La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BAISSE DES PRIX DU P�TROLE
Une affaire qui �inqui�te�, affirme Zerguine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 07 - 2012

La forte baisse des prix du p�trole, observ�e actuellement, est une �affaire qui nous inqui�te �, affirme le pr�sident-directeur g�n�ral du groupe Sonatrach, laissant n�anmoins entendre que les investissements projet�s ne sont pas remis en cause et semblant rassurant quant � d��ventuelles pertes.
Ch�rif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Abdelhamid Zerguine, qui a anim� hier une conf�rence de presse, la seconde depuis sa prise de fonctions, a estim� que la forte baisse du prix du p�trole, observ�e depuis plus de trois mois, est une �affaire � suivre qui nous inqui�te�. Selon le Pdg de Sonatrach, le recul des prix d�un pic � 125,45 dollars en mars dernier � 95 dollars en moyenne en juin suscite, ce faisant, l�interrogation. Dans la mesure o� les crises politiques et �conomiques dans le monde, coupl�es � la f�brilit� de la croissance �conomique en Chine, en Inde et dans certains pays �mergents ont, certes, �probablement accentu� cette baisse�, rel�ve M. Zerguine. N�anmoins, il constate que �cette derni�re ne semble pas r�sulter des seuls fondamentaux du march� ni des enjeux sp�culatifs�. Et d�autant qu��apparaissent les augmentations injustifi�es de la production au sein de l�OPEP�, rel�ve le patron de Sonatrach, imputant tacitement la responsabilit� de cette chute � l�exc�s de production de l�Arabie saoudite notamment.
D�j� 15 d�couvertes d�hydrocarbures en 2012
Pour autant, la conjoncture ne semble pas totalement d�favorable, eu �gard aux r�sultats, au demeurant positifs, que Sonatrach a obtenus lors de ce premier semestre 2012. A ce propos, Abdelhamid Zerguine a indiqu� que sa compagnie qui a produit pour 102,4 millions de tonnes �quivalent p�trole (TEP) a export� pour 57,2 millions de TEP. Ainsi, la compagnie a r�alis� un chiffre d�affaires � l�exportation � fin juin atteignant 37,7 milliards de dollars, en hausse de 15% par rapport � la p�riode similaire de l�ann�e derni�re. Et dans le contexte o� le prix moyen du Sahara Blend s�est �tabli � 113,4 dollars le baril � fin juin 2012 contre 112,9 dollars � fin juin 2011. Dans ce cadre, la fiscalit� p�troli�re a atteint 2 230 milliards de dinars � la fin juin 2012. Le conf�rencier a �galement indiqu� que Sonatrach a r�alis� en effort propre 15 nouvelles d�couvertes d�hydrocarbures, pour 54 millions de TEP de r�serves d�couvertes en place, essentiellement en gaz et � Hassi Berkine.
Les investissements projet�s ne sont pas en danger
Par ailleurs, le P-dg semble confiant sur la poursuite des divers investissements projet�s sur le moyen terme (2012-2016), ind�pendamment de la conjoncture, car incontournables et �strat�giques� au demeurant pour Sonatrach qui dispose de capacit�s de financement. Voire, il se montre rassurant quant � d��ventuelles pertes. Car pour Abdelhamid Zerguine, �le poids de Sonatrach est par ses r�serves et non par ses ventes�. Estim�s � 80 milliards de dollars et visant une production de 1,12 milliard de TEP, ces investissements couvrent l�amont (intensification de l�exploration des hydrocarbures, dans le sud-ouest et le nord du pays, dans l�offshore ainsi que pour les gaz non conventionnels tels que les gaz de schiste). A ce propos, l�on observe que si le potentiel d�hydrocarbures d�hydrocarbures non conventionnels semble plus que prometteur et que Sonatrach escompte de poursuivre le programme d�exploration en effort propre, le recours au partenariat s�av�re toutefois n�cessaire. Ce qui reste loin d��tre �vident, au-del� de la probl�matique logistique et financi�re puisque le co�t d�un seul puits �quivaux � 200 millions de dollars. En outre, le programme � moyen terme concerne l�aval (r�alisation de plusieurs nouvelles raffineries et poursuite d�un programme de r�habilitation des raffineries existantes, sans impact n�gatif sur la couverture des besoins en carburants, pr�cise-t-on). Ce programme porte �galement sur le d�veloppement de la p�trochimie, en partenariat exclusivement, avec de grands groupes internationaux que Abdelhamid Zerguine invitera � la n�gociation directe.
Et pour ceux � l�international ?
La conjoncture n�impacte pas n�gativement sur les investissements � l�international pour lesquels Sonatrach a consacr� en 2011 un montant de 64 millions de dollars et en a engrang� pour 350 millions de dollars de b�n�fices. Et cela, m�me si la compagnie alg�rienne s�est �d�sengag�e � des projets offshore lanc�s, en partenariat avec le norv�gien Statoil, en �gypte, qui s�adjuge 42% des investissements � l�international. Motivant ce d�sengagement par l�absence de r�sultats probants en mati�re d�exploration, Abdelhamid Zerguine se veut n�anmoins rassurant quant aux autres activit�s lanc�es � l�international, notamment l�exploitation du gisement de Camis�a au P�rou ou le trading de gaz et le transport de gaz, et o� �on est gagnants�, dira-t-il. Et d�ajouter que l�investissement � l�international est toujours risqu� et dont la rentabilit� n�est pas toujours �vidente et d�pend du long terme. Evoquant justement le projet du gazoduc Galsi devant relier l�Alg�rie � l�Italie via la Sardaigne et suspect� d��chec, le P-dg de Sonatrach a indiqu� que la d�cision finale d�investissement a �t� report�e au mois de novembre 2012. Et cela d�autant que si les discussions techniques ont �t� closes, celles d�ordre commercial restent pendantes, le souci de valoriser les investissements � consentir restant pos� et l�Alg�rie voulant maintenir les formules de prix de vente dans le cadre des contrats � long terme.
C. B.
La gestion sociale � Sonatrach, c�est �fini�
La gestion sociale, c�est �fini�, assure le P-dg de Sonatrach. Selon Abdelhamid Zerguine, le mode de traitement des demandes d�int�gration des travailleurs d�autres soci�t�s, l�s�s dans leurs droits, au sein de la compagnie, ne peut continuer. Certes, la flexibilit� est de mise, dira-t-il, mais sans impacter cependant sur la gestion entrepreneuriale. Et cette flexibilit�, Abdelhamid Zerguine la souhaite �galement concernant la passation des march�s publics. En ce sens, il sollicite des pouvoirs publics davantage de �souplesse�, concernant la passation des march�s. Et cela, dans le contexte o� la p�nalisation des actes de gestion, cens�e pourtant abrog�e, continue de brider, telle une �p�e de Damocl�s, l�entrepreners-hip des managers publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.