Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    Ce qui va changer pour voyager en France    La construction de logements en plein boom    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed sur deux fronts
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
La corruption et les malversations financières ont atteint, en Tunisie, de grandes proportions au point de toucher l'un des plus importants secteurs, celui de l'enseignement, dont les conséquences sur l'avenir du pays ne sont plus à démontrer. Plus d'un millier de faux diplômés viennent d'être épinglés par la justice.
Voilà pourquoi le Président Kaïs Saïed multiplie quotidiennement les appels au renforcement de la lutte contre ce phénomène. Pire encore, le nombre des enseignants aux faux diplômes serait, selon certaines sources, de huit mille. Un chiffre qui reste à vérifier et une catastrophe en vue qui donnerait une génération d'ignorants.
Voilà pourquoi le chef de l'Etat en parle tous les jours et la télévision nationale diffuse ses propos, contrairement à sa ligne éditoriale antérieure.
Ce changement d'orientation de ce média depuis la prise en main des pouvoirs exécutif et législatif par Kaïs Saïed s'explique par sa volonté de s'associer à cette lutte en tenant informé le peuple de tout ce qu'entreprend le Président.
Un autre thème domine les allocutions, presque quotidiennes du chef de l'Etat, celui de la souveraineté nationale. En effet, Kaïs Saïed ne cesse de rappeler que la souveraineté de la Tunisie n'est pas négociable. En dehors de ces deux constantes, il se limite à l'annonce de l'organisation d'un dialogue national avec les jeunes, alors que le peuple s'impatiente de connaître un programme dont l'exécution permettrait au pays de se remettre sur les rails.
De tels propos sont répétés pour rappeler aux détracteurs du Président, tant tunisiens qu'étrangers, que le «coup» du 25 juillet était destiné à sauver le pays du marasme dans lequel il a été jeté depuis 2011 et le peuple, de la pauvreté.
En s'adressant à l'étranger, le chef de l'Etat tunisien cherche à repousser les pressions qu'il subit de la part des Etats-Unis d'Amérique et de l'Union européenne pour rétablir la «démocratie parlementaire». D'ailleurs, lors d'une récente réunion, le Parlement européen — qui n'a, du reste, aucun pouvoir — a poursuivi ses pressions en invitant Kaïs Saïed à effectuer un retour à la vie constitutionnelle.
Pressions extérieures
À ce sujet, le chef de l'Etat tunisien agit comme si de rien n'était et fait preuve de résistance, malgré les mises en garde inavouées des auteurs de menaces cachées ou clairement exprimées, à l'instar de celles du Congrès américain. D'ailleurs, en recevant, de temps à autre, des personnalités de ces pays, il ne recule pas et tient le même langage pour défendre sa thèse de défense du pays et du peuple.
Ainsi, il n'a jamais caché son rejet de l'ingérence étrangère dans les affaires tunisiennes déclarant, il y a quelques jours, à un «intrus» (allusion faite à un ministre français) que la Tunisie a formé son gouvernement au moment où elle a décidé de le faire et jamais sous la pression. Au plan intérieur, l'appel à la lutte contre la corruption commence à se concrétiser sur le terrain. D'anciens hauts responsables (ministres, gouverneurs ou députés) sont sous les verrous pour répondre d'actes répréhensibles. L'intervention du parquet est perceptible dans plusieurs secteurs touchés par la corruption, en particulier l'agriculture et l'enseignement, où des malversations ont été tues depuis plusieurs années.
Les affaires déterrées depuis quelques jours montreront, au public, un pan des personnes qui ont conduit le pays à la banqueroute.
Cependant, où va le pays ? Le flou que fait persister Kaïs Saïed intrigue les citoyens qui appréhendent un retour au pouvoir personnel que laisse craindre sa détermination, du moins temporaire, à garder tous les pouvoirs.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.