Report du procés de Hamel et Berrachdi au 25 juin    Ce qui change dans le PLF 2020    Les commerçants réclament la réouverture de leurs magasins    Les Saoudiens veulent prolonger l'accord Opep+, les Russes divisés    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Le mode d'emploi fixé    7 nouveaux décés et les contaminations en baisse    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    Pas de championnat à blanc    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Lancement du recensement du cheptel    L'ADE rassure ses abonnés    Réflexion sur l'épidémie de Covid-19 en Algérie    Les habitants réclament leur réouverture    L'opération d'aménagement des plages lancée    "La création artistique perturbe la pensée unique"    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020) adopté par l'APN    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les questions linguistiques sont complexes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 10 - 2010

Permettez-moi de r�agir � l�article paru dans le journal Le Soir d�Alg�rieN� 6022 du 8 ao�t 2010 au sujet de la contribution apport�e par MM. Mhand Amarouche, Boualem Aourane, Tahar Hamadache, Mouloud Idir, Ali Ihaddadene (les auteurs ayant sign� ladite contribution � titre de citoyens alg�riens) portant sur la r�ponse qu�ils ont formul�e � M. Addi Lahouari suite � l�interview qu�il a accord�e au journal �lectronique Le Quotidien d�Alg�rie en date du 29 juin dernier, dans laquelle la question du statut de la langue amazigh a �t� abord�e par M. Addi.
Tout le m�rite leur revient car, d�une part, par ces temps de canicule rares sont ceux qui osent mettre un peu de leur temps pour participer par le truchement de la presse nationale au d�bat qui anime la sc�ne nationale, et d�autre part, incitent d�autres � donner leurs points de vue sur ces questions cruciales rest�es en suspens afin d��changer les r�flexions. De prime abord, nous pouvons dire qu�il est tout de m�me paradoxal que des langues qui sont v�ritablement langues majoritaires de socialisation soient minor�es par l�institution �tatique. Pire, la gestion politique des langues dans notre pays passe carr�ment sous silence ces m�mes idiomes qui, pourtant, occupent une place privil�gi�e dans la r�partition de la communication sociale. Le linguiste Abdou Elimam affirme dans ce sens qu�il n�est pas exag�r� de dire qu�un �colier alg�rien est un sujet dont on vide la substance linguistique native pour lui substituer une proth�se langagi�re. C�est ce m�canisme-l� qui produit de la schizophr�nie pr�coce. Si les modalit�s d�enseignement sont perfectibles, l�ali�nation linguistique, elle, laisse des traces ind�l�biles. Chemin faisant, la solution � ces probl�mes passera, avant tout, par la prise de conscience de notre r�alit� nationale ; cellel� m�me que nous construisons de puis l'acc�s � notre ind�pendance nationale. Les questions linguistiques sont des plus complexes dans la construction d'une nation moderne. Cependant, la r�alit� mondiale montre que les cas de monolinguismes �tatiques sont plut�t l'exception. La majorit� des nations modernes vivent et se d�veloppent avec plusieurs langues. Jusqu'� quand nous faudra-t-il reproduire le mod�le jacobin du colonialisme ? Jusqu'� quand nous faudrait- il tourner le dos aux perc�es scientifiques contemporaines sur le langage humain ? Il ne faudrait pas que l'aveuglement politique cache une essence sociale qui, en synth�se, porte le nom d'Alg�rie. Il me semble que les questions soulev�es ne sont pas r�gl�es en Alg�rie et qu'il faudrait rouvrir le d�bat avec s�rieux et surtout sans a-priori. Je m'inspirerai en grande partie, pour ce qui me concerne, des travaux (articles et ouvrages) de M. Abdou Elimam qui est mon mentor et que je r�sume en cinq points :
1. Nous partons du fait que le potentiel langagier des humains est un �don du ciel� et c'est pourquoi nos cerveaux abritent des zones sp�cifiques au langage. Ce potentiel neurolinguistique passe en �dur� sous la forme de circuits nerveux � partir du moment o� on est expos� � la communaut� des parlants qui nous entourent. C'est ainsi que jaillit la langue maternelle : on ne la choisit pas, elle nous est impos�e par la rencontre entre le neurologique et le social, � notre arriv�e � la vie. Cette vision est de nos jours largement partag�e par les neurosciences contemporaines.
2. Ce don de la nature est fix� en dur dans nos vaisseaux et nos neurones, d'ailleurs il occupe l'h�misph�re gauche du cerveau. Toute autre langue qui arrive, apr�s coup, se voit abrit�e par l'h�misph�re droit. Les rares cas de bilingues �parfaits� voient la langue seconde partager une partie des aires r�serv�es au langage dans l'h�misph�re gauche. Partie seulement ! En somme, toute autre langue qui arrive prend appui sur les dispositifs neurologiques et cognitifs mis en place par la langue maternelle.
3. Partant de l�, il devient clair que l'arabisation ne pourra JAMAIS �carter la langue maternelle, sauf si cette langue arabe devient elle-m�me maternelle. Or, elle ne l'a jamais �t� pour personne (je parle de la langue du Coran). Personne n'est venu � la vie avec cette langue comme langue. Par ailleurs, tamazight en tant que langue maternelle est donc log�e � la m�me enseigne que toute autre langue maternelle. Elle est en dur dans les cerveaux de ceux qui la portent � la naissance : rien, ni personne ne pourra en venir � bout. A moins de changer les r�seaux de neurones propres au langage.
4. Il y a maintenant l'histoire de nos contr�es et de leurs langues. Il est bon de rappeler le fait historique que la langue punique (celle de Carthage) a �t� la langue dominante avant l'arriv�e des Arabes � y compris durant la p�riode byzantine o� l'usage du punique est attest�. Le punique rencontre l'arabe et fait �bon m�nage� avec lui. Ce qui permet, d�s le Xe si�cle, l'�mergence de cette langue propre au Maghreb. Langue qui va s'�panouir en Andalousie et dans le reste du Maghreb ensuite. Le Maghribi h�rite donc d'un legs bien ancien � au moins aussi ancien que le libyque au Maghreb !
5. D�fendre les langues, c'est avant tout d�fendre l'esp�ce humaine avec ce dont la nature la dote. Ainsi, la reproduction des langues par la naissance est le seul moyen par lequel les langues vivent. Toute intervention muscl�e d'imposition d'une langue sur une autre est vou�e � l'�chec (Ibn Jenni l'a dit au IXe si�cle, d�j� !). Le MCB d�Avril 1980 a bien retenu la le�on en adoptant dans la plateforme de revendications la d�fense de la langue amazigh et des langues populaires ou ed-daridja ou encore le maghribi (voir le point 4 ci-dessus). Pour conclure, j�attire votre attention sur le fait qu�au moment o� dans la plupart des pays d�mocratiques le d�bat tourne autour du r�le que joue la langue maternelle dans l�acquisition des langues secondes, chez nous l�enseignement des langues continue de tourner le dos aux r�alit�s socioculturelles dominantes, quitte � se contenter de niveaux de comp�tences linguistique tr�s largement en de�� des esp�rances ; que ce soit � l��crit ou � l�oral. Ce n�est pas le syst�me �ducatif mais bien le vidage de la langue maternelle qui nous a conduits � cette situation que tout le monde d�plore... par fatalisme ! Ce n�est ni une affaire de (hajra fi soubat) (et pas de �hadjaratoun fi el hida-i�) et encore moins de droit d�existence � tamazight dans ses espaces retranch�s mais d�une des caract�ristiques de l�homme� l� o� il se trouve.
M. A.-O.
* Universitaire
Bibliographie :
Abdou Elimam Le Maghribi alias �eddarija � (la langue consensuelle du Maghreb), Editions Dar El-Gharb, 2003.
Abdou Elimam Langues maternelles et citoyennet� en Alg�rie Editions Dar El- Gharb 2004.
Abdou Elimam L�exception linguistique en didactique Editions Dar El- Gharb 2006.
Agn�s Florin Le d�veloppement du langage Dunod, Paris, 1999.
Steven Pinker L�instinct du langag Editions Odile Jacob f�vrier 1999 (pour la traduction fran�aise).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.