Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    ILS SERONT ENTENDUS DANS LE CADRE D'UNE ENQUETE : 7 ex-ministres convoqué à la Cour suprême    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    L'appui de Benflis    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES D�S SONT JET�S
Bouteflika ouvre la course aux l�gislatives 2012
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 02 - 2012

Bouteflika donne l�impression de s��tre acquitt� d�une t�che encombrante, d�avoir assum� sa responsabilit� jusqu�au bout et c�est maintenant aux autres d�assumer la leur dans un paysage politique futur appel� � �tre enti�rement remodel�.
Moins d�une ann�e apr�s son discours portant r�formes politiques du 15 avril 2011, Abdelaziz Bouteflika intervient de nouveau pour ouvrir quasiment la course aux �lections l�gislatives dont il fixe l��ch�ance au 10 mai prochain, c�est-�-dire dans trois mois. C�est d�une voix monocorde, comme lors de sa prestation d�avril dernier, qui contraste s�v�rement avec ses envol�es du temps de ses premiers mandats, qu�il boucle son intervention en moins d�un quart d�heure chrono. Une intervention qui se veut empreinte de la solennit� du discours � la Nation command� par un contexte politique interne ou externe et les enjeux qu�il rev�t. Il vient deux jours apr�s le Conseil des ministres qui a d�cid� de faire passer le nombre de d�put�s � l'Assembl�e nationale alg�rienne de 389 � 462, soit 73 nouveaux si�ges. Sans asp�rit� particuli�re, il traduit clairement une logique de continuit�. �Dans mon discours du 15 avril 2011, dit-il, je m��tais engag� � entreprendre l�approfondissement du processus d�mocratique et � asseoir les assises de l�Etat de droit en permettant � nos instances �lues de disposer et de se pr�valoir d�une enti�re l�gitimit� (�)� Abdelaziz Bouteflika ne manquera pas de rappeler le cadre politique et r�glementaire mis en place pour l�aboutissement des r�formes voulues par lui, rappelant en cela les consultations de personnalit�s de la soci�t� civile et des partis men�es par la commission Bensalah qui auraient servi de base de r�f�rence aux nouveaux textes l�gislatifs promulgu�s dont les lois relatives au code �lectoral, aux partis politiques, aux associations, � la repr�sentation de la femme dans les assembl�es �lues et aux cas d�incompatibilit� avec le mandat parlementaire, ainsi que les codes de l�information, de la commune et de la wilaya. Ces lois n��taient pas exemptes de virulentes critiques et de d�bats controvers�s � l�Assembl�e nationale faut-il le rappeler surtout quand il s�est agi de la participation de la femme ou de la non-utilisation des institutions dans la campagne �lectorale. Le chef de l�Etat ira m�me plus loin et se laissera aller � un exercice de p�dagogie des �lections en mettant l�accent sur l�esprit qui doit pr�valoir dans ces joutes �lectorales � propos, notamment, de la participation des femmes et de la jeunesse et des partis et associations syndicales afin de donner leur l�gitimit� et leur cr�dibilit� aux institutions qui sortiront des urnes en mai prochain et celles � �lire dans la continuit� de ce processus �lectoral, � savoir les APC et les APW, par une large mobilisation du corps �lectoral marqu� par le ph�nom�ne de l�abstention : �J�attends des partis politiques, des syndicats et des organisations de la soci�t� civile qu�ils �uvrent ensemble � mobiliser les �lecteurs et les �lectrices. � Abdelaziz Bouteflika consid�re que ces �lections seront la pierre angulaire du �parach�vement de la reconstruction de l�Etat alg�rien, cinquante ans apr�s le recouvrement de sa souverainet� (�)� C�est donc un discours qui a port� exclusivement sur les l�gislatives prochaines �vacuant toute r�f�rence au contexte politique national, arabe et mondial. Il faut souligner que ces l�gislatives tranchent radicalement avec toutes les autres qui les ont pr�c�d�es. En ce sens qu�elles portent la caract�ristique de la gestion d�une r�alit� politique par le pouvoir qui entend se placer dans le sens du vent � plut�t faire le dos rond qu��tre emport� par la temp�te. Le discours r�current sur la transparence et la cr�dibilit� d��lections totalement libres, sur la neutralit� de l�administration et l�appel aux observateurs �trangers sont autant de messages montrant que le pouvoir � bien malgr� lui � ne peut occulter et ne peut rester sourd au changement r�clam� et pas seulement par l�opposition. Gr�ves dans la plupart des secteurs d�activit� pour les augmentations de salaires, �meutes du fait des mauvaises conditions de vie (logement, eau, �lectricit�), le pouvoir y est all� de son carnet de ch�ques pour d�sarmer les risques r�els d�explosion sociale. Il table ainsi sur �une exception alg�rienne � et entend demeurer le ma�tre � jouer dans toute perspective d��volution politique. Longtemps mises sous le boisseau, les demandes d�agr�ment de nouveaux partis politiques, quelle que soit leur envergure, sont accept�es en d�pit de l�opposition du ministre de l�Int�rieur Daho Ould Kablia. Mais soudain, le pouvoir semble voir dans le foisonnement de ces partis un avantage insoup�onn� jusque-l�. Oui, jouer le surnombre face aux partis islamistes que veut f�d�rer le chef du MSP, Aboudjerra Soltani. Pas question de voir se reproduire les exp�riences des pays voisins sous l��il condescendant des Am�ricains et des Europ�ens. L�exception alg�rienne encore une fois ! Mais rien n�est s�r pour autant car certains cercles du pouvoir s�accommoderaient parfaitement avec les islamistes au pouvoir en Alg�rie � travers des deals qui assureraient la p�rennit� de leurs juteuses affaires. Et pourquoi pas, diront-ils, puisqu�il s�agit de sauvegarder l�essentiel m�me avec un Aboudjerra Soltani Premier ministre. Sauf que, dans la r�alit�, les partis islamistes alg�riens sont profond�ment min�s par leurs divergences d�approche quant au mod�le de soci�t� et de gouvernance, la course aux avantages et aux dividendes dans l��ventualit� de l�exercice du pouvoir dans un pays o� la corruption et les affaires en famille politique font scandale dans l�impunit�. Cela, les d�cideurs le savent et laissent faire dans une certaine mesure en d�pit de la commission install�e r�cemment par Bouteflika. C�est que la galette est bien grosse aujourd�hui gr�ce au boum de la rente p�troli�re. Mais l�exercice du pouvoir a montr� que s�il �tait ais� de le conqu�rir aujourd�hui, il est dangereux dans sa pratique pour la soci�t� satur�e de bons discours. Par ailleurs, le jeu trouble du pouvoir n�encourage gu�re l��mergence de forces sociales � � travers les partis nouvellement agr��s, lesquels n�ont pas d�encrage dans la soci�t� au sens de parti de masse et comptant dans ses rangs des militants int�gres et chevronn�s. De plus, pour la plupart, les d�lais sont trop courts pour �tre vraiment au rendez-vous. Certains d�entre eux demandent en vain leur report, � l�exemple du MJD de Abdallah Djaballah. Malgr� le large mouvement de dissidence (redresseurs) men� par son coordinateur national, Salah Goudjil, le chef contest� du FLN, Abdelaziz Belkhadem, continue de croire, quant � lui, en sa bonne �toile. Il faut croire qu�il ne s�est pas encore d�parti de vieux r�flexes qui font des �lections des comp�titions gagn�es d�avance. Il en arrive m�me � se fixer un quota � l�Assembl�e nationale et pousse le bouchon encore plus loin en se voyant chef d�une coalition islamiste avec en suppl�ment un app�tit prononc� pour la pr�sidentielle de 2014.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.