Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'entretien de la semaine
Docteur Bentoumi Mimi, spécialiste en médecine interne, option dermatologie et médecine esthétique, au Soirmagazine : «Il est indispensable de traiter les verrues précocement»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2017

Dr Bentoumi Mimi, spécialiste en médecine interne, option dermatologie et médecine esthétique, pratique de nombreuses techniques en dermatologie et médecine. Membre du Groupe Laser de la Société française de dermatologie et de l'Association française de médecine esthétique, elle s'est prêtée au jeu des questions-réponses en donnant des conseils pour le traitement des verrues et comment s'en prémunir.
Soirmagazine : C'est quoi au juste une verrue ?
Dr Bentoumi Mimi : On appelle communément verrue une tumeur bénigne fréquente puisqu'elle concerne entre 5 et 10% de la population. Les verrues sont dues à des virus. Plus exactement, elles sont la conséquence d'une infection par une famille de virus appelée papilloma virus humains (PVH).
Quelles sont les causes de l'apparition d'une verrue ?
Les verrues concernent les personnes de tout âge, mais elles restent plus fréquentes chez les enfants et les jeunes adultes. Les patients immunodéprimés sont les plus vulnérables et par conséquent les plus atteints. A titre d'exemple, elles concernent 1% des patients greffés du rein et en cas d'eczéma atopique. Certaines professions sont par ailleurs plus exposées, notamment les bouchers, les poissonniers et les mécaniciens.
Comment sont transmises les verrues ?
La transmission des verrues est avant tout entre êtres humains, et peut se faire par contact direct, cela veut dire de la peau à la peau. Cependant, le cas le plus fréquent est la contamination indirecte comme par l'échange de chaussettes ou de chaussures, la fréquentation des piscines et des salles de sport, plus précisément quand les sportifs prennent leur douche. La pénétration est favorisée par les microtraumatismes de la peau.
Il faut donc éviter de gratter ses verrues, voire de les faire saigner. Lorsqu'une personne a des verrues plantaires, mieux vaut prendre des précautions pour éviter de contaminer son entourage (port de claquettes, sortie de bain pour soi...).
Comment évoluent-elles ?
Dans plus de la majorité des cas, plus précisément, 80% des verrues guérissent spontanément en deux à quatre ans.
L'évolution naturelle est la guérison spontanée et la bénignité des verrues.
Cependant, leur traitement est préférable compte tenu de leur contagiosité pour soi et son entourage, ou du risque de complications.
De quelles complications s'agit-il ?
Cela peut se traduire par des douleurs, des risques de déformation d'un ongle en cas de verrue péri unguéale ou encore d'inflammation du tissu autour de la verrue. Le mieux est donc de consulter un médecin pour s'assurer qu'il s'agit bien d'une verrue et d'en envisager le traitement.
Quels sont les différents types de verrues ?
Il existe de nombreux types de verrues : verrues vulgaires, verrues planes, verrues plantaires, papillomes verruqueux, verrues génitales (ou condylomes)... Les verrues planes ont le plus souvent la forme de petites élevures de couleur chair-rose pâle, à surface lisse. Les verrues plantaires, quant à elles, sont des lésions profondes, douloureuses et localisées sur la plante des pieds.
Les molluscum contagiosum sont des surélévations cutanées de couleur rosée, de moins de cinq millimètres, localisée sur tout le corps. Pour ce qui est des verrues génitales, qui sont aussi appelées condylomes, elles peuvent être visibles à l'œil nu (petites verrues sur le sexe) ou être invisibles.
Comment sont-elles traitées ?
Il y a plusieurs types de traitement. Je peux en citer les principaux. Le plus connu est la cryothérapie. La cryothérapie des verrues ou traitement des verrues par l'azote liquide et à la neige carbonique. La cryothérapie par application d'azote liquide (-196 °C) ou de neige carbonique (-79°C) sur les verrues consiste à congeler la verrue, en moyenne tous les 15 jours à 3 semaines afin de la détruire progressivement.
L'azote liquide s'applique avec un coton-tige ou au cryojet. Le but de la cryothérapie est de réaliser une brûlure du second degré avec formation d'une bulle qui emporte la partie superficielle de la verrue et la nécrose.
Il y a aussi l'utilisation des produits kératolytiques. Il s'agit de préparations concentrées (de 10% à 100%) à base d'acide salicylique associé ou non à de l'acide lactique, appliquées quotidiennement sur les verrues après les avoir grattées au moyen d'un ustensile jetable (lime à ongles en carton par exemple) et ne servant qu'à cet usage (du fait du risque de transmission).
D'autres produits sont utilisés pour leur aspect kératolytique comme le crayon de nitrate d'argent, la trétinoïne topique, l'acide trichloracétique, l'acide glycolique... D'autres traitements contre les verrues sont réalisés par le médecin. Il s'agit de recourir au laser CO2 (vaporisation des verrues au moyen d'un laser CO2 continu ou ultrapulse) ou bien laser vasculaire (les verrues ont une composante vasculaire. Le laser vasculaire détruit les vaisseaux donc les verrues). Pour plus de renseignements sur ce sujet, je suis joignable et disponible par e-mail à l'adresse suivante : [email protected] ou sur Facebook à la page centre laser médical et esthétique CLME Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.