Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des enjeux plus grands qu'un sommet
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2022

La 31e édition du sommet de la Ligue arabe prévue à l'initiative de l'Algérie se tiendrait dans un contexte qui n'incite guère à l'optimisme. En effet, à Alger, monarques, présidents et chefs de gouvernement parviendront-ils à parler le même langage qu'impose un agenda fait de redoutables et sensibles enjeux ? Quel avantage pourrait en tirer Alger alors que des conflits censés trouver leur aboutissement sans coup férir restent pendants depuis des lustres. A l'heure où l'intrusion de l'Etat d'Israël bouleverse de fond en comble la perception commune de l'ennemi sioniste. Il faut bien avoir à l'esprit que la donne a totalement changé et la recherche d'alliances plus que jamais à l'ordre du jour. Il est loin le temps où, bon gré, mal gré, les pétromonarchies avaient donné leur aval dans l'utilisation du pétrole comme arme dans la guerre d'Octobre 1973. L'unanimité de façade ne résistera pas à la volonté des uns et des autres de rechercher des moyens de survie, le moral au plus bas suite à la énième défaite militaire devant l'ennemi historique. L'avènement de maîtres à jouer dans la région, en l'occurrence les administrations américaines successives (républicains ou démocrates, c'est kif-kif s'agissant du Moyen-Orient) aura l'avantage de mettre à jour les réels décideurs. Réduits à ménager les humeurs d'un Donald Trump aussi arrogant que méprisant vis-à-vis des Arabes, vus comme tout juste bons à servir les intérêts de son pays et de son allié Israël. Le cœur du problème séculaire de la région, la Palestine, est progressivement occulté et finit par devenir encombrant pour la plupart. A l'inverse, l'enthousiasme mis à obtenir les faveurs de l'ennemi d'hier n'a d'égal que l'empressement à normaliser, voire plus. Ainsi d'énormes sommes d'argent sont versées dans les caisses de l'Etat sioniste qui ne cache pas sa volonté d'imposer sa mainmise sur les marchés de ces pays. Une tendance qui semble devenir inexorable. Vendre la Palestine pour la paix ? Nous voilà en plein dans la « commedia d'ell'arte » sans qu'un quelconque sursaut d'honneur vienne déranger l'instauration de l'ordre américano-sioniste du GMO (Grand-Moyen-Orient). Tout récalcitrant à cette hégémonie sous son nouvel habit verra s'abattre sur lui la foudre. Il en est ainsi de l'Irak de Saddam Hussein, la Syrie, le Yémen, le Soudan. Et dans le sillage, question de temps, l'Algérie confrontée aux velléités hégémoniques d'un voisin ensablé dans son aventure au Sahara Occidental. Un front qui impose à l'Algérie de mobiliser de grands moyens financiers et diplomatiques. Au détriment de ses projets de développement. Déjà la reconnaissance de l'Etat sioniste par le Makhzen porte en elle-même les ingrédients d'une forte tension et déstabilise cette partie du monde arabe. Pis, le palais royal se pose comme un inconditionnel de l'entrée de son nouvel allié à l'Union africaine et il n'est pas difficile d'anticiper les motivations réelles. Ramtane Lamamra, notre ministre des Affaires étrangères, aura beau se démener comme un diable en parcourant les capitales arabes qui comptent le plus, sa mission semble relever de l'impossible. Tous les observateurs s'accordent à reconnaître que la tenue en soi – compte tenu de ce qui précède – du 31e Sommet arabe à Alger serait un exploit. Par ailleurs, les questions négociées et inscrites dans l'ordre du jour risquent fort d'être dépassées par leur examen formel. L'essentiel, en effet, se décide à Riyadh, aux Emirats ou au Qatar pour ne pas citer Le Caire en sérieuse perte de vitesse depuis les «révolutions du printemps arabe». Néanmoins, se posera la question de la place des pays arabes dans le concert des nations, à l'aune des luttes d'influence que se livrent l'Occident, mené par les Etats-Unis, et l'axe Russie-Chine-Iran. Il y a de l'électricité dans l'air, dirions-nous presque.
Brahim Taouchichet

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.