Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L�arm�e alg�rienne face au d�fi de la transition d�mocratique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 06 - 2011


(1re partie)
Par Mohamed Chafik Mesbah
Mohamed Chafik Mesbah, collaborateur de notre journal, a pr�sent� le lundi 13 juin 2011 au Cidob de Barcelone (Centre des relations internationales et �tudes du d�veloppement, think tank que pr�side Narcis Serra, ancien ministre espagnol de la D�fense) une communication intitul�e �L�arm�e alg�rienne face au d�fi de la transition d�mocratique� . Dans cette communication, Mohamed Chafik Mesbah examine pass�, pr�sent et perspectives d��volution de l�institution militaire et services de renseignement dans le pays. Au regard de l�importance du sujet et de l�int�r�t des id�es d�velopp�es dans cette communication, nous avons jug� utile de la publier, in extenso, � l�intention de nos lecteurs.
Le pr�sident Narcis Serra nous a pr�sent� un mod�le th�orique, parfaitement �labor�, qui ne souffre pas de contestation lorsqu�il s�applique � des soci�t�s d�velopp�es. Le cas est diff�rent, cependant, pour les pays de la rive sud de la M�diterran�e qui viennent d�entamer leur processus de transition d�mocratique. La richesse d�exp�rience du pr�sident Narcis Serra en sa qualit� d�ancien ministre espagnol de la D�fense nationale, celui de la transition d�mocratique, ainsi que la rigueur m�thodologique de son expos�, celle d�un acad�micien av�r�, explique l�int�r�t de cette communication. Il est clair, � cet �gard, qu�il existe un grand int�r�t � ce que la communication du pr�sident Narcis Serra ainsi que son livre intitul� La transition militaire, l�exp�rience espagnole, disponibles en espagnol et en anglais, le soient en arabe et en fran�ais. La courte contribution que je pr�sente, aujourd�hui, ne pr�tend pas au standard acad�mique. C�est le r�sultat d�un cheminement intellectuel personnel, laborieusement conduit tout le long d�une carri�re militaire marqu�e par le souci constant de r�concilier dans un projet national fondateur l�arm�e et le peuple alg�riens. Cette posture intellectuelle comporte, � l��vidence, une charge �motionnelle. J�assume, sereinement, cette posture d�licate. L�objet de cette contribution porte sur l�examen de trois aspects compl�mentaires li�s � la probl�matique qui requiert notre attention. Il s�agit de soumettre � un �clairage appropri� la probl�matique qui requiert notre attention. Il s�agit, premi�rement, de proc�der � une gen�se rapide de l��volution de l�arm�e alg�rienne, � partir de l�int�rieur, notamment avant l�av�nement du multipartisme en Alg�rie. Il s�agit, deuxi�mement, de proc�der � l�examen de la conduite de l�arm�e alg�rienne face aux �v�nements douloureux qui, depuis 1992, ont pris place dans l�imaginaire populaire sous le libell� de �d�cennie noire�. Il s�agira, troisi�mement, de proc�der � l��tude des perspectives qui s�ouvrent � l�arm�e alg�rienne, en rapport avec le nouveau positionnement politique et institutionnel qui, dans le nouveau contexte national et international, pourrait �tre le sien. Soulignons, avant d�aborder le corps du sujet, que la probl�matique du r�le de l�arm�e dans la sph�re politique en Alg�rie s�est pos�e, de mani�re r�currente, depuis m�me le d�but de la colonisation. Les premi�res r�sistances men�es contre l�occupant colonial fran�ais avaient �t� conduites par des leaders religieux, chefs guerriers simultan�ment, la question de la subordination du militaire au civil se trouvant, d�embl�e, tranch�e. Tout le long de l��volution du mouvement de r�sistance politique, du d�but du si�cle au d�clenchement de la guerre de Lib�ration nationale le 1er novembre 1954, ce sont des dirigeants politiques civils qui avaient constitu� l�interface des autorit�s coloniales. Ce sont, cependant, des dirigeants de l�Organisation sp�ciale (OS), structure paramilitaire cr��e en 1947 par le PPA-MTLD, le principal parti nationaliste alg�rien, qui avaient d�clench� la guerre de Lib�ration nationale, apr�s s��tre �rig�s, de fait, comme instance politico-militaire connue, plus tard, sous l�appellation de �groupe des 22�. Ce seront, d�ailleurs, trois principaux membres de ce groupe, les colonels Belkacem Krim, Abdelhafidh Boussouf et Abdallah Bentobal, connus sous la d�nomination des �3B�, qui se saisiront des leviers de commande du FLN et de l�ALN de guerre. Ils y parviendront apr�s avoir fait abroger, en 1957, par l�instance d�lib�rante de la R�volution alg�rienne, le Conseil national de la r�volution alg�rienne (CNRA), le principe de la primaut� du politique sur le militaire. Un principe qui venait juste d��tre adopt� par le congr�s de la Soummam r�uni en 1956 avec Abane Ramdane comme figure de proue, lequel Abane Ramdane sera assassin� � l�initiative de ces m�mes �3B�. La domination de fait de cette direction militaire sur les instances de la R�volution alg�rienne ne sera mise � mal que par la cr�ation, en 1960, de l��tat-major g�n�ral de l�ALN sous le commandement du colonel Houari Boumediene. C�est cette instance qui parviendra, progressivement, � supplanter les �3B�. Il est �tabli, � cet �gard, que c�est l��tat-major g�n�ral de l�ALN qui, depuis la proclamation de l�ind�pendance nationale en 1962, s��tait assur� de la r�alit� du pouvoir, se servant, cependant, de la couverture politique de M. Ahmed Ben Bella, alors figure embl�matique de la R�volution. Cette br�ve r�trospective historique n�est pas superflue pour comprendre comment l�interf�rence de l�arm�e dans le champ politique en est venue � constituer une donn�e co-substantielle � la fondation de l�Etat moderne en Alg�rie. Examinons, � pr�sent, le premier volet de cette contribution. Au lendemain de l�interruption du processus �lectoral, en 1992, l�arm�e alg�rienne, pour son r�le dans l��pisode consid�r�, avait fait l�objet d�attaques en r�gle jusqu�� �tre assimil�e, parfois, � une arm�e de �pronunciamiento �, ses chefs �tant affubl�s du qualificatif de �junte� au sens le plus n�gatif du terme. A l��poque, pourtant, l�origine sociale des officiers g�n�raux et de leurs collaborateurs imm�diats �tait des plus modestes, essentiellement rurale. Leur comportement social n��tait pas, particuli�rement, ostentatoire, sujet � critique marqu�e de l�opinion publique. Il ne faut pas, certainement, c�der � une forme d�id�alisation excessive de l�institution militaire. Certains chefs militaires, pas la hi�rarchie en tant que corps social, s��taient, certes, distingu�s par des comportements pathog�nes qui ont pu contribuer � discr�diter la corporation dans sa totalit�. Mais ce qui doit retenir notre attention, ce n�est pas l�histoire li�e aux modes individuels, c�est la soci�t� militaire � travers l�analyse de la structure dite �Commandement� qui est une de ses composantes essentielles. Issus de l�Arm�e de lib�ration nationale, les chefs militaires de l��poque avaient, pour la plupart, compl�t� leur formation dans les acad�mies nationales et �trang�res et il existait une homog�n�it� interne relativement solide au sein de la hi�rarchie. Jusqu�� une heure tardive, une certaine ligne de fracture a bien exist� entre officiers dits de l�Arm�e fran�aise et officiers dits de l�Arm�e de lib�ration nationale faisant se juxtaposer, d�ailleurs, clivages id�ologiques et techniques. Cette ligne de fracture s�est, � pr�sent, estomp�e. Au plan interne, �galement, la situation, au sein de l�arm�e, se caract�risait par un tassement vers le bas des grades qui a laiss�, parfois, v�g�ter les plus instruits parmi les cadres militaires. Ces clivages ont, peu ou prou, disparus face � la n�cessit� d�une solidarit� active face aux d�fis majeurs apparus, d�abord, avec l��clatement du conflit du Sahara occidental, ensuite, avec l�irruption intempestive du Front islamique du salut. Il faut garder � l�esprit, � cet �gard, le fonctionnement presque d�mocratique de l�institution militaire, puisque le ministre de la D�fense nationale de l'�poque prenait la pr�caution de r�unir, jusqu�� un niveau relativement subalterne, les cadres de l�ANP en vue de requ�rir leur assentiment suscitant ainsi le consensus qui permettait au Commandement d�avancer les rangs serr�s. Cela peut para�tre une h�r�sie pour une institution fond�e sur l�ob�issance et la discipline. C�est bien selon ce mode, pourtant, que les forces arm�es portugaises avaient fonctionn� pour trouver leur indispensable coh�sion face � des �v�nements d�une port�e bien exceptionnelle. Toujours � propos de la composante interne de l�arm�e, il faut noter, d�un point de vue social, que les principaux responsables militaires en 1992, chefs de r�gions militaires comme commandants de forces, ne disposaient pas des attributs, du prestige social et des avantages qui �taient ceux de leurs homologues, durant le r�gne du pr�sident Houari Boumediene. Il ne faut pas non plus c�der aux pr�notions. M�me sous la pr�sidence de Houari Boumedi�ne, les chefs militaires impliqu�s dans les processus politiques l��taient intuitu personae � travers le Conseil de la r�volution dont ils �taient membres. Ce n��tait pas l�institution militaire, elle-m�me qui �tait concern�e. Les �tudes fiables sur la composition sociale de l�encadrement militaire en Alg�rie n�existent pas. Il est difficile, donc, de conforter scientifiquement les constats avanc�s dans cette contribution. Au vu de l�observation empirique, il est excessif, pourtant, de parler de caste militaire coup�e de la soci�t�. L��tat d�esprit pr�t� aux chefs de l�ANP, � propos de l�islam, est, �galement, un pr�jug� qui ne repose pas sur l�observation scientifique de la soci�t� militaire. Affirmer que le Commandement militaire �tait habit� par une haine pathologique vis-�-vis de l�islam, c�est m�conna�tre les racines sociales et culturelles, essentiellement paysannes, d�o� puise sa s�ve cette composante essentielle de l�arm�e. Le Commandement militaire est le produit de la soci�t� alg�rienne, pas une excroissance greff�e de l�ext�rieur. Il faut distinguer entre l�analyse scientifique et les jugements de valeur politiciens. Beaucoup d�intellectuels alg�riens refusent de se lib�rer des pr�notions teint�es d�id�ologie qui guident leur raisonnement chaque fois qu�il est question de l�arm�e alg�rienne. Mais pour revenir au corps du sujet, ce n�est pas sans pertinence que Nacer Djabi, sociologue alg�rien �minent, s��tait livr� � l�analyse d�un �chantillon de cent ministres du pays pour aboutir � la conclusion que leur profil correspondait, parfaitement, � la configuration de la soci�t� alg�rienne. Pour r�sumer ce constat, il a eu cette formule d�capante de bon sens qui peut, parfaitement, s�appliquer � au Commandement militaire en Alg�rie : �C�est une �lite tout ce qu�il y a de plus normal �voluant dans un syst�me politique anormal.�Comment expliquer, toutefois, que face � l��mergence prodigieuse du FIS, le Commandement militaire ait fait preuve d�un manque de lucidit� politique ? Ce
n�est, assur�ment, pas dans le statut social des chefs militaires qu�il faut chercher l�explication. L�ANP, depuis l�ind�pendance, n�a jamais �t�, en fait, que l�instrument d�ex�cution d�une volont� politique incarn�e par des chefs qui avaient rev�tu l�habit civil. Instruite pour ob�ir, l�ANP n�a pas exerc� le pouvoir directement. C�est pourquoi elle n�a jamais pu acc�der, en profondeur, � la compr�hension des ph�nom�nes politiques et �conomiques li�s � l��volution de la soci�t�. Elle s�est d�velopp�e sur la base d�un mod�le de formation ax�, presque principalement, sur les connaissances techniques. L�encadrement militaire n�a pu acc�der, ainsi, � l�intelligence des ph�nom�nes de soci�t� que sous forme d�agr�gats. Le fameux Commissariat politique de l�ANP, excroissance h�rit�e de l�Arm�e de lib�ration nationale, servait � d�livrer des messages pour l�environnement ext�rieur plut�t qu�� consolider la formation intellectuelle des cadres militaires. Confront�s � une vacance de fait du pouvoir politique, les chefs militaires, pour affronter la crise qui avait �clat� en 1992, s��taient trouv�s arm�s d�un patriotisme intuitif mais d�munis de la capacit� d�anticiper le futur � travers l�acc�s raisonn� � la logique des ph�nom�nes historiques, politiques et �conomiques. Le pr�sident Houari Boumediene qui avait bien retenu la le�on de son diff�rend avec le Gouvernement provisoire de la R�publique alg�rienne (GPRA) � ou officiaient les �3B� � cantonnait l�arm�e loin de la politique, s�en servant, seulement, comme d�une arme de dissuasion contre ses opposants politiques. L�ancien ministre de la D�fense nationale, le g�n�ral Khaled Nezzar, rappelait, � cet �gard, tout r�cemment, une formule imag�e du pr�sident Houari Boumediene : �L�arm�e c�est le gourdin avec lequel il faut faire peur aux forces r�actionnaires !�
M. C. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.