Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pas vers l'école numérique
Education nationale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2021

Le ministère de l'Education nationale a fait le premier pas vers l'école numérique. Le projet pilote lancé en avril dernier a touché jusqu'à présent une soixantaine d'écoles à travers le territoire national. L'initiative va permettre de réduire de 60 à 70% le poids du cartable, nous précise-t-on du côté du département de l'éducation nationale.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - L'école publique se modernise enfin. À partir de cette rentrée, certains établissements primaires auront le privilège de travailler avec les nouvelles technologies via le projet pilote de l'école numérique. Pour le moment, il existe soixante établissements numériques au niveau national. Il existe presque une école au niveau de chaque Direction de l'éducation de wilaya. Comment le choix s'est-il porté sur ces écoles ? Ce sont les Directions de l'éducation qui ont eu la charge de désigner les écoles répondant aux normes pour les équiper des nouvelles technologies. Le but étant d'arriver à alléger de 60 à 70 % le poids du cartable. En effet, les élèves seront dispensés de livres en format papier puisque une série de programmes a été conçue pour la gestion des e-books scolaires. Le ministre de l'éducation nationale compte généraliser progressivement ces écoles notamment aux autres cycles. Pourtant, les syndicats sont sceptiques. C'est le cas du Satef qui affirme que «nous sommes dans l'incapacité d'aller vers l'école numérique». «Nous avons beaucoup de retard et tous les ministres qui se sont succédé à la tête du ministère de l'éducation nationale, depuis 1990, parlaient de ce projet d'école numérique. Benbouzid avait même promis de doter toutes les écoles de clubs numériques avant 2011, Benghabrit parlait de doter chaque élève d'une tablette pour alléger le cartable, mais jusqu'à présent, nous n'avons rien vu, ils sont tous partis sans concrétiser leur projet d'allégement du cartable et de la numérisation du secteur», a déclaré M. Amoura. Peut-on remettre en doute encore ce projet alors qu'il vient de se concrétiser à travers des écoles pilotes ? «60 écoles numériques sur 30 000 écoles primaires existantes ne représentent que 0, 001%. Alors il n'y pas de quoi être fier, d'autant que nous avons plus de 2 500 lycées et environ 8 000 collèges sur le territoire national. Avons-nous les moyens de numériser tous les établissements, alors que la majorité ne dispose même pas d'une ligne téléphonique ou d'un réseau internet ? Ces élèves qui ont commencé leur cursus dans une école numérique, une fois au collège, comment cela va se passer ? Ils vont revenir à la craie ?» souligne le président du Satef.
Pour ce syndicat, avant de parler de l'école numérique, les établissements doivent au moins être dotés du minimum. «Nous n'avons pas encore de tableaux numériques pour écrire avec un marqueur et on nous parle de tablettes alors que le budget de fonctionnement des établissements scolaires a été réduit de 65% depuis janvier 2017», dit-il.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.