Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOHAMED CHAFIK MESBAH AU SOIR D�ALG�RIE
�Le syst�me n�est pas m�r pour des �lections libres�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2012


Entretien r�alis� par Tarek Hafid
Le syst�me politique alg�rien n�est toujours pas m�r pour accepter le principe d�une transition d�mocratique � travers un scrutin libre et d�mocratique. C�est la conclusion � laquelle est parvenu Mohamed-Chafik Mesbah suite � l�analyse des r�sultats des �lections l�gislatives du 10 mai 2012. Dans cet entretien, l�ancien officier des services de renseignement dresse le bilan des treize ann�es de pouvoir de Abdelaziz Bouteflika, ses actions politiques et diplomatiques ainsi que ses relations avec l�arm�e et le DRS.
Le Soir d�Alg�rie : Le taux de participation de 43% enregistr� officiellement lors des �lections l�gislatives du 10 mai dernier vous para�t-il r�aliste ?
Mohamed Chafik Mesbah : Toutes les supputations qui ont pr�c�d� le scrutin des l�gislatives pronostiquaient, en effet, un taux d�abstention plus fort. Il existe deux mani�res d�expliquer les r�sultats annonc�s par le Conseil constitutionnel. La premi�re consiste tout simplement � prendre acte de ce r�sultat � d�faut de pouvoir les contester. Il s�agit d�un constat formel qui biaise, par avance, l�analyse car elle reposerait sur des donn�es qui ne sont pas v�ritablement valid�es. La seconde mani�re c�est le constat dynamique. Sans pouvoir d�montrer par des preuves irr�fragables, il est probable que le taux de participation se situe plus bas. Probablement aux alentours de 20%. Beaucoup d�observateurs, de mani�re empirique, ont pris le pouls de la participation � travers des appels t�l�phoniques directs au niveau des bureaux de vote � travers le territoire national ou des t�moignages fiables recueillis aupr�s de relations personnelles ou familiales. Les r�sultats recueillis par cette m�thode empirique, de l�ouverture � la cl�ture du scrutin, a d�faut de fournir des chiffres av�r�s, d�gage l�impression d�un climat de d�saffection de la population. Naturellement sur le plan du droit pur, pour contester les r�sultats annonc�s, il est n�cessaire de disposer de preuves. Il faut admettre que les pouvoir publics ont organis� ce scrutin avec un certain savoir-faire qui ne permet pas de lever les pans obscurs qui peuvent avoir entour� ce scrutin. D�autant que les observateurs de l�Union europ�enne ont apport� leur caution � propos du bon d�roulement des �lections. Les pouvoirs publics, pourrait-on dire, sont dans leur r�le. Ce qui est le plus �tonnant, c�est l�attitude des partis suppos�s constituer l�opposition qui se cantonnent � un discours creux de d�nonciation de la �fraude� sans apporter aucun �l�ment probant de preuve. Ne nous fatiguons pas � ergoter sur la manipulation �ventuelle des chiffres. La question fondamentale devrait porter sur l��tat d�esprit qui aura pr�valu aupr�s des pouvoirs publics. A cet �gard, le syst�me en Alg�rie, pas seulement le r�gime, ne semble pas suffisamment m�r pour un scrutin annonciateur d�une r�elle transition d�mocratique. C�est le seul constat qui vaille la peine d��tre �nonc�.
Quel aurait �t� l�int�r�t, pour les pouvoirs publics, de �gonfler� le taux de participation ?
Pour gommer, aux yeux de l�opinion publique internationale, l�image pesante du foss� qui oppose soci�t� en g�n�ral et pouvoirs publics. Deux soci�t�s cohabitent en Alg�rie. La soci�t� virtuelle compos�e des institutions et des appareils ainsi que des personnels qui les composent. La soci�t� r�elle compos�e de la grosse majorit� de la population qui vit en marge des institutions officielles. L�int�r�t consiste donc � effacer l�image de cette fracture de mani�re que les pouvoirs publics disposent d�une l�gitimit� opposable � la communaut� internationale.
Par del� le taux de participation, quelle lecture faites-vous des r�sultats proprement dits de ce scrutin ?
Les observateurs s�attendaient bien � ce que l�Alliance pr�sidentielle soit reconduite avec, le cas �ch�ant, un certain r��quilibrage entre les formations qui la composent. Personne ne s�attendait, cependant, que le r�sultat octroy� au Front de lib�ration nationale atteigne le niveau record de 220 si�ges. Dans les permanences des partis de l�Alliance pr�sidentielle, les r�sultats recens�s dans la matin�e du vendredi, c�est-�-dire le jour suivant le scrutin, la tendance �tait, certes, en faveur du FLN mais avec un score de 120 si�ges. Il �tait suivi de l�Alliance verte qui aurait obtenu 80 si�ges puis le Rassemblement national d�mocratique remporterait pr�s de 40 si�ges. C��tait une arithm�tique plausible dans le contexte consid�r�. Les r�sultats annonc�s ont boulevers� cet ordre des choses. Nonobstant les incidences du scrutin proportionnel, toute laisse supposer que des �lections ont �t� g�r�es de mani�re administrative comme cela est le cas, au demeurant, pour toute la vie politique en Alg�rie.
En somme, vous affirmez que le scrutin du 10 mai 2012 est entach� de fraude�
Encore faut-il pouvoir prouver cette fraude. Il est possible d��voquer des pr�somptions de fraude, mais il est impossible de la d�montrer. Les pouvoirs publics, avis�s ont agi intelligemment tant pour ce qui concerne la neutralisation du mouvement associatif que pour la caution gagn�e, difficilement contestable, des observateurs de l�Union europ�enne. Encore une fois, ce qui frappe l�attention c�est l�indigence de l�opposition qui, � ce jour, n�a pas r�ussi � mettre en place des m�canismes susceptibles de d�masquer la fraude.
Il est donc difficile de prouver la fraude�
Difficile mais pas impossible. Lors des pr�c�dentes �lections, notamment lors des �lections pr�sidentielles successives depuis 1999, combien de fois l�attention des candidats et des partis politiques a �t� attir�e sur l�int�r�t de mettre en place des sondages �sortie d�urnes�. Cela revient, d�abord, � s�lectionner des bureaux de vote qui constitueraient une sorte d��chantillon du corps �lectoral. Cela consiste, ensuite, � r�partir, les enqu�teurs � militants ou repr�sentants du mouvement associatif � � travers ces bureaux de vote pour recueillir, directement, le vote exprim� par ces �lecteurs d�s leur devoir accompli. Rassembl�s et collationn�s, ces r�sultats donnent les grandes tendances du scrutin avant l�annonce des chiffres officiels. La d�marche n�cessite, toutefois, le parrainage d�une organisation internationale respect�e et le concours d�un institut de sondages de grande notori�t�. C�est dans ces conditions qu�un sondage �sortie d�urnes� avait �t� organis�, au Chili, lors du r�f�rendum constitutionnel qui avait provoqu� le d�part du g�n�ral Pinochet. En toute honn�tet�, il est permis de s�interroger si, entre l�opposition et les pouvoirs publics, il n�existe pas un gentlemen- agreement qui permet au syst�me de perdurer.
Qui aurait �t� le chef d�orchestre de cette fraude ?
Ne nous fourvoyons pas � citer nomm�ment des responsables. C�est le syst�me qui n�est pas m�r pour des �lections transparentes et libres. Peu importe que ce soient les services de renseignement, le gouvernement ou l�administration locale qui soient � l�origine de la fraude. Le syst�me r�fractaire au d�roulement d�un scrutin libre d�montre n�est pas m�r pour la transition d�mocratique. C�est cela le plus important.
Quel a �t� le r�le de la justice lors de cette �lection puisque, pour la premi�re fois, une commission compos�e, exclusivement, de magistrats a supervis� le scrutin ?
Inversons la question. Depuis que M. Abdelaziz Bouteflika est pr�sident de la R�publique, la justice a-t-elle connu un fonctionnement totalement r�gulier ? Le juge a-t-il rendu le droit en son �me et conscience, plut�t que sur injonction ? Alors posez-vous cette question et en fonction de la r�ponse nous pourrions juger le comportement des magistrats � l��preuve du dernier scrutin l�gislatif. Il n�est pas possible de soumettre l�appareil judiciaire, plus d�une d�cennie durant, � la r�gle de l�ukase puis, all�grement, demander aux juges de s�en remettre � leur conscience. Il n�existe pas, en la mati�re, de g�n�ration spontan�e, cela vaut pour l�appareil judiciaire comme pour toutes les autres institutions de l�Etat.
Revenons aux r�sultats du scrutin. Un FLN largement majoritaire � l�Assembl�e populaire nationale, c�est pour quel objectif ?
Sur le plan pratique, c'est-�-dire op�rationnel, l�objectif pour les pouvoirs publics, c�est de pouvoir exercer un contr�le h�g�monique sur la proc�dure de r�vision de la Constitution au niveau de la nouvelle Assembl�e populaire nationale. Avec le score du FLN confort� par celui du RND, il n�existe aucun risque de d�rapage par rapport � la �feuille de route� pr�alablement trac�e.
Comment expliquer, n�anmoins, la trop forte supr�matie du courant nationaliste au sein de cette Assembl�e�
Nous sommes en pr�sence, en effet, d�une repr�sentation excessive pour le FLN comme pour le RND d�ailleurs. Il se pourrait que le score du MSP ait �t� minor�. D�un point de vue formel, nous sommes en pr�sence de trois p�les politiques. Un p�le nationaliste dominant � le FLN et le RND �, un p�le islamiste affaibli � l�Alliance Verte � et un p�le �d�mocratique � diminu� que symbolise le Front des forces socialistes encore cantonn� dans un ghetto r�gional. Faut-il accepter ces r�sultats formels ou plut�t les contester ? Difficile de les contester efficacement en l�absence de preuves de fraude irr�fragables. Tenons en nous alors � l�aspect formel qui nous permet de souligner que c�est, au total, la gestion administrative de la vie politique.
Quelle est, finalement, votre lecture des r�sultats de ce scrutin l�gislatif ?
Cette lecture doit �tre envisag�e par rapport au scrutin pr�sidentiel de 2014. Deux sc�narios semblent se profiler. Premier sc�nario, c�est celui qui vise � faire acc�der aux commandes de l�Etat une majorit� islamiste qui parviendrait au pouvoir � la faveur d�un scrutin libre. Cette option semble avoir les faveurs du pr�sident de la R�publique. M. Abdelaziz Bouteflika est dou� d�un sens tactique qui lui permet d�observer la posture des pays occidentaux � et Dieu seuls s�il accorde de l�importance � l�avis de ces pays � consistant � disqualifier, dans le monde arabe, la mouvance nationaliste au profit de la mouvance islamiste. Escomptant, par cons�quent, la bienveillance active du monde occidental ainsi que la neutralit� de l�institution militaire, le pr�sident de la R�publique mise sur ce sc�nario pour pouvoir, le cas �ch�ant, organiser son retrait de la sc�ne politique. Plus que l�impunit�, M. Abdelaziz Bouteflika doit rechercher la gloire en voulant acc�der au Panth�on de l�Histoire avec ce qu�il pr�senterait comme le parach�vement de sa politique dite de �r�conciliation nationale �.
Quel est le second sc�nario ?
Il semble exister au sein du r�gime un p�le qui, prenant appui sur le nouveau poids �lectoral du FLN et du RND, veut faire pr�valoir une option nationaliste maximaliste. Ce sc�nario privil�gie la th�se de sp�cificit� alg�rienne, une th�se selon laquelle il serait possible de contourner l��cueil du �Printemps arabe� sans devoir passer par un processus de transition d�mocratique. C�est un peu le sc�nario mis en �uvre par le pouvoir syrien, la violence en moins.
Un FLN �islamis�, avec Abdelaziz Belkhadem � sa t�te, ce ne pourrait pas �tre le parti islamiste que M. Abdelaziz Bouteflika veut mettre en place ?
C�est une option ouverte. Si tant est qu�elle n�est pas d�j� en branle. M. Abdelaziz Bouteflika qui manque cruellement de temps pour b�tir un nouveau parti ne dispose pas, non plus, de vrais leaders politiques capables de le seconder. A d�faut, pourquoi ne reporterait-il pas, en effet, son attention sur le FLN en vue de �l�islamiser�. M. Abdelaziz Belkhadem dispose du profil requis pour la besogne. Sans garantie de r�sultat, il est vrai. Il risque de rencontrer une obstruction implacable chez les militants de base de ce parti, pathologiquement riv�s au socle nationaliste et r�fractaires au lib�ralisme d�brid�. En r�alit�, il est probable que le FLN en butte � une crise de mutation interne peine � trouver ses marques. Le foss� entre la base de ce parti et sa direction actuelle � et aussi bien toutes les factions rivales � l�int�rieur de cette direction-pr�figure d�une implosion possible du FLN. Le contexte international ou la strat�gie des puissances occidentales vise � r�cuser id�ologie et mouvements nationalistes confortent ce pronostic. Il ne faut pas s�attendre que la direction actuelle du FLN parvienne � accomplir �l�aggiornamento de doctrine et de structures� sans lequel il dispara�trait.
Revenons au FFS. Les commentateurs �voquent un deal entre le pouvoir et ce parti. De quel deal peut-il s�agir ?
Evacuons les aspects personnels prosa�ques, totalement, d�testables. Limitons-nous aux faits politiques. Le deal �voqu� pourrait reposer sur trois points. Le premier se rapporte � la repr�sentation h�g�monique de la Kabylie par le FFS. Le second se rapporte au statut d�Assembl�e constituante qui pourrait �tre octroy� � l�Assembl�e populaire nationale nouvellement �lue. Le troisi�me se rapporte � la dissolution � du moins la profonde restructuration � de ce que le FFS appelle, de mani�re r�currente, �la police politique�, � savoir le D�partement du Renseignement et de la S�curit�. Le boycott du RCD aidant, le FFS pourra �tre satisfait pour le premier point. Il est improbable que M. Hocine A�t Ahmed obtienne gain de cause pour le reste.
Vous semblez ne pas accorder d�importance aux r�sultats remport�s par l�Alliance verte, comme si les �lecteurs islamistes n�avaient pas vot�
Absolument ! Nous pouvons tout reprocher � l��lectorat islamiste sauf sa discipline. Ce sont, seulement, les partis islamistes �normalis�s�, proches du pouvoir qui pensaient pouvoir profiter de circonstances favorables pour acc�der � une position pr��minente sur la sc�ne politique. Nous savons aujourd�hui que la grande masse de l��lectorat islamiste n�a pas vot�. Particuli�rement les cat�gories les jeunes au sein de la population. C�est dans cette frange que se recrute les v�ritables islamistes, ceux que l�on appelle les salafistes. Peu importe qu�ils soient �pr�dicateurs � ou �djihadistes�. Les sp�cialistes qui ont �tudi� ce mouvement estiment que les salafistes ne veulent pas, pour le moment, entrer en confrontation avec les pouvoirs publics. Ils attendent que le syst�me se d�lite de l�int�rieur pour cueillir le fruit m�r. Ils sont d�routants ces microcosmes qui focalisent sur �la menace islamiste� croyant avec l�g�ret� que �l�Alliance verte� pouvait d�crocher la majorit� parlementaire. Des m�canismes de pr�vention ind�tectables ont �t� mis en place pour �viter ce cas de figure. C�est plus que probable. Par contre, les salafistes, qui repr�sentent un potentiel plus puissant au sein de la soci�t� r�elle �chappent � l�observation scientifique s�rieuse. Les pouvoirs publics d�tournent les yeux de ce v�ritable ph�nom�ne social et politique en estimant avoir r�gl� le probl�me en octroyant au FLN 220 si�ges � l�Assembl�e populaire nationale.
Les formes d�organisation et les leaders de ce courant salafiste sont-ils connus ?
Non, du moins pas suffisamment. Ce courant encadre la soci�t� en utilisant des associations de bienfaisance et en recourant � des actions de solidarit� tr�s pris�es par la population. Il est fortement pr�sent au sein de la soci�t� r�elle parmi, notamment, les cat�gories sociales d�class�es. Au plan de l�organisation et des modes d�action, ces salafistes ont tir� les enseignements du pass�. Ils prennent bien soin de ne faire heurter frontalement les pouvoirs publics et s�appliquent � ne faire appara�tre que des figures dont la neutralisation ne compromettrait pas la p�rennit� de leur mouvement.
Le suivi et l�analyse de ce type de mouvement devrait �tre du ressort des services de s�curit�. Faut-il �voquer leur d�faillance �ventuelle ?
Si vous consid�rez que les services de s�curit�, y compris les services de renseignement, sont enracin�s au sein de la soci�t� r�elle jusqu�� ce que rien ne leur �chappe, oui il est possible d��voquer une d�faillance.
Vous estimez que le courant islamiste continue de repr�senter une menace pour la stabilit� du pays ?
Comment, moralement et politiquement justifier une telle affirmation ? Faut-il renouer avec la p�riode dite de �l��radication� o� il fallait parler de menace chaque fois que le vote islamiste d�une partie de la population se profilait � l�horizon ? Le courant islamiste est une donn�e consubstantielle de la soci�t� alg�rienne, il faut se r�signer � cette r�alit�. Le pays devra �tre g�r� avec de ce courant pr�sent de mani�re p�renne. Le probl�me consiste � savoir si les islamistes accepteront de participer � la vie politique selon les r�gles �tablies par la Constitution ou, consensuellement, sur la base d�un pacte politique. Les islamistes accepteront-ils de relancer la conqu�te du pouvoir par la violence ou � l�instauration, par effraction, d�un Etat th�ocratique ? Voil� la seule question qui m�rite que l�on si attarde. Cet objectif d�insertion pacifique du courant islamiste dans la vie politique n�cessite la mise en place de m�canismes de r�gulation fiables du fonctionnement de l��difice institutionnel. Cette tache exige, sans doute, de la pers�v�rance, beaucoup de p�dagogie et l�intelligence. C�est face aux situations complexes que s�affirment hommes d�Etat et dirigeants d�exception.
L�Alg�rie est, donc, en attente d�un homme providentiel ?
Je n�ai pas parl� d�homme providentiel, j�ai �voqu� les hommes d�exception. L�Alg�rie est en attente d�un homme qui puisse conduire une �quipe forte, soud�e et homog�ne, porteuse d�un v�ritable projet de soci�t�. L�homme providentiel c�est une id�e qui renvoie � une forme de gouvernance autocratique que le monde moderne a r�cus�.
La nouvelle Assembl�e populaire nationale pourrait jouir d�une forme certaine ind�pendance dans l��laboration projet�e de la loi fondamentale ?
Nonobstant la l�gitimit� discutable de cette Assembl�e, de quelle autonomie pourrait se pr�valoir cette instance o� la majorit� absolue est d�tenue par des d�put�s coopt�s du FLN et du RND ? Cette Assembl�e n�a pas �t� con�ue dans le but d��tre ind�pendante. Sa mission consiste � faire passer le gu�, en toute s�curit�, � la proc�dure de r�vision constitutionnelle.
Le pr�sident de la R�publique s�appr�te � nommer une nouvelle �quipe gouvernementale. Ce serait pour quelle mission ?
Deux missions essentielles. Ex�cuter �le programme de consolidation de la croissance� d�cid� par le pr�sident de la R�publique et qui est en souffrance. Conduire la pr�paration du scrutin pr�sidentiel afin que le r�sultat ne puisse constituer une surprise. Comme dans le cas de l�Assembl�e populaire nationale, ce sera une �quipe sous contr�le. Les minist�res de souverainet� ainsi que les d�partements sensibles seront confi�s � des membres du cercle pr�sidentiel sinon coopt�s par lui. Ce sera un choix ex�cut� selon le mode endogamique c'est-�-dire que le syst�me � m�me avec de nouvelles figures � ne ferait que se reproduire.
Peut-on affirmer que le pr�sident Abdelaziz Bouteflika met d�j� en place � ou va mettre en place � au niveau des postes n�vralgiques de l�Etat un dispositif serr� pour contr�ler l�issue du scrutin pr�sidentiel de 2014 ?
Sans nul doute. La nomination de Ta�eb Bela�z � la pr�sidence du Conseil constitutionnel proc�de de cette d�marche. Le choix des personnes qui auront � assumer les fonctions de ministres de l�Int�rieur et de la Justice sera, lui aussi, d�terminant. Le poste de ministre de la Communication est, quant � lui, de moindre importance, puisque, de facto, le secteur est sous le contr�le politique direct de la pr�sidence de la R�publique et celui s�curitaire du D�partement du renseignement et de la s�curit�. En amont, le contr�le de la d�marche sera du ressort de l�Assembl�e populaire nationale � travers le contr�le de la proc�dure de r�vision de la Constitution. Il est �vident que les amendements constitutionnels introduits viseront � �s�curiser� le d�roulement de la succession, si tant est qu�elle est r�ellement � l�ordre du jour. A moins que vous ne songiez aux changements qui pourraient affecter les appareils de renseignement et de s�curit� ; � ce niveau, la circonspection est de rigueur. Abdelaziz Bouteflika doit certainement r�fl�chir � faire acc�der aux plus hautes fonctions de la hi�rarchie militaire des officiers g�n�raux aptes � exercer leur commandement dans la dur�e. L�intention lui est pr�t�e de vouloir r��quilibrer les origines r�gionales au sein de la cha�ne de commandement et de mettre un terme au tassement qui caract�rise, depuis quelques ann�es, la pyramide des grades. C�est cela l�architecture d�ensemble qui pourrait �tre celle du chef de l�Etat en pr�vision du scrutin pr�sidentiel de 2014. Encore faudrait-il qu�il puisse disposer du temps n�cessaire non sans ma�triser la conjoncture � son profit�
Quels sont les sc�narios que vous entrevoyez pour l��lection pr�sidentielle de 2014 ?
Ce scrutin peut �tre abord� de deux angles diff�rents. Si la conjoncture politique venait � se pr�cipiter, obligeant l�Alg�rie � rejoindre le lot des pays qui ont subi les effets du �printemps arabe�, la vague de violence qui risque d�intervenir disqualifierait totalement les leaders politiques connus au profit d��lites nouvelles qui surgiront des entrailles de la soci�t� r�elle. Ne vous m�prenez pas sur les capacit�s de la soci�t� r�elle � s�cr�ter une cat�gorie d�hommes capables de se surpasser pour en finir avec les r�gimes pass�s. Si, cette fois, le changement intervient dans un contexte plus ou moins ma�tris�, certains sc�narios allant de la succession ferm�e �Abdelaziz Bouteflika se succ�dant � lui-m�me � � la succession ouverte � cas de figure rendant vraisemblable l�entr�e en course de Mouloud Hamrouche et Ali Benflis � en passant par la succession semi-ouverte � Abdelaziz Belkhadem et Ahmed Ouyahia �tant alors les candidats qui disposeront du plus de chances. Si le statu quo actuel persiste, le sc�nario de l��lection ouverte est � �carter purement et simplement.
Vous n�avez pas fait mention de la possibilit� que Sa�d Bouteflika puisse succ�der � son fr�re en 2014 ?
La raison devrait, en principe, pousser � rejeter cette possibilit� inconcevable. Hormis le lien familial avec son fr�re chef de l�Etat, de quel ancrage social et politique dispose Sa�d Bouteflika pour postuler � la magistrature supr�me ? De quelles comp�tences morales et intellectuelles particuli�res peut-il se pr�valoir ? De quelle v�ritable exp�rience politique avec aptitude au commandement av�r�e peut-il se r�clamer ? Pourtant, il faut retenir la piste que vous �voquez. Une faune d��hommes d�affaires� gravite autour de lui et d�autres courtisans qui se ramassent � la pelle doivent songer � pr�server, co�te que co�te, leurs positions et leurs int�r�ts. Ils ont tout int�r�t, l�instinct gr�gaire aidant, � pousser Sa�d Bouteflika � succ�der � son fr�re. A priori Abdelaziz Bouteflika a suffisamment de sens politique pour d�courager ce choix. La volont� d�organiser la succession au pouvoir, selon le mode familial, a servi de catalyseur aux soul�vements intervenus en Egypte et en Tunisie, r�gimes r�publicains par essence. En Alg�rie, ce pourrait �tre le d�tonateur qui provoquera �le printemps alg�rien� si redout�.
Comment �valuez-vous, dans l�ensemble, le bilan politique de Abdelaziz Bouteflika ?
Hyper-pr�sidentialisation du syst�me institutionnel, instrumentalisation outranci�re de la justice, vie politique gel�e, vie syndicale chloroform�e, mouvement associatif ankylos�, presse caporalis�e, notamment le secteur audio-visuel, division de la soci�t� en soci�t� virtuelle contre soci�t� r�elle. Ce bilan explique les craintes que fait na�tre l�hypoth�se d�un soul�vement populaire pouvant s�accompagner d�anarchie et de violence faute de structures d�encadrement et d��lites pour le diriger.
Comment �valuez-vous le bilan �conomique du pr�sident Abdelaziz Bouteflika ?
Comme vous le savez, je ne suis pas �conomiste de formation, je m�applique n�anmoins � �tablir toutes les corr�lations entre les param�tres �conomiques et politiques en proc�dant � une lecture d�ensemble. Ainsi, concernant l�usage des r�serves engrang�es, force est de constater que la situation financi�re de l�Alg�rie est pour le moins correcte. Le pays, qui a d�sendett�, dispose par ailleurs de r�serves financi�res qui, dans tous les cas de figure, lui permettent de faire face pendant quatre ann�es � des d�penses incompressibles. S�il est l�gitime d��tre critique vis-�-vis de la gouvernance publique en Alg�rie, il reste difficile de nier l�effort consenti dans la r�alisation et le renforcement des infrastructures de base indispensables � l�investissement productif. En substance, ces investissements couvrent les r�seaux routiers et ferroviaires, l�alimentation en eau potable, la r�alisation de logements et la lev�e des contraintes en mati�re d��ducation. Un investissement massif suppos� renforcer l�attractivit� de l�investissement en Alg�rie. Pour m�moire, rappelons que trois plans de relance �conomiques ont �t� mis en �uvre depuis 1999. Le premier qui couvre la p�riode 2001- 2004 se chiffre � 7 milliards de dollars am�ricains. Le second plan d�un montant de 60 milliards de dollars am�ricain couvre la p�riode 2005-2009. Enfin, le troisi�me, d�un volume de 180 milliards de dollars am�ricains, est en instance de lancement et couvre, en principe, la p�riode 2010-2014. Faut-il revenir aux critiques r�currentes adress�es � ces plans de relance ? Planification al�atoire purement sectorielle, sans connexion recoup�e avec les objectifs de d�veloppement national. Capacit�s de r�alisation r�duites et mise en �uvre manquant de transparence, ouvrant la voie � la petite et � la grande corruption. Presque syst�matiquement, les programmes de r�alisation sont confi�s � des entreprises �trang�res, notamment chinoises, � l�exclusion des instruments de r�alisation nationaux qui pourraient �tre renforc�s en la circonstance. Ne nous hasardons pas dans les m�andres de la gestion de nos r�serves financi�res, soulignons simplement l�explosion des d�penses de fonctionnement pour faire face aux augmentations de salaires d�cid�es par les pouvoirs publics ; une explosion inconsid�r�e, sans contrepartie productive. Au demeurant, l��conomie nationale, convenez-en, continue de d�pendre, quasi-exclusivement, de l�exportation � l��tat brut de ses ressources �nerg�tiques. Permettez-moi cependant de revenir � la lecture politique de ce tableau �conomique. Ce qui frappe l�examen de ce bilan c�est bien l�opacit� � pour ne pas dire l�arbitraire � du choix de d�veloppement �conomique et les types d�investissements engag�s. Selon la volont� personnelle du pr�sident de la R�publique, en fonction des choix fix�s par des objectifs conjoncturels et des pressions diverses, voire antagoniques, la politique �conomique du pays peut tanguer d�un instant � l�autre sans que l�expertise nationale ne soit mise � contribution et, encore moins, que ne soit associ� le peuple alg�rien dans toute sa diversit�, au d�bat qui devrait pr�valoir � la prise de d�cision strat�gique. Les richesses naturelles du pays sont exploit�es comme s�il s�agissait d�une exploitation priv�e. Dramatique pour un pays qui aspire au statut de puissance r�gionale. De toute �vidence, la transition d�mocratique passera en Alg�rie par un audit pr�alable des comptes de la nation. Ce sera le solde de tous comptes avec la p�riode d�testable qui aura pr�c�d�.
Fr�quemment, vous avez �voqu� la possibilit� d�une explosion sociale. Pour l�heure, votre pr�diction tarde � se v�rifier�
La profusion de liquidit�s financi�res en Alg�rie continue de faire illusion sur l��tat r�el de la soci�t�. Actuellement, la distribution de la rente p�troli�re, sous une forme inconsid�r�e, donne l�illusion d�une stabilit� sociale assur�e. Mais les sociologues, qui font l��tude cumul�e des manifestations et soul�vements qui se d�roulent chaque jour de mani�re localis�e sur l��tendue du territoire alg�rien , parlent d�un �tat d�exasp�ration social latent au sein de toute la soci�t�. En Alg�rie, la faiblesse du mouvement associatif, en g�n�ral, et syndical, en particulier, fait que ce potentiel d�explosion social n�est pas canalis�. Il est clair, n�anmoins, que ces mouvements clairsem�s vont, t�t ou tard, s�agr�ger. Il faut s�attendre alors � ce que des leaders syndicaux �mergent de cette agitation sociale avec un �tat d�esprit bien plus radical.
Le ph�nom�ne de la corruption a pris une ampleur d�mesur�e. Des lois ont �t� promulgu�es et des institutions sp�cialis�es ont �t� cr��es. Comment expliquez-vous leur inefficacit� ?
La volont� politique de prendre � bras-le-corps le ph�nom�ne de la grande corruption est absente. Comment voulez-vous que le r�gime puisse s�attaquer � cette question strat�gique pour la p�rennit� des institutions de l�Etat alors que l�entourage pr�sidentiel est impliqu� dans ces affaires de grande corruption. Prenez le cas du scandale de Sonatrach et de celui de l�autoroute Est-Ouest. Des instructions auraient �t� donn�es pour que les enqu�tes et les proc�dures judiciaires s�arr�tent devant les portes des bureaux des ministres concern�s. Les ministres, premiers concern�s, s�en sortent indemnes, alors que les proc�dures auraient d� les conduire en prison. Tant que ce seront les seconds couteaux qui paieront, il ne sert � rien de mettre en place des m�canismes de lutte contre la corruption. Le fondement de la lutte contre la corruption c�est la volont� politique port�e par un consensus national. Ce ph�nom�ne de grande corruption sera trait� seulement lorsque l�Alg�rie sera v�ritablement en phase de transition d�mocratique.
Dans son discours de S�tif, le pr�sident Abdelaziz Bouteflika a longuement �voqu� la responsabilit� de �sa g�n�ration�. Est-ce son �tat de sant� qui le pousse � envisager sa retraite politique ou est-ce, plut�t, un message subliminal adress� � la haute hi�rarchie militaire ?
Vous ne m�entra�nerez pas sur le terrain de l��tat de sant� du pr�sident de la R�publique. Musulman convaincu, je respecte l�intimit� de mes semblables. La question que vous voulez introduire ne vaut que par les effets qui en r�sultent sur la qualit� de la gouvernance publique. Quoiqu�il en soit, c�est en fonction du rapport de forces concret sur le terrain, en particulier le poids de la pression interne comme celui de la pression externe, que Abdelaziz Bouteflika se d�cidera sur son choix de se maintenir ou pas � la t�te de l�Etat en 2014. Les microcosmes politiques fantasment beaucoup sur la nature des relations que le pr�sident de la R�publique entretient avec les services de renseignement et l�arm�e. Le chef de l�Etat dispose de tous les moyens constitutionnels pour relever tout chef militaire actuellement en poste. Il ne le fait pas pour de multiples consid�rations. D�autant que, souvent, le maintien en poste de ces responsables le sert plus qu�il ne le dessert. Le discours de S�tif a valeur de simple effet d�annonce.
Mais s�il envisage de quitter le pouvoir en 2014, proc�dera-t-il � des changements au sein de la hi�rarchie militaire avant son d�part ?
Le corps de bataille ne constitue pas une menace pour Abdelaziz Bouteflika. Ce qui, � propos des services de renseignement, pourrait int�resser le pr�sident de la R�publique, c�est le message subliminal qu�il veut laisser pour l�histoire, � savoir qu�il aura �t� le chef de l'Etat qui aura mis au pas toutes les institutions et appareils, DRS inclus. Vous insistez, le pr�sident Abdelaziz Bouteflika s�est affranchi de la tutelle de la hi�rarchie militaire� Sur le plan formel, comme sur le plan pratique, le pr�sident Bouteflika s�est affranchi de cette tutelle. La d�mission de l�ancien chef d��tat-major de l�ANP, le g�n�ral Mohamed Lamari, a constitu� un v�ritable tournant dans les rapports de M. Bouteflika avec l�institution militaire. Le g�n�ral Mohamed Lamari, avec son temp�rament exultant, �tait le seul officier g�n�ral capable de s�opposer, frontalement, au chef de l�Etat. L�autorit� du pr�sident de la R�publique sur la hi�rarchie militaire ne souffre plus de contestation.
Le bilan du pr�sident Abdelaziz Bouteflika par rapport � l�institution militaire vous para�t positif ?
Avec des r�serves. Faut-il s�accommoder de l��mergence de p�les de pouvoir concurrents au sein de l�institution militaire ? Cela peut favoriser le contr�le du pouvoir par Abdelaziz Bouteflika, pas le d�veloppement harmonieux du potentiel militaire, proprement dit. Faut-il aussi prolonger ind�finiment le niveau actuel des d�penses d��quipement militaire au risque d�affecter les ressources du pays ? Faut-il se r�signer � l�opacit� qui entoure la doctrine de d�fense du pays au point de ne pouvoir distinguer entre l�ami et l�ennemi ? Le chantier des r�formes militaires est loin d��tre clos.
O� en sont les rapports du pr�sident Abdelaziz Bouteflika avec les services de renseignement ?
Le pr�sident Bouteflika, d�j� m�fiant par instinct vis-�-vis de l�institution militaire, l�est encore plus par rapport aux services de renseignement. Pourquoi n�a-t-il pas agi, semblablement, pour �le corps de bataille� et pour les services de renseignement ? Premi�rement, c�est son �tat de sant� qui l�a, vraisemblablement, conduit � r�viser l�ordre de priorit�s dans sa d�marche. La r�organisation des services de renseignement, en p�riode de menace pressante sur le r�gime, ne peut plus constituer une urgence. Deuxi�mement, le pr�sident Bouteflika, qui ne dispose pas de v�ritables relais politiques pour s�adresser � la population ni d�appareils de substitution efficaces pour suppl�er au DRS, a d� estimer pr�f�rable de conserver en l��tat les services de renseignement afin de s�en servir comme une arme de dissuasion. Troisi�mement, le pr�sident Abdelaziz Bouteflika pourrait avoir consid�r� que le DRS, confront� � des difficult�s d��volution et d�adaptation dans un environnement de plus en plus hostile, finirait, m�caniquement, par d�cliner dans sa puissance pour perdre, d�finitivement, de son influence. N�oublions pas, �galement, que le pr�sident Abdelaziz Bouteflika s�est assur� d�un certain r�pit en d�couplant �tat-major de l�ANP et services de renseignement. D�sormais, l��tat-major est aveugle face � la soci�t� politique. Le DRS, sans le socle de l��tat-major sur lequel il a pour habitude de s�appuyer, est probablement affaibli.
L�Alg�rie dispose-t-elle d�une diplomatie qui soit � la hauteur de ses ambitions ?
La diplomatie alg�rienne est en d�phasage total vis-�-vis de la r�alit� du syst�me de relations internationales. Ce d�phasage peut �tre illustr� � trois niveaux successifs. La doctrine, le mode de fonctionnement et l�architecture logistique et organisationnelle. Pour ce qui est de la doctrine, la diplomatie qui en est encore � la p�riode de la guerre froide n�a pas assimil� les transformations profondes qui ont affect� la sc�ne internationale. Au niveau op�rationnel, l�appareil diplomatique ne dispose pas d�instruments adapt�s pour effectuer les activit�s d�anticipation strat�gique qui constituent la clef de vo�te de toute d�marche diplomatique efficace et p�renne. Sur le plan logistique et organisationnel, le minist�re des Affaires �trang�res n�a jamais subi une v�ritable r�forme de structures. Ses prolongements � l�ext�rieur, ambassades et consulats notamment, sont exactement � l�image du sch�ma mis en place au lendemain de l�ind�pendance. Depuis l�arriv�e du pr�sident Abdelaziz Bouteflika � la t�te de l�Etat, le processus de prise de d�cision est quasiment gripp�. Le ministre des Affaires �trang�res, simple fond� de pouvoir, ne dispose d�aucune autonomie et est oblig� d�en r�f�rer en permanence au pr�sident de la R�publique que l�on sait, par ailleurs, indisponible. Le ministre des Affaires �trang�res n�a absolument aucune pr�rogative pour provoquer la concertation formalis�e avec les autres d�partements minist�riels concern�s par les questions relevant de la s�curit� nationale.
Ce constat explique les �checs subis par l�Alg�rie durant les r�cents �v�nements dans le monde arabe et au Sahel ?
Incontestablement, ces �checs illustrent le manque d�anticipation strat�gique de la diplomatie alg�rienne ainsi que son absence de r�activit� op�rationnelle.
Depuis quelques ann�es, l�impression se d�gage que l�Alg�rie tourne le dos � l�Afrique�
Elle tourne le dos � l�Afrique et au monde arabe, deux espaces qui constituent pour elle une vraie profondeur strat�gique. Pour ce qui est de l�Afrique, le bilan se r�sume � la politique du Nepad. Nous savons, d�sormais, que cette politique a servi essentiellement de pr�texte pour permettre au chef de l�Etat alg�rien d�assister aux sommets du G8. Pour ce qui est du monde arabe, l�Alg�rie qui �tait � la pointe de la cause palestinienne, sans d�finir une d�marche alternative, s�est d�li� de tout appui diplomatique d�int�r�t � la cause palestinienne.
C�est une diplomatie qui ne survit, en somme, que gr�ce au dossier sahraoui ?
Il faut rendre gr�ce � ceux � militaires et diplomates � qui ont d�fendu, avec passion, cette cause jusqu�� cr�er une dynamique sur laquelle il n�est plus possible de revenir. L�activisme diplomatique de l�Alg�rie, sous les pr�sidents Houari Boumedi�ne et Chadli Bendjedid au profit de la cause sahraouie, a c�d� place � une passivit� qui pr�lude d�une r�signation. Une pr�cision s�impose, toutefois, � propos de ce constat qui risque de para�tre sans nuances. La qualit� des diplomates alg�riens n�est pas en cause. Ils regorgent, en g�n�ral, de potentiels intellectuels, d�expertise professionnelle et de conviction patriotique. Ils ont les mains li�es et il leur manque une dose de courage. Voil� tout.
Quel est votre �tat d�esprit par rapport aux perspectives qui s�annoncent pour l�Alg�rie ?
Pessimiste au regard de la qualit� de la gouvernance publique dans le pays. L�hypoth�se d�une transition d�mocratique consensuellement entam�e par le r�gime actuel rel�ve, d�sormais, du fantasme. L��tat des lieux au sein du corps de bataille, unit�s de feu et structures de soutien, ainsi que le potentiel de mobilisation que rec�le la soci�t� r�elle � surtout parmi les jeunes � autorisent, n�anmoins, un optimisme mesur�.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.