Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De la place Tahrir � la place du 1er-Mai
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2011


Par Brahim Taouchichet
Regarde la Tunisie, l��gypte� les autocrates n�ont pas d�autre choix que de tomber avec grand bruit ou de s�enfuir honteusement.
La route qui m�ne de l�a�roport Houari-Boumedi�ne vers Alger est, ce samedi matin 12 f�vrier, inhabituellement d�serte quand bien m�me c�est jour de repos hebdomadaire. La circulation automobile est fluide, elle est � peine ralentie par le premier �checkpoint � au niveau de l�Agence nationale des autoroutes, proche de la cit� des Bananiers. Mais le filtrage tatillon au second �checkpoint � du Hamma augure un �v�nement tout aussi inhabituel. En effet, la place du 1er-Mai est quadrill�e par une multitude de policiers anti-�meutes � donner froid dans le dos. Rien n�est laiss� au hasard tant le plan de contr�le de la marche du 12 f�vrier � laquelle a appel� la CNCD (Coordination nationale pour le changement et la d�mocratie) semble bien �tudi� � l�avance. Toutes les rues adjacentes sont sous contr�le des policiers arm�s de gourdins, casques haut mont�s, boucliers et fusils lance-grenades lacrymog�nes. Les commentaires fusent : �Il y a plus de flics que de marcheurs. � Le pouvoir est-il en train de gagner la partie ? C�est aller trop vite en besogne. Les quelques centaines de participants � la marche tr�s officiellement interdite vont voir leurs rangs grossir au fil des heures. D�s 13h, on parle de plus de 3 000 marcheurs. Le coup d�envoi de cette marque qui, vu son interdiction, se transformera en un immense meeting, sera donn� part le chef du RCD, Sa�d Sadi, Ali Yahia Abdenour �d�m�nag�s� sans m�nagement, par ailleurs, par les policiers. Ironie de l�histoire, ce rassemblement appelant au changement du syst�me se tiendra � c�t� de la place de la Concorde. Belle journ�e pour une marche pacifique avec un ciel bleu azur que ne peut perturber le bruit sourd de l�h�licopt�re de la DGSN. Mais d�j� les premi�res interpellations. A cette heure matinale, hommes et femmes sont �cueillis� pour �tre amen�s avec brutalit� au commissariat du 7e arrondissement. Une s�natrice fait partie du lot. Elle sera aussit�t rel�ch�e mais non sans ses compatriotes f�minines. Quant aux hommes, ils devront prendre leur mal en patience. Les jeunes marcheurs � lyc�ens, �tudiants, employ�s et ch�meurs � sont majoritaires dans ce rendez-vous que l�on veut �tre le point de d�part de la fin du syst�me. Et c�est ce que veut croire Rachid, la soixantaine, � la tignasse bien blanche : ��a y est, le mouvement est bien enclench�, pla�ant ses espoirs dans cette jeunesse d�termin�e � en d�coudre avec le pouvoir. �Pouvoir assassin�, �pouvoir corrompu �, crient ces jeunes � gorges d�ploy�es. Amazigh Kateb se fraye un passage dans la foule accompagn� de plusieurs manifestants et scandant les m�mes mots d�ordre, appelant � mettre � bas le syst�me. L�on guette les nouvelles d�autres places d�Alger. Bab-El-Oued, place des Martyrs, �a bouge aussi signale-t-on. Un membre de la CNCD, tout fr�missant d�enthousiasme devant la masse des marcheurs qui grossit � vue d��il, nous signale qu�� Oran ��a marche� ! Des bandes de �casseurs� (voyous ou bentaguia � l��gyptienne) � la solde de la police tentent de crier plus fort que tous en scandant des slogans� des stades de foot et la faveur de Bouteflika enfon�ant dans la foul�e son Premier ministre Ouyahia, accus� de tous les maux ! Mais leur cin�ma ne durera pas longtemps. Ils finiront par se lasser de s��gosiller inutilement et finiront par fondre dans la masse sans cons�quence. 14h, les manifestants redoublent de clameurs contre le r�gime : �D�mocratie maintenant � ! �Djaza�r horra, d�mocratia�, �FLN au mus�e, RND d�gage�, �Djaza�r dialna �. Des slogans h�tivement �crits au gros feutre sur du papier A4 � d�faut de banderoles ad�quates. L�on a appris, � ce propos, que la CNCD avait, bien �videmment, confectionn� des banderoles avec les slogans appropri�s. La police aurait �ramass�, nous dit-on, le charg� de ces mat�riaux d�s sa sortie du local de la Coordination. Si l�on ne signale pas de d�rapage, compte tenu de la d�termination des manifestants et du nombre impressionnant de policiers dans un p�rim�tre aussi r�duit, le succ�s de ce grand sit-in � d�faut de marche �pacifique�, insiste-t-on, tient visiblement � la justesse de la cause partag�e. Car la veille d�j�, les sp�culations allaient bon train quant � l��cho � l�appel � la marche du 12 f�vrier. Mais la foule �tait l�, celle des grands jours aussi. �C�est bien parti�, ne cessait de r�p�ter Rachid comme s�il voulait s�en convaincre, embrassant d�un regard r�veur les groupes de jeunes qui rejoignaient la place. Il dit : �La jeunesse, c�est l�espoir de ce pays�. �Des manifs j�en ai v�cu : celles d�octobre 1988, les arouch en 2001 ou plus loin dans le temps, les luttes au sein de l�Unea (Union nationale des �tudiants alg�riens) ponctu�es de peines d�emprisonnement. � Nullement r�sign�, si ce n�est la maladie qui l�handicape, il formule le v�u que ce soit le �d�but des changements tant esp�r�s et que la soci�t� civile acc�dent, enfin, aux commandes du pays pour le plus grand bien du peuple�. �Regarde la Tunisie, l��gypte� les autocrates n�ont pas d�autre choix que de tomber avec grand bruit ou de s�enfuir honteusement.� Corrompus, voleurs� grands th�mes de discussions des marcheurs qui en font aussi leurs slogans. 14h50, � la surprise g�n�rale � car jusque-l� pas de matraquage des gens � la troupe fonce dans la masse. Les marcheurs se retirent en ordre dispers� tout en criant leur indignation et plus fort encore les slogans contre le r�gime. Caillou et divers projectiles pleuvent sur les rang�es de policiers. Plut�t d�go�t�s que d�courag�s par cette charge inattendue, ils seront refoul�s en direction de la Maison du peuple, si�ge de l�UGTA. Beaucoup ne quitteront pas les lieux de sit�t. Demain sera un autre jour�


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.