Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L�ombre d�Albert Camus, le soleil de Jean S�nac et l�Alg�rie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 01 - 2013

Par Ali Akika, cin�aste, r�alisateur de Jean S�nac, le forgeron du soleil
Ces deux grands �crivains natifs de chez nous ne nous laissent pas indiff�rents. Jean S�nac paraphait ses po�mes du signe du soleil et Albert Camus � l�ombre de ce soleil promenait �son Etranger� en le nommant du terme g�n�rique �arabe�, une mani�re de le d�trousser de son identit� alg�rienne�
On peut parier sans grand risque que le soleil de S�nac sera couvert par l�ombre de Camus durant les manifestations consacr�es � ce dernier dans la France de 2013. Dans ce vieux pays cher � de Gaulle, Camus (prix Nobel de litt�rature en 1957) brillera sous les lumi�res pour services rendus � la renomm�e du pays de la litt�rature mais aussi pour adoucir la mauvaise conscience du m�me pays qui a du mal � reconna�tre ses crimes en Alg�rie. En revanche, il r�gnera un pesant silence autour de S�nac qui a pris part � la lutte pour l�ind�pendance de l�Alg�rie. D�cid�e par les hautes sph�res de l�Etat fran�ais, la comm�moration du centenaire de Camus est un acte �minemment politique motiv� par de bonnes raisons, mais pas seulement� Passons sur les bonnes raisons qui envoient de nobles signaux � tous les amoureux de la litt�rature. Int�ressons-nous aux motivations moins avouables comme cette proposition de Sarkozy consistant � �canoniser � l��crivain en l�h�bergeant au Panth�on, un v�u heureusement tomb� � l�eau� Mais revenons � l�essentiel. La comm�moration du centenaire de Camus va sans nul doute offrir une occasion � certains de r�gler des comptes, � Sartre par exemple. On sait que ce grand et vrai penseur s�est philosophiquement et farouchement oppos� � Camus sur le probl�me de la violence quand Camus publia L�homme r�volt�. Sartre enfon�a le clou sur le plan politique en pr�fa�ant Les Damn�s de la terrede Frantz Fanon alors que Camus refusait de s�enfermer dans un choix corn�lien entre sa m�re et la justice. Dans cette France qui n�a pas dig�r� le fait que la majorit� de son intelligentsia durant la guerre d�Alg�rie se soit rang�e dans le camp anticolonialiste et de la justice sociale, nous allons assister � des tirs group�s et revanchards des �Camusiens� contre les Sartriens. Mais parall�lement � ces attaques contre le p�re de l�existentialisme, nous Alg�riens, attendons-nous � devoir supporter la hargne de beaucoup et leur litanie de mensonges et des demi-v�rit�s. Sur le plan strictement litt�raire, nous ne pouvons qu�admirer le talent de Camus, ce grand �crivain. Sur le plan du journalisme, nous pouvons le �remercier� d�avoir mis sa renomm�e au service de notre peuple quand il d�crivit la mis�re en Kabylie. On peut aussi le louer pour sa description de notre pays dont la beaut� devient sous sa plume le fruit d�un mariage de la mer et des �toiles. Nous ne devons pas pour autant oublier que dans ses romans, nous sommes des �tres invisibles dans cette Alg�rie qui s�est forg�e un esprit de r�sistance contre les hordes des nombreux envahisseurs, r�sistance qui lui fait m�riter le nom �de pays des hommes libres�. Nous sommes pour cette raison en droit de juger notre absence (litt�raire) sur notre propre sol, comme une ind�licatesse et un d�ni de la r�alit�. Nous ne pouvons accepter l�explication selon laquelle l��crivain avait le regard intemporel d�un visionnaire se penchant sur l�absurde condition humaine. Comme nous sommes absents dans tous ses romans, on peut conclure que Camus ne voient pas les �Arabes� et n�a d�yeux que pour ses compatriotes pieds-noirs. Kateb Yacine a mis l�accent sur le malentendu en parlant du roman L�Etranger de Camus. L�auteur de Nedjma a fait un parall�le avec Faulkner qui se �battait� avec son h�ros, un �N�gre� pour d�crire le racisme en Am�rique. Cette bataille de Faulkner avec son personnage, disait Kateb, est la marque d�un grand �crivain. Kateb sous-entend que Camus n�avait pas os� affronter le colonis� qui forc�ment interroge sa pr�sence dans cette Alg�rie sous domination �trang�re. A travers les r�cits de Camus, on peut deviner l�absence de liens entre la presque totalit� de ses compatriotes et les autochtones. Leur enfermement entre soi les a emp�ch�s de comprendre l�aventure coloniale dans toute sa dimension historique. Un ph�nom�ne n� par la violence et se maintenant par la violence, laquelle a engendr� le vol des terres, le viol d�une culture qui a failli dispara�tre sous les effets de l�ignorance et de la mis�re. Ici on peut rendre hommage � des �Pieds-Noirs� comme Maurice Audin, Fernand Yveton, Jean S�nac qui avaient rejoint la lutte des Alg�riens en d�pit de l�ambiance hyst�rique cr��e par les partisans de l�Alg�rie fran�aise. Jean S�nac, alors qu�il entretenait une relation presque filiale avec Camus, a eu le courage de rompre avec ce p�re spirituel. Leur rupture a �t� provoqu�e � la suite de la prise de position politique de Camus sur la violence en Alg�rie. Entre eux, la litt�rature, cet agr�able champ qui vivifie l�esprit et nourrit l�imagination, ne fut pas un rempart solide face � la politique, face � l�Histoire. S�agissant des id�es sur la guerre d�Alg�rie, Camus a p�ch� pour le moins par l�g�ret�. On peut m�me lire entre les lignes de ses propos une certaine m�fiance et un chou�a de pr�jug�s. Car n�oublions pas que Camus, grand admirateur de la Gr�ce antique, la m�re de la culture occidentale, n�a jamais �t� tent� de �flirter � avec la culture de l�Orient et de l�Islam. Car enfin pourquoi pr�conisa-t-il une f�d�ration o� les deux communaut�s se recroquevilleraient dans des morceaux de territoire ? En faisant cette proposition, Camus ne semble pas conna�tre les Alg�riens en d�pit de l�empathie qu�il a manifest�e � leur endroit. Pensait-il vraiment que des Alg�riens allaient abandonner leur patelin (village) � des Europ�ens pour aller vivre �entre Arabes�. Arr�tons la plaisanterie et regardons du c�t� de l�histoire d�autres nations. Pourquoi hier les Am�ricains, les Canadiens, les Sud- Am�ricains et aujourd�hui les Sud- Africains ont-ils coup� le lien ombilical avec leurs m�tropoles pour se d�clarer Etats ind�pendants en int�grant toutes leurs communaut�s ? Pourquoi ce qui a �t� possible ailleurs ne pouvait pas l��tre en Alg�rie si ce n�est cette insupportable pr�tention des �Pieds Noirs� � se consid�rer sup�rieurs aux indig�nes sans omettre d�ajouter leur angoisse � quitter le giron de la m�re patrie. C�est cette difficult� et ce refus de devenir adulte qui expliquent le choix de cette communaut�. Pourquoi trouvaient-ils normal que les �Arabes� vivent sous le drapeau tricolore quand eux, ils consid�raient comme une obsc�nit� et un cauchemar de vivre sous le drapeau d�une Alg�rie ind�pendante� A entendre et � lire les hommes qui s�agitent autour des pr�paratifs du centenaire de Camus, on se lasse par avance de leurs futurs propos qui vont faire marcher l�Histoire sur la t�te. Ces h�bleurs, dont les �analyses� vont briller par leurs anachronismes historiques, vont nous raconter des r�cits d�une histoire � combien tragique et sanglante en pointant du doigt le tableau de l�Alg�rie actuelle o� sont inscrits le manque de libert�, le ch�mage et des poches de mis�re, la hogra et l�archa�sme du statut de la femme. Les mensonges vont donc se ramasser � la pelle chez ceux qui n�arrivent pas � se remettre de la chute du syst�me colonial et de l��mergence d�une Alg�rie ind�pendante. L�un d�eux, Michel Onfray, se proclamant libertaire et philosophe de son �tat, gris� par une r�putation peu � peu acquise, se lan�a dans des aventures audacieuses. Il s�attaqua d�abord � Freud mais trouva sur son chemin une arm�e de d�fenseurs de cette ic�ne de la psychanalyse, la seule qui avait jusque-l� �chapp� aux autodaf�s d�une �poque qui br�le des h�ros qu�elle avait admir�s. Ce monsieur r�cidiva en �crivant un volumineux essai sur Camus qui n�a pas d�plu � tous les nostalgiques de l�ex-perle des colonies, � savoir l�Alg�rie. Il fut pressenti pour cette raison-l� pour diriger l�institution qui devait, qui doit mettre en sc�ne �l�Ann�e de Camus�. Ainsi est-on sid�r� de lire sous la plume de ce Michel Onfray une �v�rit� bien � lui selon laquelle les Alg�riens avaient d�clench� la violence qui a engendr� la riposte de l�Etat fran�ais. Quand on entend ce genre de balivernes, on ne ressent pas une �touffante col�re mais plut�t une envie de pleurer devant cette mis�rable analyse d�un homme qui courbe l��chine pour jouir d�une c�l�brit� forc�ment �ph�m�re puisque b�tie sur le mensonge. Mais � bien y r�fl�chir, on n�est pas �tonn� que ce monsieur, bien qu�il soit philosophe, tombe dans le pi�ge de la repr�sentation des choses et se d�tourne de la r�alit� historique. Et que dit cette repr�sentation serin�e dans toute la litt�rature coloniale pour formater les esprits ? Que la France se devait d�apporter le progr�s � des peuples qui pataugent dans l�ignorance. Monsieur Onfray n�est pas le premier � croire � ce genre de fantaisie dont le but est de cacher le caract�re mercantile, que dis-je, pr�dateur de la colonisation. Avant lui, Jules Ferry et m�me le grand Victor Hugo avaient lou� la mission civilisatrice de leur pays. Et des esprits format�s ne peuvent pas comprendre que le colonis� est dans son droit d�user de tous les moyens pour se lib�rer. Monsieur Onfray et ses amis ignorent que le droit � la r�sistance est inscrit dans la charte de l�ONU. Il est vrai que cette institution n�est qu�un machin, hier pour de Gaulle, aujourd�hui pour Isra�l qui ignore superbement les quelques centaines de recommandations le condamnant. Il faut esp�rer que des bonnes volont�s et des esprits �clair�s des deux c�t�s de la M�diterran�e feront un contrepoids salutaire pour construire un pont de l�amiti� entre les deux peuples, une amiti� qui fera taire les mauvais g�nies qui s�ent�tent encore et encore � vouloir bloquer l�aiguille de l�horloge du temps � l��poque des aventures coloniales exotiques et excitantes. Faut-il encore le dire et le redire, que condamner le colonialisme ne veut pas dire �clouer au pilori les Fran�ais� ou bien insulter la grandeur d�un peuple qui a enfant� les philosophes des Lumi�res ? Ce ne sont pas les soi-disant �l�ments positifs de la colonisation que l�on a voulu inscrire dans une loi sc�l�rate, mais la langue fran�aise qui peut servir de vecteur entre les deux pays, maintenant que le peuple alg�rien se r�approprie peu � peu ses langues nationales. Car nous n�avons aucun complexe � parler
une langue �trang�re ou � introduire des mots �trangers dans nos langues. Car les langues les plus vigoureuses fourmillent et s�enrichissent des apports des autres. Car la langue heureusement n�est pas le produit d�une id�ologie ou d�une classe sociale, elle est une enfant de l�histoire d�un pays, elle vit gr�ce au g�nie de son peuple et elle est une forteresse protectrice de son �me, elle est une deuxi�me patrie pour les grands �crivains, un jardin o� les lecteurs de ces �crivains vont � la cueillette des fruits de l��l�gance de l�esprit humain. Ignorant donc tous ceux qui tenteront de d�verser leurs hypocrites opinions et leurs mensonges sur une histoire douloureuse et tournons- nous vers les esprits libres, libres comme l�hirondelle qui fuit la rudesse des mornes saisons pour rejoindre la douceur du printemps. Et des esprits libres, il n�en manque pas des deux c�t�s de la M�diterran�e.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.