Coronavirus: 6 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Le Président Tebboune présente ses condoléances suite au décès du moudjahid et Général-major à la retraite Ali Bouhedja    Industrie pharmaceutique: clôture du Salon algérien de l'Industrie pharmaceutique à Dakar    Industrie pétrochimique: atteindre 5 milliards de dollars d'exportations à moyen terme    Le projet de la loi relative à l'investissement contribuera "à drainer des investissements"    Décès du moudjahid et Général-major à la retraite, Ali Bouhedja    Le Président Tebboune félicite la boxeuse Imane Khelif    Judo/ 43e Championnats d'Afrique : 31 pays confirment leur présence au rendez-vous d'Oran    La Fédération du Sénégal répond sèchement à la fédération française dans l'affaire Idrissa Gueye    Mahrez inaugure un stade à son nom à Sarcelles    Ghlamallah appelle depuis Kazan à relancer le rôle du Groupe de vision stratégique "Russie et Monde islamique"    Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    Brèves Omnisports    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    La Sonelgaz se met de la partie    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Un nouvel ancrage à l'activité économique    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 01 - 2022


Par le Dr. Abderrahim Zemmouri(*)
Les élections locales pour le renouvellement des Assemblées communales et wilayales occupent, depuis toujours, une place spécifique dans la vie politique nationale vu leurs caractéristiques de proximité et d'instantanéité. Ainsi, d'un point de vue populaire, ce sont les seules élections où il est concevable de prétendre au changement rapide et concret, et surtout, ce sont les élections où le citoyen sent relativement le poids et la valeur de sa voix. Pour ceci, les campagnes électorales locales se caractérisent par une multitude de formes de mobilisation partisane, mais surtout de mobilisation populaire accompagnant les diverses listes et, parfois, des candidats isolés dans ces listes créant ainsi de réels espaces d'échange, de discussion et d'exercice du politique dans ses plus simples sens et sans interruption tout au long de la phase de campagne électorale, voire même après le scrutin dans le cas où des alliances s'avèreraient nécessaires pour procéder à l'élection du nouveau maire ou président de l'Assemblée populaire wilayale. Ainsi, ce sont des moments d'engagement réitératif et de dévouement pour les militants et de grandes frustrations et attentes pour les sympathisants. En tout cas, les flux informationnels s'accentuent et ce sont des moments opportuns pour la parution de fausses informations, d'hoax et, surtout, de polémiques.
La naissance des polémiques est un fait complexe du moment où elle s'opère pour une ou plusieurs finalités sans pouvoir réellement retracer sa genèse et son évolution, mais surtout les canaux informationnels et communicationnels qui servent à sa diffusion et amplification. Dans ce sens, Christian Plantin constatait que «débat», «polémique» et «controverse» étaient couramment employés dans la presse comme synonymes au sein d'un même article, néanmoins, fût-elle réduite, c'est bien la présence d'arguments et même d'un certain type d'arguments relevant d'une «grammaire » de la vie publique, qui distingue le débat d'autres formes de dialogue non agonistiques comme la simple conversation. Donc, un observateur aguerri ferait facilement la distinction et le tri des contenus reçus dans le cadre de la campagne électorale.
Mais les masses populaires sont sujettes à l'erreur, puisque les reformulations du discours et l'usage du langage émotionnel et subjectif finirait par avoir raison des arguments concrets et conduirait directement à l'instrumentalisation des masses populaire par les acteurs maniant au mieux la diffusion des polémiques contre ses adversaires dans une logique réactionnaire et simpliste, celle de diviser l'avis des électeurs et de discréditer les adversaires.
La polémique a principalement pour cause un affrontement dû à des divergences permanentes relatives à une question. Ces divergences sont déterminées par des opinions, des prises de position politiques, idéologiques ou autres. En ce sens, le discours polémique fait partie des discours antagonistes à forte composante réfutative. Toutefois, la permanence de la confrontation et la composante réfutative ne suffisent pas à définir un discours comme étant polémique.
La polémique se distingue des autres discours ou des autres interactions antagonistes par une visée pragmatique et un cadre participatif particuliers.
En effet, dans ce type d'interactions, nous avons, d'un côté, les deux protagonistes : le proposant et l'opposant qui expriment des opinions qui n'acceptent pas de concession, et de l'autre côté, le tiers qui est représenté par le public, le spectateur, l'auditeur... et qui est la principale personne à convaincre. A partir de là, les participants vont user de tous les procédés linguistiques et argumentatifs dont ils disposent, dans le but de convaincre l'auditoire de la non-validité de l'argumentation de l'interlocuteur afin de le disqualifier, voire le discréditer.
Cet effet perlocutoire attaché au discours polémique (discréditer l'interlocuteur et susciter l'adhésion du public) constitue un terrain propice à la manifestation de l'impolitesse linguistique en tant que transgression des règles de politesse, et là, c'est l'un des premiers dangers de ce procédé dans le cas des campagnes électorales locales, puisque, une fois arrivées à termes, les électionslaissent des séquelles sur le plan social, des malentendus, des séparations, des conflits entre familles, quartiers...
Cette situation conflictuelle plongera l'Assemblée dans la divergence, ce qui ne va pas de pair avec les intérêts du développement social et économique attendu. De plus, ça conduit, assez souvent, à l'antagonisme entre les divers acteurs sociaux tels que les comités de quartier, les associations locales, les cercles d'influence locaux et l'Assemblée élue, ce qui ne peut mener qu'à un cercle vicieux de luttes vaines basées sur la subjectivité.
Ainsi, nous dirons qu'il est plus que recommandé aux activistes et militants politiques locaux de veiller à analyser les discours électoraux et d'y déceler les contenus faussés, l'infox et les arguments infondés afin de pouvoir prévoir «les attaques par polémiques» et de savoir s'en défendre, mais, surtout, afin de pouvoir sommer les sympathisants à rester focalisés sur les objectifs nobles travaillant l'intérêt général.
A. Z.
[email protected]
(*) Doctorant en sociologie de la santé. Membre du laboratoire de recherche LASSU (Société, Santé et Urbanité). Université Abderrahmane-Mira, Béjaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.