Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Et les dégâts causés par les essais nucléaires français ?    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Arrestation de 2 individus recherchés par la justice    Générale de la pièce «Cadavre»    Rencontre sur la culture et l'exercice de la citoyenneté    Commémoration du 64e anniversaire de la mort du héros Larbi Ben M'hidi    Le MCA en quête de sa première victoire    Le stade de l'Unité-Maghrébine de Béjaïa homologué    Les derbies RCK-USMH et WAB-USMB à l'affiche    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Améliorer d'abord les conditions de vie    Huiles de table - Communiqué de Cevital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les questions linguistiques sont complexes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 10 - 2010

Permettez-moi de r�agir � l�article paru dans le journal Le Soir d�Alg�rieN� 6022 du 8 ao�t 2010 au sujet de la contribution apport�e par MM. Mhand Amarouche, Boualem Aourane, Tahar Hamadache, Mouloud Idir, Ali Ihaddadene (les auteurs ayant sign� ladite contribution � titre de citoyens alg�riens) portant sur la r�ponse qu�ils ont formul�e � M. Addi Lahouari suite � l�interview qu�il a accord�e au journal �lectronique Le Quotidien d�Alg�rie en date du 29 juin dernier, dans laquelle la question du statut de la langue amazigh a �t� abord�e par M. Addi.
Tout le m�rite leur revient car, d�une part, par ces temps de canicule rares sont ceux qui osent mettre un peu de leur temps pour participer par le truchement de la presse nationale au d�bat qui anime la sc�ne nationale, et d�autre part, incitent d�autres � donner leurs points de vue sur ces questions cruciales rest�es en suspens afin d��changer les r�flexions. De prime abord, nous pouvons dire qu�il est tout de m�me paradoxal que des langues qui sont v�ritablement langues majoritaires de socialisation soient minor�es par l�institution �tatique. Pire, la gestion politique des langues dans notre pays passe carr�ment sous silence ces m�mes idiomes qui, pourtant, occupent une place privil�gi�e dans la r�partition de la communication sociale. Le linguiste Abdou Elimam affirme dans ce sens qu�il n�est pas exag�r� de dire qu�un �colier alg�rien est un sujet dont on vide la substance linguistique native pour lui substituer une proth�se langagi�re. C�est ce m�canisme-l� qui produit de la schizophr�nie pr�coce. Si les modalit�s d�enseignement sont perfectibles, l�ali�nation linguistique, elle, laisse des traces ind�l�biles. Chemin faisant, la solution � ces probl�mes passera, avant tout, par la prise de conscience de notre r�alit� nationale ; cellel� m�me que nous construisons de puis l'acc�s � notre ind�pendance nationale. Les questions linguistiques sont des plus complexes dans la construction d'une nation moderne. Cependant, la r�alit� mondiale montre que les cas de monolinguismes �tatiques sont plut�t l'exception. La majorit� des nations modernes vivent et se d�veloppent avec plusieurs langues. Jusqu'� quand nous faudra-t-il reproduire le mod�le jacobin du colonialisme ? Jusqu'� quand nous faudrait- il tourner le dos aux perc�es scientifiques contemporaines sur le langage humain ? Il ne faudrait pas que l'aveuglement politique cache une essence sociale qui, en synth�se, porte le nom d'Alg�rie. Il me semble que les questions soulev�es ne sont pas r�gl�es en Alg�rie et qu'il faudrait rouvrir le d�bat avec s�rieux et surtout sans a-priori. Je m'inspirerai en grande partie, pour ce qui me concerne, des travaux (articles et ouvrages) de M. Abdou Elimam qui est mon mentor et que je r�sume en cinq points :
1. Nous partons du fait que le potentiel langagier des humains est un �don du ciel� et c'est pourquoi nos cerveaux abritent des zones sp�cifiques au langage. Ce potentiel neurolinguistique passe en �dur� sous la forme de circuits nerveux � partir du moment o� on est expos� � la communaut� des parlants qui nous entourent. C'est ainsi que jaillit la langue maternelle : on ne la choisit pas, elle nous est impos�e par la rencontre entre le neurologique et le social, � notre arriv�e � la vie. Cette vision est de nos jours largement partag�e par les neurosciences contemporaines.
2. Ce don de la nature est fix� en dur dans nos vaisseaux et nos neurones, d'ailleurs il occupe l'h�misph�re gauche du cerveau. Toute autre langue qui arrive, apr�s coup, se voit abrit�e par l'h�misph�re droit. Les rares cas de bilingues �parfaits� voient la langue seconde partager une partie des aires r�serv�es au langage dans l'h�misph�re gauche. Partie seulement ! En somme, toute autre langue qui arrive prend appui sur les dispositifs neurologiques et cognitifs mis en place par la langue maternelle.
3. Partant de l�, il devient clair que l'arabisation ne pourra JAMAIS �carter la langue maternelle, sauf si cette langue arabe devient elle-m�me maternelle. Or, elle ne l'a jamais �t� pour personne (je parle de la langue du Coran). Personne n'est venu � la vie avec cette langue comme langue. Par ailleurs, tamazight en tant que langue maternelle est donc log�e � la m�me enseigne que toute autre langue maternelle. Elle est en dur dans les cerveaux de ceux qui la portent � la naissance : rien, ni personne ne pourra en venir � bout. A moins de changer les r�seaux de neurones propres au langage.
4. Il y a maintenant l'histoire de nos contr�es et de leurs langues. Il est bon de rappeler le fait historique que la langue punique (celle de Carthage) a �t� la langue dominante avant l'arriv�e des Arabes � y compris durant la p�riode byzantine o� l'usage du punique est attest�. Le punique rencontre l'arabe et fait �bon m�nage� avec lui. Ce qui permet, d�s le Xe si�cle, l'�mergence de cette langue propre au Maghreb. Langue qui va s'�panouir en Andalousie et dans le reste du Maghreb ensuite. Le Maghribi h�rite donc d'un legs bien ancien � au moins aussi ancien que le libyque au Maghreb !
5. D�fendre les langues, c'est avant tout d�fendre l'esp�ce humaine avec ce dont la nature la dote. Ainsi, la reproduction des langues par la naissance est le seul moyen par lequel les langues vivent. Toute intervention muscl�e d'imposition d'une langue sur une autre est vou�e � l'�chec (Ibn Jenni l'a dit au IXe si�cle, d�j� !). Le MCB d�Avril 1980 a bien retenu la le�on en adoptant dans la plateforme de revendications la d�fense de la langue amazigh et des langues populaires ou ed-daridja ou encore le maghribi (voir le point 4 ci-dessus). Pour conclure, j�attire votre attention sur le fait qu�au moment o� dans la plupart des pays d�mocratiques le d�bat tourne autour du r�le que joue la langue maternelle dans l�acquisition des langues secondes, chez nous l�enseignement des langues continue de tourner le dos aux r�alit�s socioculturelles dominantes, quitte � se contenter de niveaux de comp�tences linguistique tr�s largement en de�� des esp�rances ; que ce soit � l��crit ou � l�oral. Ce n�est pas le syst�me �ducatif mais bien le vidage de la langue maternelle qui nous a conduits � cette situation que tout le monde d�plore... par fatalisme ! Ce n�est ni une affaire de (hajra fi soubat) (et pas de �hadjaratoun fi el hida-i�) et encore moins de droit d�existence � tamazight dans ses espaces retranch�s mais d�une des caract�ristiques de l�homme� l� o� il se trouve.
M. A.-O.
* Universitaire
Bibliographie :
Abdou Elimam Le Maghribi alias �eddarija � (la langue consensuelle du Maghreb), Editions Dar El-Gharb, 2003.
Abdou Elimam Langues maternelles et citoyennet� en Alg�rie Editions Dar El- Gharb 2004.
Abdou Elimam L�exception linguistique en didactique Editions Dar El- Gharb 2006.
Agn�s Florin Le d�veloppement du langage Dunod, Paris, 1999.
Steven Pinker L�instinct du langag Editions Odile Jacob f�vrier 1999 (pour la traduction fran�aise).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.