Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ALBERT CAMUS
Faire-valoir et/ou symbole d�une r�conciliation ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 08 - 2012


Par Ahmed Tessa, p�dagogue
La contribution, pertinente � plus d�un titre, du professeur Nasser Djidjelli m�a encourag� � intervenir � modestement, n��tant ni philosophe et encore moins critique litt�raire � sur le d�bat qui oppose les anti-Camus et le philosophe fran�ais Michel Onfray.
De mani�re mesur�e et sans tomber dans la c�cit� id�ologique caract�ristique des militants de la pens�e unique de triste m�moire � mais qui demeurent actifs sous tous les cieux, y compris en Alg�rie � notre professeur a vertement tanc� le philosophe fran�ais. Il d�busque �la mauvaise foi et l�absence d�objectivit� avec lesquelles Onfray prend la d�fense de Camus�, allant m�me � �s�interroger sur les v�ritables raisons d�une telle attitude�. Tout est dit quant � la manipulation faite de l�h�ritage intellectuel de Camus par ses thurif�raires. Qui trop embrasse mal �treint, dit l�adage populaire. Onfray a trouv� en Camus le pr�texte pour r�gler ses comptes avec les partisans de l�existentialisme dont Jean-Paul Sartre est le pionnier. Dans son interview � El Watan, il a commis une faute impardonnable pour un philosophe. Il a touch� � la dignit� d�un peuple et au sacro-saint devoir patriotique que la R�volution fran�aise de 1789 a pourtant sanctifi� en d�logeant l�absolutisme royal de son pi�destal. Toutefois, une question s�impose : est-ce que les camusiens int�gristes par opportunisme (il existe des camusiens mod�r�s et r�alistes) sont les seuls � brandir le nom de l��crivain � des fins autres que litt�raires � � l�instar de Michel Onfray ? S�rement pas. Sur l�autre versant de ce conflit d�id�es, le Nobel de litt�rature 1957 constitue une belle proie pour d�autres fanatiques afin de faire avancer des id�es politiques qui servent � maquiller l�histoire du pays. En effet, les prises de positions reproch�es � Albert Camus autour de la nation alg�rienne, de la lutte arm�e pour l�ind�pendance ne diff�rent en rien de celles revendiqu�es publiquement par des personnalit�s prestigieuses du Mouvement national ? Dans la logique des d�tenteurs du label du patriotisme, ces personnalit�s doivent �tre destinataires du m�me sort � l�accusation d�antipatriotisme � r�serv� au c�l�bre �crivain. Et dire que des fanatiques de la pens�e unique sont all�s jusqu�� se fourvoyer dans cette excommunication, leur sport favori !
Les reproches � Camus
D�abord sur la lutte arm�e pour l�ind�pendance. Que Camus ne se soit pas affich� avec enthousiasme pour la lutte arm�e contre le colonisateur est une r�alit�. Peut-on exiger � un �crivain humaniste ayant �une vision pu�rile des r�alit�s historiques de l�Alg�rie� (Pr Djidjelli) d�afficher un engagement militant � la hauteur d�un Didouche Mourad ou d�un Mohamed Belouizdad ? Camus rejetait la violence d�o� qu�elle vienne, c�est peut-�tre une erreur ; encore que ! Il r�vait d�une Alg�rie plurielle avec un statut particulier � l�instar des assimilationnistes de souche musulmane mais que l�on ne saurait accuser d�antipatriotisme. Une id�e que les Alg�riens rejetaient � l��poque. Mais cinquante apr�s l�ind�pendance, cette id�e d�Alg�rie plurielle prend forme puisque de nos jours des centaines de milliers d�Alg�riens (et la saign�e continue de plus belle, jusqu�� quand ?) traversent la M�diterran�e pour adopter la bi-nationalit� et faire all�geance au drapeau fran�ais. La majorit� appartiennent � l��lite du pays � universitaires, m�decins, ing�nieurs et autres cadres de talent. Certains d�entre-eux sont d�authentiques anciens moudjahidine ou fils et filles de chahid. Pour ne pas dire plus. Ses d�tracteurs peuvent-ils cacher ou gommer ses id�es progressistes ? En toute conscience, Camus les a transcrites noir sur blanc. Nous citerons sa d�nonciation des massacres du 8 Mai 1945 en tant qu�envoy� sp�cial � sur sa demande express � du journal Combat.Ce sont ses articles qui ont alert� l�opinion internationale. Par la suite, au d�but des ann�es 1950, en qualit� de journaliste � Alger R�publicainen reportage en Kabylie, il a donn� � voir et � ressentir la mis�re impos�e aux populations �indig�nes�*. En 1936, il a �t� l�un des rares alg�riens � avoir d�fendu Cheikh El Okbi accus� d�avoir particip� au meurtre du muphti d�Alger alors que des personnalit�s musulmanes se muraient dans le silence. Il est aussi connu pour sa lutte contre la torture et la peine de mort � l�encontre des militants du FLN historique, comme l�a rappel� si justement le Pr N. Djidjelli. En ne reconnaissant pas la r�alit� d�une nation alg�rienne, Camus ne fait que reprendre une th�se d�fendue en son temps par Ferhat Abb�s, un homme qui l�a marqu� politiquement (pendant les ann�es 1930) et des militants du PCA, musulmans de souche. Cette id�e a �volu� avec le temps et personne aujourd�hui ne peut retirer au pharmacien de S�tif et aux communistes alg�riens la reconnaissance m�rit�e du peuple pour leur apport � la lutte anticoloniale. Dans leur haine aveugle de Camus, ses d�tracteurs tentent de cacher des v�rit�s historiques qui nous apprennent que seule une poign�e de jeunes militants � parmi les plus politis�s, anciens de l�OS � ont os� planifier et lancer la grandiose �pop�e de la lutte arm�e. Gr�ce soit rendue aux 22 historiques et au groupe des six qui a coordonn� le mouvement. Au m�me moment, le PPA-MTLD en ses deux fractions � les l�galistes de Messali et les centralistes (dont Benkhedda, Yazid, Mehri ) � l�UDMA de Ferhat Abb�s, le Parti communiste alg�rien et les Oul�mas de Cheikh El Ibrahimi, Larbi Tebessi) �taient loin de souscrire � cet �lan r�volutionnaire. Aucun d�entre eux n�a soutenu ouvertement l�appel du 1er Novembre � son lancement. Dans leurs d�clarations publiques, aucun d�entre eux n�a soutenu les premiers attentats de la Toussaint. Ces partis respectables et patriotes n�ont rejoint le FLN historique et le combat lib�rateur qu�en 1956 apr�s l�inlassable travail de fond r�alis� par Abane Ramdane et Larbi Ben M�hidi. Mais l�Histoire retiendra qu�ils ont particip� avec c�ur � la lutte pour l�ind�pendance. A l�exception des messalistes dont le cas pose encore probl�me. Ces derniers sont-ils pour autant d�pourvus du sentiment patriotique ? Un rapport �tabli par le Congr�s de la Soummam en 1956 nous donne une id�e pr�cise du nombre d�Alg�riens qui ont r�pondu � l�appel de la patrie. Sur une population de 9 millions de musulmans, seule une infime minorit� a pris le chemin du maquis ou de la clandestinit�. Au 1er Novembre 1954, ils �taient 1010 combattants face � des dizaines de milliers de soldats fran�ais. Deux ans apr�s le d�clenchement de la guerre de lib�ration, en 1956, le nombre a augment� pour atteindre les 8 000 moudjahidine. Nous l�avons vu, la ti�deur des id�es pour la lutte arm�e et l�ind�pendance peuvent se muer en ferveur. Chez tout patriote dot� du sens critique, d�intelligence et de courage, la mentalit� est sujette � �volution positive. Camus est mort en 1960. Qui dit qu�il n�aurait pas �volu� lui aussi et rejoindre Sartres et ses amis dans l�Appel des 120 et manifester avec eux � Paris contre l�oppression coloniale ? Avant de mourir, Sartre avait �voqu� cette possibilit� en rendant hommage au d�funt. La liste est longue des �crits d�Albert Camus qui viennent temp�rer un tant soit peu la fameuse phrase �entre ma m�re et la justice, je choisis ma m�re�. Il faudrait chercher � conna�tre sa version qui existe dans une intervention t�l�vis�e donn�e de son vivant. Il a replac� cette phrase dans son vrai contexte, une suite d�id�es qu�il avait d�velopp�e. Ses d�tracteurs se sont content�s de ce morceau pris hors de son contexte, pour tenter de le d�molir. Cette phrase justifie-t-elle la vaine tentative � vaine au regard de l�Histoire � pour le classer dans le camp des ultras de l�Alg�rie fran�aise, lui qui a souffert de leur haine ? En 1956, � Alger, lors d�une conf�rence de presse publique destin�e � lancer son appel pour une paix civile, Camus a �t� la cible de violences verbales de la part de ces m�mes int�gristes. A Paris, il a essuy� les sarcasmes des intellectuels parisiens jaloux de son statut d�auteur � succ�s et aur�ol� du Nobel de litt�rature. Des quolibets lui sont tress�s dans la presse acquise au colonialisme. Ils lui reprochaient ses origines modestes, lui le fils d�une famille pauvre, t�t orphelin de p�re avec une m�re sourde et muette pour laquelle il vouait un amour profond. Devant ce d�ferlement de haine int�griste des ultras de l�Alg�rie fran�aise, il avait pens� au suicide. C�est dire la fragilit� �motionnelle de l��crivain. Au lieu de focaliser uniquement sur ce choix corn�lien, la m�re ou la justice, il serait judicieux de conna�tre son appr�ciation du personnel politique du FLN de l��poque. Pourquoi ses d�tracteurs n�ont-ils pas rapport� son t�moignage d�livr� vers les ann�es 1957/1958 concernant les orientations id�ologiques du FLN historique qui �taient loin d��tre homog�ne. Un t�moignage �difiant !
Camus et l�Alg�rie
Dans sa contribution, le Pr Djidjelli a eu la bonne id�e de reprendre des d�clarations concernant Albert Camus. Il a cit� Kateb Yacine Edward Sa�d qui n�ont pas �t� tendres avec l��crivain. Dommage que d�autres t�moignages personnes illustres soient oubli�s. En voici quelques uns. Dans une �mission radiophonique, Mohamed Dib disait : �L��uvre de Camus a toutes les caract�ristiques des �uvres alg�riennes. Camus est un �crivain alg�rien.� Dans ses �Carnets � Paris 1955/1956�, le po�te et militant nationaliste Jean S�nac dit Omar El Wahrani t�moigne : �Apr�s une longue discussion que j�ai eue avec lui, Camus accepte rendre publiquement et de fa�on pr�cise en manifestant sa solidarit� avec Ferhat Abb�s. Joie la plus noble de ma vie !� En mai 2012, sur un plateau d�une cha�ne de t�l�vision fran�aise, Malek Chebel rendait un hommage appuy� � Albert Camus. Dans l�une de ses correspondancesp avec Camus, suite � son reportage sur la mis�re en Kabylie, Mouloud Feraoun �crit : �A cette �poque, nous avions conscience de notre condition de vaincus et d�humili�s. Lorsque vous vous en �tes rendu compte, vous, Albert Camus, le cri path�tique que vous avez pouss� et qui vous honore � jamais n�a pas �t� entendu. Non seulement on a rien voulu entendre, mais on vous a chass� du pays qui est le v�tre, parce que vous �tiez devenu dangereux. Plus dangereux que les vaincus. � Ses �crits d�montrent le contraire de ce qu�affirment ses ennemis. La place de son pays natal dans l��veil � sa vocation, il la confirme dans un �crit datant de 1956 : �L�Alg�rie est pour moi la terre du bonheur, de l��nergie et de la cr�ation. Je n�ai jamais rien �crit qui ne se rattache de pr�s ou de loin � la terre o� je suis n�. En Alg�rie, il y a la beaut� et les humili�s. Quelles que soient les difficult�s de l�entreprise, je voudrais n��tre jamais infid�le ni � l�une, ni aux autres.� Dans un article paru en mai 1945, dans le journal anticolonialiste Combat, l�enfant de Belcourt d�nonce : �Il convient d�abord de rappeler aux Fran�ais que l�Alg�rie existe. Je veux dire par l� qu�elle existe en dehors de la France (�) Le peuple alg�rien n�est pas cette foule anonyme et mis�rable o� l�Occident ne voit rien � respecter ou � d�fendre. Il s�agit au contraire d�un peuple de grandes traditions et dont les vertus sont parmi les premi�res.� A-t-on le droit d�affirmer que Camus n�aimait pas l�Alg�rie ? Pour paraphraser Sacha Guitry, on doit dire qu�il n�y pas de patriotisme de la salive mais seulement des preuves tangibles de patriotisme. En cette p�riode cruciale dans la vie des deux peuples, alg�rien et fran�ais, il y a lieu de penser � la paix des m�moires. Cela passe �videmment par une position courageuse de l�Etat fran�ais pour reconna�tre les crimes commis par la colonisation avant de d�boucher sur une r�conciliation apais�e par le biais de l�interculturalit�. Camus et bien d�autres natifs d�Alg�rie de souche europ�enne ou musulmans n�s et/ou r�sidant en France constituent des vecteurs tout indiqu�s pour pacifier les m�moires et construire cette r�conciliation. Pour plus d�objectivit�, il nous faut revisiter avec un �il nouveau l��uvre et le parcours intellectuel d�Albert Camus, et ce, � la lumi�re de ce qu�a v�cu notre pays depuis 1962. N�en d�plaise aux fanatiques des deux bords, le prix Nobel de litt�rature 1957 m�rite d��tre partag� entre les deux pays chers � Albert Camus.
A. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.