Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la place Tahrir � la place du 1er-Mai
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2011


Par Brahim Taouchichet
Regarde la Tunisie, l��gypte� les autocrates n�ont pas d�autre choix que de tomber avec grand bruit ou de s�enfuir honteusement.
La route qui m�ne de l�a�roport Houari-Boumedi�ne vers Alger est, ce samedi matin 12 f�vrier, inhabituellement d�serte quand bien m�me c�est jour de repos hebdomadaire. La circulation automobile est fluide, elle est � peine ralentie par le premier �checkpoint � au niveau de l�Agence nationale des autoroutes, proche de la cit� des Bananiers. Mais le filtrage tatillon au second �checkpoint � du Hamma augure un �v�nement tout aussi inhabituel. En effet, la place du 1er-Mai est quadrill�e par une multitude de policiers anti-�meutes � donner froid dans le dos. Rien n�est laiss� au hasard tant le plan de contr�le de la marche du 12 f�vrier � laquelle a appel� la CNCD (Coordination nationale pour le changement et la d�mocratie) semble bien �tudi� � l�avance. Toutes les rues adjacentes sont sous contr�le des policiers arm�s de gourdins, casques haut mont�s, boucliers et fusils lance-grenades lacrymog�nes. Les commentaires fusent : �Il y a plus de flics que de marcheurs. � Le pouvoir est-il en train de gagner la partie ? C�est aller trop vite en besogne. Les quelques centaines de participants � la marche tr�s officiellement interdite vont voir leurs rangs grossir au fil des heures. D�s 13h, on parle de plus de 3 000 marcheurs. Le coup d�envoi de cette marque qui, vu son interdiction, se transformera en un immense meeting, sera donn� part le chef du RCD, Sa�d Sadi, Ali Yahia Abdenour �d�m�nag�s� sans m�nagement, par ailleurs, par les policiers. Ironie de l�histoire, ce rassemblement appelant au changement du syst�me se tiendra � c�t� de la place de la Concorde. Belle journ�e pour une marche pacifique avec un ciel bleu azur que ne peut perturber le bruit sourd de l�h�licopt�re de la DGSN. Mais d�j� les premi�res interpellations. A cette heure matinale, hommes et femmes sont �cueillis� pour �tre amen�s avec brutalit� au commissariat du 7e arrondissement. Une s�natrice fait partie du lot. Elle sera aussit�t rel�ch�e mais non sans ses compatriotes f�minines. Quant aux hommes, ils devront prendre leur mal en patience. Les jeunes marcheurs � lyc�ens, �tudiants, employ�s et ch�meurs � sont majoritaires dans ce rendez-vous que l�on veut �tre le point de d�part de la fin du syst�me. Et c�est ce que veut croire Rachid, la soixantaine, � la tignasse bien blanche : ��a y est, le mouvement est bien enclench�, pla�ant ses espoirs dans cette jeunesse d�termin�e � en d�coudre avec le pouvoir. �Pouvoir assassin�, �pouvoir corrompu �, crient ces jeunes � gorges d�ploy�es. Amazigh Kateb se fraye un passage dans la foule accompagn� de plusieurs manifestants et scandant les m�mes mots d�ordre, appelant � mettre � bas le syst�me. L�on guette les nouvelles d�autres places d�Alger. Bab-El-Oued, place des Martyrs, �a bouge aussi signale-t-on. Un membre de la CNCD, tout fr�missant d�enthousiasme devant la masse des marcheurs qui grossit � vue d��il, nous signale qu�� Oran ��a marche� ! Des bandes de �casseurs� (voyous ou bentaguia � l��gyptienne) � la solde de la police tentent de crier plus fort que tous en scandant des slogans� des stades de foot et la faveur de Bouteflika enfon�ant dans la foul�e son Premier ministre Ouyahia, accus� de tous les maux ! Mais leur cin�ma ne durera pas longtemps. Ils finiront par se lasser de s��gosiller inutilement et finiront par fondre dans la masse sans cons�quence. 14h, les manifestants redoublent de clameurs contre le r�gime : �D�mocratie maintenant � ! �Djaza�r horra, d�mocratia�, �FLN au mus�e, RND d�gage�, �Djaza�r dialna �. Des slogans h�tivement �crits au gros feutre sur du papier A4 � d�faut de banderoles ad�quates. L�on a appris, � ce propos, que la CNCD avait, bien �videmment, confectionn� des banderoles avec les slogans appropri�s. La police aurait �ramass�, nous dit-on, le charg� de ces mat�riaux d�s sa sortie du local de la Coordination. Si l�on ne signale pas de d�rapage, compte tenu de la d�termination des manifestants et du nombre impressionnant de policiers dans un p�rim�tre aussi r�duit, le succ�s de ce grand sit-in � d�faut de marche �pacifique�, insiste-t-on, tient visiblement � la justesse de la cause partag�e. Car la veille d�j�, les sp�culations allaient bon train quant � l��cho � l�appel � la marche du 12 f�vrier. Mais la foule �tait l�, celle des grands jours aussi. �C�est bien parti�, ne cessait de r�p�ter Rachid comme s�il voulait s�en convaincre, embrassant d�un regard r�veur les groupes de jeunes qui rejoignaient la place. Il dit : �La jeunesse, c�est l�espoir de ce pays�. �Des manifs j�en ai v�cu : celles d�octobre 1988, les arouch en 2001 ou plus loin dans le temps, les luttes au sein de l�Unea (Union nationale des �tudiants alg�riens) ponctu�es de peines d�emprisonnement. � Nullement r�sign�, si ce n�est la maladie qui l�handicape, il formule le v�u que ce soit le �d�but des changements tant esp�r�s et que la soci�t� civile acc�dent, enfin, aux commandes du pays pour le plus grand bien du peuple�. �Regarde la Tunisie, l��gypte� les autocrates n�ont pas d�autre choix que de tomber avec grand bruit ou de s�enfuir honteusement.� Corrompus, voleurs� grands th�mes de discussions des marcheurs qui en font aussi leurs slogans. 14h50, � la surprise g�n�rale � car jusque-l� pas de matraquage des gens � la troupe fonce dans la masse. Les marcheurs se retirent en ordre dispers� tout en criant leur indignation et plus fort encore les slogans contre le r�gime. Caillou et divers projectiles pleuvent sur les rang�es de policiers. Plut�t d�go�t�s que d�courag�s par cette charge inattendue, ils seront refoul�s en direction de la Maison du peuple, si�ge de l�UGTA. Beaucoup ne quitteront pas les lieux de sit�t. Demain sera un autre jour�


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.