Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»
SAMI AGLI S'INQUIÈTE :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 10 - 2021

La Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) s'inquiète de l'ampleur prise par le marché informel et appelle à la mobilisation de tous pour le combattre.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune a estimé la masse monétaire qui circule dans le circuit informel à 90 milliards de dollars. « Ce montant nous donne froid dans le dos. C'est presque la moitié de l'économie nationale », s'est alarmé, hier, le président de la CAPC, Mohamed Sami Agli, lors d'une conférence de presse animée au siège de l'organisation patronale à Alger.
Soutenant que le marché informel constitue un « véritable danger pour la sécurité du pays si jamais l'argent qui y circule est utilisé à mauvais escient », le conférencier a appelé à la mobilisation de tous pour combattre l'informel qui doit être, selon lui, une priorité nationale.
Sami Agli a plaidé pour des mesures « urgentes » et «courageuses », souhaitant qu'au moins, la moitié du montant avancé par le chef de l'Etat soit intégrée dans le marché officiel. Il a expliqué que le marché informel déstructure l'économie nationale, impose une concurrence déloyale, et touche à la compétitivité de l'Etat à l'extérieur.
Le conférencier s'est attaqué également à la bureaucratie qui freine, selon lui, l'investissement et fait perdre du temps aux entreprises et de l'argent au Trésor public.
Il a appelé à combattre ce fléau qui est, a-t-il soutenu, « une responsabilité collective » et à débloquer l'investissement. Le président de la CAPC a appelé, en outre, à la stabilité juridique afin de garantir l'attractivité de l'Etat pour les investisseurs étrangers qui se plaignent de cette instabilité et des changements qui touchent à chaque fois les lois.
Sami Agli a appelé, par ailleurs, à renforcer le pouvoir d'achat des citoyens, expliquant que « nous ne pouvons pas construire une économie forte sans un pouvoir d'achat fort qui en est le moteur ».
Et d'affirmer que la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire pour la réussite du plan de relance économique du gouvernement dont il salue la teneur.
Face à « la précarité économique » qui touche l'entreprise, confrontée à d'énormes difficultés depuis 2019 en raison du mouvement populaire et de la pandémie de Covid-19, le président de cette organisation patronale plaide pour « des mesures d'urgence et de rupture » en faveur des petites entreprises qui n'ont pas les moyens de faire face à la gravité de la crise afin de les sauver de la disparition.
Le conférencier s'est dit « inquiet » de la situation générale de l'entreprise mais, en même temps, « optimiste » quant à la reprise, décelant dans le discours officiel des messages apportant de la confiance.
Exprimant son opposition à l'endettement extérieur, l'orateur s'est, toutefois, dit favorable au recours de l'entreprise à la levée de dettes sur le marché international sans que l'Etat fasse aucune garantie.
Interrogé sur l'industrie automobile dont le projet d'implantation en Algérie a échoué, l'orateur a affirmé que le pays n'est pas obligé d'avoir cette industrie et que celle-ci ne lui est pas indispensable.
« Nous l'avons essayé mais il ne faut pas s'entêter à le faire. C'est un mirage. Il faut voir ailleurs et investir dans d'autres secteurs et ne pas perdre du temps », a-t-il suggéré.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.