PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET JOUR DU REFERENDUM A BOUMERDES
Pressions sur les �lecteurs et les encadreurs des bureaux de vote
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 10 - 2005

Entre l�espoir de voir la paix s�instaurer d�finitivement dans une r�gion ravag�e par le terrorisme islamiste et la m�fiance des citoyens envers un pouvoir qui, selon les boycotteurs, est m� exclusivement par la perspective de sa p�rennit�, il y a ce r�sultat controvers� de 81,03% de votants au r�f�rendum de ce jeudi sur la charte pour la paix et la r�conciliation nationale dont le oui l�aurait largement emport�.
Ces r�sultats sont proclam�s par une administration qui s�est substitu�e aux forces politiques pour financer, organiser d�une part, la campagne de sensibilisation et d�autre part organiser, g�rer, collecter les r�sultats de ce scrutin. Lors de cette campagne de sensibilisation, tous les �carts de langage ont �t� servis � des auditoires requis. Pendant que le ministre de l�Agriculture et du D�veloppement rural, le docteur Sa�d Barkat, feuilles en mains, lisait lors d�un meeting organis� le lendemain de la cl�ture l�gale de la campagne, des sourates du Saint Coran pour argumenter le vote en faveur du oui. Un cadre du secteur nous a chuchot� � l�oreille : �F�licitations pour l�agriculture, elle est d�sormais dirig�e par un �mir.� Le m�me ministre a laiss� entendre qu�il doutait de l�alg�rianit� des hommes politiques et des membres des associations des victimes du terrorisme qui appelaient � l�abstention. � En mati�re d�intol�rance les militants islamistes radicaux n�auraient pas fait mieux�, ajoutait ce m�me cadre. Un autre ministre qui intervenait dans un meeting anim� � l�int�rieur du si�ge de la wilaya de Boumerd�s qualifiait la charte soumise � r�f�rendum de projet divin. En aucun cas, la wilaya de Boumerd�s n�a �t� autant sollicit�e de par le pass�, pour un suffrage. Tous les premiers responsables des partis politiques impliqu�s dans cet appel au oui ont, en effet, d�fil� dans la localit�. A cela s�ajoutent les visites d�une dizaine de ministres. Du jamais vu. �A croire que le pouvoir voulait absolument isoler cette wilaya du reste de la Kabylie, sur laquelle l�islamiste Aboudjerra Soltani a �t� charg� sp�cialement de d�cr�ter l�excommunication�, s�indigne un membre des arouch. Au lendemain du vote, des langues commencent � se d�lier. Certains responsables des bureaux et des centres de vote auraient, selon des sources concordantes, subi des pressions pour bourrer les urnes. �Les responsables de la da�ra de Laaziv/Naciria ont effectu� dans l�apr�s-midi du jour du scrutin, une tourn�e dans les centres de vote pour dire aux chefs de ces centres que le taux de participation doit �tre augment�, assure un fonctionnaire, requis pour le vote, � des militants de l�opposition. Ces pressions auraient commenc� dans certaines localit�s pendant les pr�paratifs du vote, lors de la s�lection des titulaires de ces postes � forte r�mun�ration. �Le chef de da�ra nous a r�unis pour nous dire que les pouvoirs publics nous faisaient confiance et que le oui doit passer�, a confi� � son confr�re un fonctionnaire retenu. Notre vis-�-vis a ajout� que ce responsable de la da�ra de l�est de la wilaya avait pr�cis� que les chefs des centres et les pr�sidents des bureaux retenus ont fait l�objet d�enqu�te. Dans la t�te d�un modeste fonctionnaire, l�allusion � une enqu�te sonne, en cette p�riode difficile, comme une mise en garde. Ces situations ne sont nullement des actes isol�s. En visitant plusieurs bureaux de vote ce jeudi, le commun des mortels aurait remarqu� que la majorit� des encadreurs des centres et bureaux de vote sont des proches du FLN et du RND. Les citoyens soup�onn�s d�accointances avec l�opposition sont syst�matiquement �cart�s de la s�lection men�e dans l�opacit� totale. Le jour du vote, des rabatteurs d��lecteurs, notamment le mouvement associatif, ont �t� mobilis�s. Alors que nous discutions avec le P/APC d�une importante commune, l�un d�eux accourut vers lui pour lui dire : �Aujourd�hui, nous avons bien aid�.� Fa�on de lui rappeler probablement des promesses.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.