CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Snapap menace d'une grève générale
En réaction au contexte socioéconomique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 09 - 2021

Le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap) a dressé un bilan socioéconomique des plus sinistres. Les syndicalistes du Snapap tirent la sonnette d'alarme quant à la dégradation des conditions sociales des fonctionnaires. Face à ce malaise qui ne cesse de croître, l'organisation décide de passer à l'offensive et annonce la tenue d'un débrayage national qui touchera les administrations publiques au mois d'octobre prochain.
Massiva Zehraoui- Alger (Le Soir) - Le président du Snapap, Belkacem Felfoul, qui tenait hier, une conférence de presse au siège du syndicat, sis à Bab Ezzouar, s'est dit inquiet par la conjoncture actuelle. «La hausse des prix qui s'opère en ce moment n'a jamais autant impacté le pouvoir d'achat des citoyens», a-t-il constaté.
La constante dégradation du pouvoir d'achat des Algériens est hautement préoccupante selon lui, dans la mesure où au rythme où vont les choses, nous ne sommes pas loin de l'implosion sociale.
Belkacem Felfoul considère que le plan tracé par le nouveau gouvernement n'est pas assez clair sur la prise en charge des dossiers relatifs à l'amélioration des conditions sociales des fonctionnaires.
Le Snapap réclame la révision des lois relatives au statut particulier dans tous les secteurs. Abordant le dossier de la retraite, le Snapap a plaidé pour une révision de la loi sur la retraite qui s'est révélée «contreproductive pour la politique de l'emploi en Algérie et n'aide en rien à absorber le chômage».
Autre point jugé crucial dans la plateforme des revendications du Snapap, celui du financement de la Caisse nationale des retraites (CNR). Le syndicat fait savoir qu'en 2016, une série de propositions avaient été faites dans ce sens aux autorités, mais qu'aucune concrétisation sur le terrain n'a suivi.
Par ailleurs, s'agissant du pouvoir d'achat des fonctionnaires en particulier, et des citoyens en général, le Snapap invite le gouvernement à instaurer des mécanismes efficients, comme «augmenter le point indiciaire de 45 DA à 90 DA».
Cette solution viendrait à bout du monopole exercé sur le marché et contribuera à «assurer une relative stabilisation du dinar dont la dévaluation a détérioré le pouvoir d'achat», a déclaré Belkacem Felfoul. Ce dernier explique que l'Etat doit absolument prendre en charge les préoccupations des Algériens, sans quoi, la situation risque de s'envenimer davantage. C'est dans cette perspective que le Snapap compte initier un mouvement de grève, en octobre prochain. Le but est d'attirer l'attention des autorités sur ces problèmes récurrents, dans l'espoir de trouver des solutions urgentes et efficaces. La date de la grève n'a pas encore été tranchée.
Le Snapap a, en parallèle, sollicité le premier ministère en vue d'obtenir une entrevue avec les représentants du secteur. Si cette action aboutie, et qu'elle donne des résultats tangibles, «cette grève pourra être potentiellement annulée», expliquent les membres du syndicat. Dans le cas contraire, la durée du débrayage ainsi que la date seront déterminées.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.