Laghouat : huit équipes au tournoi maghrébin des débats académiques électroniques    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    6 décès et 107 nouveaux cas contaminés    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CR�ANCES DES H�PITAUX FRAN�AIS AUPR�S DE LA CNAS
Nora Berra r�clame 32 millions d�euros
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 03 - 2012

Lourde dette de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS). Elle doit aux h�pitaux fran�ais 32 millions d�euros. Ce montant, rappel�, hier, lors d�une conf�rence de presse � Alger, par la secr�taire d�Etat fran�aise charg�e de la sant�, Nora Berra, est contest� par la CNAS.
Sofiane A�t Iflis - Alger (Le Soir) - Le diff�rend entre la CNAS et les h�pitaux fran�ais s�est r�v�l� au grand public lorsque, en janvier dernier, un b�b� alg�rien de huit mois, Manil Blidi, pourtant b�n�ficiaire d�une prise en charge de la CNAS pour soins � l��tranger, s�est vu refuser une admission dans un h�pital fran�ais au motif que la CNAS n�a pas honor� ses dettes. Le b�b� Manil souffrait d�un d�ficit immunitaire s�v�re et devait subir une greffe de la moelle osseuse. Apr�s une campagne m�diatique soutenue, le b�b� Manil a fini par �tre admis aux hospices civils de Lyon. Le minist�re de la Sant� fran�ais avait alors indiqu� dans un communiqu� que le b�b� a �t� accueilli �pour des raisons m�dicales et humanitaires �videntes�. Cependant, hier, lors de sa conf�rence de presse, Nora Berra a soutenu que le refus d�admission n�a pas �t� une attitude commune de l�ensemble des h�pitaux fran�ais mais propre aux seuls h�pitaux qui avaient des cr�ances aupr�s de la CNAS. Ce qui, �videmment, contraste avec le communiqu� du minist�re fran�ais de la Sant� qui, � l��poque, a soulign� des raisons m�dicales et humanitaires. La CNAS, index�e comme mauvais payeur, a contest� le montant de 32 millions d�euros que lui r�clamaient les h�pitaux fran�ais, du moins demandait-elle des justificatifs. Le diff�rend est rest� en l��tat, jusqu�� la visite � Paris, il y a de cela un mois, du ministre de la Sant�, Djamel Ould Abb�s. Le dossier a �t� �voqu� avec son homologue fran�aise Nora Berra. Les deux parties ont alors convenu de mettre en place un comit� de travail entre la CNAS et la DSSF. Un comit� qui n�a toujours pas �t� install�. �Nous attendons que la CNAS nous communique les dates pour l�installation du comit� �, a indiqu� Nora Berra. La secr�taire d�Etat charg�e de la sant�, qui �prouve des difficult�s certaines � valider sa candidature dans l�une des quatre circonscriptions lyonnaises aux l�gislatives fran�aises, est rest�e tr�s prudente sur des questions pouvant pr�ter � pol�mique. Ainsi, elle a pr�f�r� ne pas �mettre de commentaire sur l�affaire, d�sormais saisie par la justice, de Sanofi Aventis, un laboratoire fran�ais sur qui p�se le soup�on, notamment relativement aux surfacturations. �Je ne commente pas une affaire de justice. Je ne connais pas le dossier judiciaire�, a-t-elle dit. Militante UMP, Nora Berra n�a pas failli � la discipline partisane lorsqu�elle �voque la question de l�immigration. C�est le socialiste Michel Rocard qu�elle cite pour justifier les reconduites aux fronti�res dans le cadre des quotas institu�s sous Sarkozy. �Comme disait Michel Rocard en son temps, la France ne peut pas accueillir toute la mis�re du monde.� Elle a r�affirm� que la France ne r�gularisera pas toutes les personnes �trang�res se trouvant sur son sol. Pour elle, les bonnes conditions d�accueil constituent un pr�alable. Cela �tant, la secr�taire d�Etat fran�aise charg�e de la sant�, en visite de deux jours en Alg�rie, travaille avec son homologue alg�rien � la conclusion d�une convention sur la biom�decine (pr�l�vement, transport et transplantation d�organes). Un comit� bilat�ral d�experts devra �laborer, pour ce faire, une feuille de route.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.