Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





POINT DE VUE
� PROPOS DE LA CARAVANE CAMUS Une inqui�tante c�l�bration Par Abdellali Merdaci*
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 03 - 2010

La pol�mique actuelle autour de la p�tition contre la Caravane Camus (�Alerte aux consciences anticoloniales�) reste fondamentalement injuste envers ses auteurs et leurs attentes. Il y a certainement dans cette discussion publique � et m�diatique - beaucoup d'ambigu�t�s, malheureusement entretenues par les d�fenseurs de cette Caravane. Il est n�cessaire de dire la dimension strictement alg�rienne de l'initiative pour qu'en soient lisibles les cons�quences culturelles et politiques.
La Caravane Camus est d'un point de vue institutionnel une initiative alg�rienne parrain�e par le Centre culturel alg�rien de Paris, et son directeur, le romancier Yasmina Khadra, repr�sentant de l'Etat alg�rien. Elle r�sulte, selon ses d�clarations au quotidien L'Expression (jeudi 4 mars 2010), d'une convention entre le CCA et une personne physique fran�aise qui en a eu l'id�e et l'a vendue au directeur du CCA. Il est maintenant �tabli que cette comm�moration du cinquantenaire de la disparition d'un auteur fran�ais � originaire d'Alg�rie � est financ�e par l'Etat alg�rien. C'est pr�cis�ment cette perspective qui m'interpelle et me choque. Cette affaire n'est pas celle de censeurs, de satrapes ou de Gardiens du Temple. Je ne me d�termine ni par rapport aux �chos lointains de la loi fran�aise de 2005, louant les bienfaits du colonialisme, ni par rapport au r�cent projet parlementaire alg�rien de criminalisation du colonialisme soumis au gouvernement. Tout en rejoignant les auteurs de la p�tition sur un attendu essentiel, celui du caract�re inappropri� de la d�marche du directeur du Centre culturel alg�rien de Paris, je voudrais dire en quoi je trouve d�testable cette Caravane Camus pour l'Alg�rie, pour les Alg�riens, pour leur unit� nationale et pour leur culture. Ce retour patiemment orchestr� d'Albert Camus dans le giron alg�rien � tellement forc� et opini�tre pour �tre n�faste et d�plaisant � a une histoire peu glorieuse, des lieux r�v�r�s et des officiants attitr�s. Depuis une dizaine d'ann�es un lobby camusien s'agite � l'int�rieur de l'universit� alg�rienne, faisant valoir comme unique et indiscutable objet l'alg�rianit� de cet auteur. A-t-on communi� dans des colloques qui s'enferraient dans la liturgie et dans des apr�s-midi r�cr�atives � Tipasa, au pied des ruines romaines, dans des c�r�monies quasi votives, tambourinant la sainte v�rit� ? La Caravane Camus de M. Yasmina Khadra prolonge- t-elle ces messes tragiques et l'exc�s de z�lotes, rameut�s par les fum�es �paisses de l'encens ? Dans les d�bats qu'elle suscite dans l'intelligentsia alg�rienne, l'h�ritage de l'auteur de La Peste peut-il �tre all�gu� � une nation autre, la nation alg�rienne ind�pendante, loin des principes politiques qui ont guid� sa r�flexion et son action ? Faut-il davantage craindre dans ce capharna�m dont bruit Alger les nouveaux convertis qui revendiquent bruyamment le legs de Camus, rehauss� par un foudroyant �quipage conduit par M. Yasmina, que leurs devanciers d�sabus�s qui en polissaient la statue dans les trav�es d�sertes de l'Universit� ? Ce d�bat outr� ne peut appeler que des r�ponses radicales. Je ne peux me reconna�tre dans l'Alg�rie que d�fendait Camus, avant son fameux appel � la tr�ve de 1956 et jusqu'� ses d�clarations au lendemain du prix Nobel de litt�rature. Au-del� des �uvres, Camus est tout entier dans ses positions publiques. Pouvait-il s'�mouvoir � sinc�rement ? � dans les colonnes d' Alger R�publicain sur les mis�res de la Kabylie et en obtenir une sorte de manifeste de conscience libre dans la soci�t� coloniale d'alors ? En v�rit�, l'Alg�rie, h�doniste et solaire, qu'aimait et glorifiait Camus, cette Alg�rie des corps nus au soleil, n'�tait pas celle de populations autochtones d�poss�d�es de leur histoire, de leur identit� et de leur nom. Ces populations autochtones soumises n'�taient dans l'Alg�rie fran�aise de Camus ni fran�aises ni alg�riennes, comme ont pu en t�moigner publicistes et chercheurs de l'�poque (Cf. Jean Pomier : Un Alg�rien, un mot qui cherche son sens, Afrique, n� 242, octnov. 1951 ; Aim�e Dupuy : Remarques sur le sens et l'�volution du mot indig�ne, L'Information historique, n�3, 1961 ; Andr� Lanly : Le Fran�ais d'Afrique du Nord, Paris, Bordas, 1970). Et c'est jusqu'au qualificatif indig�ne � souvent d�risoire � que Camus leur disputait dans une conf�rence prononc�e � l'occasion de l'inauguration du Centre culturel d'Alger, en 1937, proposant uniment de l'attribuer aux seuls Europ�ens d'Alg�rie par opposition aux Fran�ais m�tropolitains (Cf. La culture indig�ne, nouvelle culture m�diterran�enne, conf�rence reprise dans Essais, Paris, Gallimard, coll. La Pl�iade, 1965). Berb�re ou Arabe, le colonis� �tait r�duit, dans ses �crits et dans ceux de nombreux auteurs coloniaux, � la troublante et symptomatique appellation g�n�rique d'Arabe et de sa transcription espagnole arabico, corrompue en bicot. Le doute de Camus n'�tait si fort et si d�termin� que devant cette aspiration � jamais comprise - de l'�Arabe�, celui de L'Etranger, � se projeter dans la libert� et dans ses valeurs humaines. J'entends parfaitement que bon nombre d'intervenants dans cette pol�mique autour de la Caravane Camus cherchent � amender l'�crivain de son pass� colonial. Mais qu'est donc Camus, dans l'Alg�rie des ann�es 1930-1940, sinon un �crivain issu du peuplement europ�en de la colonie, participant pleinement aux enjeux et comp�titions de sa litt�rature ? Pourquoi cette qualification d'�crivain colonial serait-elle plus s�ante pour un Louis Bertrand ou un Robert Randau, que pour Camus et le groupe de l'Ecole d'Alger ? L'intelligibilit� du parcours d'�crivain de Camus, des ann�es 1930 aux ann�es 1940, est sans fioriture. R�v�l�, vers la fin des ann�es 1930, par l'�diteur Edmond Charlot (qui dans sa longue carri�re coloniale puis parisienne se sera d�tourn� de la litt�rature des Indig�nes), Camus, dans sa jeunesse alg�rienne, voulait faire pi�ce � un alg�rianisme litt�raire en d�clin, perdant ses principales cautions. Mais comme les tenants de l'alg�rianisme, Camus et l'Ecole d'Alger �ludent, en ces ann�es cruciales de l'entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale, la question politique centrale de la l�gitimit� de la colonie fran�aise en Alg�rie et de l'avenir de sa population indig�ne domin�e. L'Ecole d'Alger � mouvement litt�raire sans doctrine � ach�ve sa br�ve course dans l'�chec et le d�sappointement : ses principaux animateurs s'orientent, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, vers des carri�res germanopratines, il est vrai, plus gratifiantes. Pr�mices d'une d�faite de la pens�e litt�raire coloniale, annon�ant la d�route politique ? Camus, Emmanuel Robl�s, Jules Roy, Jean P�l�gri, Jean Daniel et bien d'autres auront le souci de s'inscrire dans le champ litt�raire fran�ais, abandonnant la tunique coloniale saupoudr�e d'infamies. Sans doute, avec des motivations diff�rentes. Ils restent les derniers �crivains fran�ais d'Alg�rie, confront�s au r�el colonial, au c�ur d'une crise multidimensionnelle (�conomique, politique et culturelle) qui ne tardait plus � en emporter le syst�me inique, b�ti sur l'in�galit� raciale, qui a dur� 132 ann�es. En Alg�rie, Camus parlait d'une histoire qui n'�tait pas la n�tre, une histoire dont nous �tions exclus ; il en parlait � partir d'espaces qui nous �taient refus�s. Qu'est-ce qui peut sauver l'�crivain et ses id�es pour qu'en soit revisit�e la morale sudiste, aux frais d'un Etat alg�rien qui a ch�rement pay� son ind�pendance ? Nous serinera- t-on � l'envi qu'il fut attentionn� envers les Kabyles, humaniste faussement repentant, convoquant les statistiques imparables d'une mis�re �carlate dans l'univers colonial, comme le furent en leur temps, peut-�tre aussi avec de semblables inclinations, Bertrand et Randau, saluant la dignit� pouilleuse des portefaix arabes des quais de l'Amiraut�, � Alger, ou des rouliers nomades du Grand Sud ? Se pr�tera-t-il � l'exercice � assez �troit � de d�fense de la figure de l'Indig�ne, sur la m�me ligne qui fut celle de Randau, dissertant avec son ami Abdelkader Fikri (Hadj Hamou) et interrogeant cheikh El-Oqbi, ce pr�cieux affid� de la colonisation (Cf. Les Compagnons du jardin, Partis, Domat- Monchrestien, 1933) ? Ce seront justement Tayeb El- Oqbi et Abb�s Turqui, hommes de religion et d'associations, stipendi�s � l'ordre colonial et � ses discriminations. Camus se taira r�solument devant les exigences neuves que soulignait la mont�e du mouvement national et de son projet d'ind�pendance. Camus, donc, si lointain, retranch� dans ses esp�rances coloniales, �levant sur le pavois sa m�re, foulant les promesses de la justice ! En attisions-nous le mythe ? Contrairement � ce que pense le ma�tre d'�uvre de la controvers�e �Caravane�, celle-ci et son �trange porte-enseigne ne rompront ni la monotonie ni la m�diocrit� pr�sum�es du paysage culturel alg�rien. Qui ne se d�sole, en l'occasion, que de la pose, tristement affect�e devant nos d�routes culturelles claironn�es, d'un commis de l'Etat infatu�. Il ne restera cependant de cette arrogance de parvenu que de pieux mensonges. Qui a contest� le talent d'�crivain de Camus ou celui plus authentique de Bertrand et de Randau et l'universalit� de leurs �crits ? Qui a parl� de censurer les livres de Camus ou des auteurs coloniaux d'Alg�rie, remarquablement �tudi�s par des universitaires alg�riens, et d'en interdire la diffusion et la lecture en Alg�rie ? Dans ce d�bat, il ne peut �tre question que des id�es � seulement des id�es � de Camus, de l'homme qui sortait des livres pour aller vers les foules. Comment ne pas marquer notre r�vulsion devant l'inqui�tante c�l�bration, en Alg�rie et par l'Alg�rie, d'un itin�raire qui ne fut jamais accord� qu'� la seule illusion coloniale ? Camus a assez t�t choisi son Alg�rie. Celle qui mourait, encha�n�e, aux pieds du colonialisme. Cette Alg�rie n'est pas celle de nos s�urs et fr�res Danielle Amrane-Minne, Myriam Ben, Jacques Chevallier, Mgr L�on- Etienne Duval, Frantz Fanon, Anna Greki, Henri Kr�a, Serge Michel, Roland Rha�s, Jean S�nac, Annie Steiner, Daniel Timsit, qui ont port� dans la douleur notre terre commune meurtrie. Avec leurs mots qui sont aujourd'hui nos mots, ils ont �crit la plus belle �motion des Alg�riens en lutte : ce grand r�ve de partage et de libert�. Camus ne sera jamais re�u dans cette famille d'�crivains qui a �clair� le chemin d'incertitudes et de tourments inconsol�s de notre nuit coloniale. Ecrivain colonial, il est aussi �loign� de
nous que peuvent l'�tre Bertrand et Randau. Comme eux, il appartient � la France et � son histoire coloniale. Une histoire de larmes et de sang dont notre m�moire restera longtemps encore inapais�e.
A. M.
* Ecrivain-universitaire. Docteur en linguistique. Professeur habilit� de litt�ratures francophones et compar�es. Dernier ouvrage paru : Auteurs alg�riens de langue fran�aise de la p�riode coloniale, Paris, L'Harmattan, 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.