«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le Coran s'est adressé aux musulmans, jamais aux islamistes»
Tunisie : Kaïs Saïed ouvre le feu sur Ghannouchi :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 04 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
Entre le chef de l'Etat et Rached Ghannouchi, leader du parti Ennahda, c'est une guerre ouverte qui mobilise leurs fans respectifs en public ou dans les médias.
Toutes les occasions sont bonnes pour le Président tunisien Kaïs Saïed pour tacler les islamistes. Lundi dernier, la veille du mois saint du Ramadhan, il les a attaqués au sein même de la mosquée « Zitouna ».
Allah, a-t-il dit, s'est adressé dans le Coran aux musulmans et jamais aux islamistes. Cette option, immuable chez Kaïs Saïed, ne cesse de se renforcer chez lui depuis qu'il s'est trouvé en lutte avec le chef du parti islamiste, Rached Ghannouchi. Entre les deux hommes, c'est une guerre déclarée à laquelle sont associés leurs fans respectifs en public ou dans les médias. Au point que bon nombre d'analystes n'ont pas hésité à égrener les points marqués par Saïed contre Ghannouchi lors de sa récente visite en Egypte.
Les honneurs avec lesquels il a été accueilli au Caire en disent long sur le soutien que lui a témoigné le chef de l'Etat égyptien, Abdelfattah Sissi, dans la lutte contre les intégristes. Leurs déclarations respectives laissaient transparaitre, en filigrane, tout le mal que les deux chefs d'Etat pensent des confréries islamiques.
Certes, ils ont abordé plusieurs dossiers relatifs à la coopération bilatérale où la part de la lutte contre le terrorisme est d'un grand poids. D'autant plus que Saïed et Sissi pensent dans leur for intérieur que les islamistes font le lit du terrorisme. À ce propos, Kaïs Saïed est rentré en Tunisie avec, dans ses valises, un soutien indéfectible pour poursuivre sa lutte, en Tunisie, contre toute forme d'extrémisme, en premier lieu, celui que représente à ses yeux, le parti islamiste de son « ennemi juré », Rached Ghannouchi. Se cachant derrière ses fans, celui-ci a été défendu, bec et ongles par des inconditionnels de son parti qui ont, sévèrement, critiqué Kaïs Saïed, soulignant que sa visite au Caire était inopportune.
Aussi, Rafik Bouchlaka, gendre de Ghannouchi et ancien ministre des Affaires étrangères, s'est-il empressé de s'attaquer au chef de l'Etat, affirmant qu'il aurait pu et dû examiner et résoudre son différend avec le parti islamiste en Tunisie et non à l'étranger.
D'autres critiques ont été exprimées par le parti Al Amel (l'espoir). Ce dernier rejette l'internationalisation du conflit qui oppose le chef de l'Etat au président du Parlement, Ghannouchi. La lutte contre l'extrémisme en Tunisie est une affaire tuniso-tunisienne, dont le traitement ne doit pas déborder les frontières, estime ce parti. Même Soumaya Ghannouchi, fille de Rached, s'est mêlée pour dénoncer « au nom du peuple tunisien », la visite de Kaïs Saïed à « l'auteur d'un coup d'Etat ». Comme si elle a été mandatée par ce peuple qui, depuis quelque temps, a commencé à vomir Ennahdha et ses dirigeants.
D'autres positions en faveur de Kaïs Saïed ont été adoptées par moult partis et personnalités politiques qui considèrent que soutenir cette visite vise à renforcer la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, affirmant que Ghannouchi ne peut pas nier son affiliation au mouvement des Frères musulmans.
Cependant, ces positions ne changent rien à la donne, puisque Kaïs Saïed n'a nullement l'intention de reculer face à ce qu'il considère comme pierre d'achoppement sur laquelle butte le nécessaire développement du pays, au risque de bloquer les rouages de l'Etat.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.