuivait.
H. Z.
(1) J'étais présent en tant que journaliste pour l'Humanité et le Matin à Baghdad en mars-avril 2003 et y suis retourné en avril-mai 2004.
(2) L'inter-wilayas regroupait les coordinations des comités des daïras et communes des wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa, Bordj Bou-Arreridj, Alger, Boumerdès, Bouira, Sétif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.