Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA FRANCE DE SARKOZY A GAGNE
A droite toute ! De notre bureau de Paris, Khadidja-Baba-Ahmed
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 05 - 2007

Il y a cru. Il s�est investi depuis des ann�es dans la bataille pour occuper le sommet de l�Etat. Il l�a fait avec beaucoup de talent mais en m�me temps en ayant recours et en s�appuyant sur un r�seau tr�s puissant, dont celui des m�dias n�est pas des moindres. Il a tellement su utiliser ces m�dias, que durant de nombreux mois pr�c�dant le lancement officiel de la campagne, les Fran�ais ne voyaient plus que sa t�te dans la lucarne. Il a eu le talent de se donner � voir comme candidat de la rupture alors qu�il fait partie du gouvernement sortant. Il n�a quitt� que tr�s tardivement ses responsabilit�s � la t�te du minist�re de l�Int�rieur, profitant largement, jusqu�au dernier moment de la confusion des genres en investissant ainsi les espaces, tous les espaces.
Il a eu aussi un autre m�rite, celui d�avoir su, contrairement � sa rivale de gauche, rassembler tr�s largement � droite, et m�me � l�extr�me droite. Il a surf�, comme jamais aucun pr�tendant r�publicain � cette haute fonction ne l�a fait � ce jour, sur le discours lep�niste et villieriste. La perte de voix dans l�extr�me droite est la r�sultante de reprise par Sarkozy des th�mes chers � ce courant extr�miste et la r�animation des sentiments de peur et de stigmatisation de ceux qui viennent d�ailleurs. Ses propos sur le Karcher en juin 2005, la racaille en octobre 2005 ; ceux �qui doivent quitter la France, s�ils ne l�aiment pas� en avril 2006 ou encore �ceux qui sont polygames, pratiquent l�excision sur leurs filles, �gorgent le mouton dans les baignoires� en f�vrier 2007 ou enfin l�immigration qui menacerait la nation fran�aise et son incroyable projet de cr�ation d�un minist�re de l�immigration et de l�identit� nationale� pour contrer cette menace. Il s�est d�plac�, en 2006, � l�occasion de la comm�moration du 11 septembre, aux USA, pour voir Bush, se faire photographier avec lui et faire des d�clarations insens�es pour se d�marquer de l�opposition courageuses de la France � la guerre en Irak et qualifier dans la foul�e son pays �d�arrogant�. Certains ont cru que le caract�re fougueux de Sarkozy l�a amen� parfois � des d�rapages, mais il n�en est rien. Dans l�ouvrage Sarkozy Connetion, de la journaliste Hedwige Chevrillon, sorti en janvier dernier (�ditions Hachette Litt�ratures), le d�sormais pr�sident fran�ais est ainsi d�crit : �Depuis son premier poste minist�riel en 1993, on d�c�le ais�ment non une m�thode au sens classique du terme, mais une strat�gie de conqu�te qui s�articule autour de quelques grands principes. Le mouvement toujours. Le travail, sans cesse. L�occupation du terrain m�diatique sans une minute de r�pit. Le culte de la personnalit�, sans fausse pudeur. La r�cup�ration de tout ce qui peut s�av�rer utile, hommes et id�es, peu importe��. Glaner des voix et ratisser large, l�essentiel �tant d�arriver au sommet, a �t� sa strat�gie, quitte � passer pour un raciste, un x�nophobe, ce qu�il n�est peut-�tre pas, encore que�Mais objectivement, s�il a pu gagner la confiance des Fran�ais proches de ses th�ses extr�mistes, il a aussi r�colt� les voix de ceux qui l�ont port� pour son programme �conomique et social, pour le projet de soci�t� qu�il va mener. Quelles sont les grandes actions qui fondent ce projet, qui ont re�u l�assentiment de la majorit� des Fran�ais qui lui ont accord� leur confiance ?
Une France plus lib�rale, plus in�galitaire
La situation �conomique et sociale des Fran�ais, l��cart du pouvoir d�achat qui s�est creus� ces derni�res ann�es, ont leur solution, selon Nicolas Sarkozy, dans le �travailler + pour gagner +. C�est l�axe central de son programme, celui qui permettra la croissance. Alors que la France conna�t un contexte de ch�mage massif, les 35 heures sont dans le programme du nouveau pr�sident la cause essentielle de tous les maux sociaux, m�me s�il se garde de les abroger. Au lieu du partage de travail, il propose le recours aux heures suppl�mentaires, exon�r�es de charges pour les entreprises et d�imp�ts pour les salari�s. Ainsi, les patrons auront tout avantage � cette nouvelle manne et n�auront plus int�r�t � recruter, et � terme, la dur�e l�gale du travail peut dispara�tre. Dans cette m�me logique, il va faire en 5 ans plus que n�a fait Margaret Thatcher en 10 ans : r�duire, de moiti�, les pr�l�vements obligatoires. Perp�tuant les in�galit�s, et en cela fid�le � ses convictions, le projet de suppression de l�imp�t de solidarit� sur les fortunes ISF permettra aux 40% de fortun�s qui le payent aujourd�hui en France de s�enrichir encore sur le dos des 40% autres non concern�s par les richesses. Plus encore que par le pass�, la rentabilit�, � n�importe quel prix, sera aux commandes. Ainsi, il est envisag� le non-remplacement d�un fonctionnaire sur deux qui part � la retraite. M�me le secteur de l��ducation p�tira des mesures envisag�es. La suppression de la carte scolaire ; la s�lection qui sera instaur�e pour l�entr�e � l�universit� et la bourse au m�rite � autant de d�cisions inscrites au projet de Sarkozy qui marquent tr�s � droite son programme caract�ris� dans tous ses volets par une nette strat�gie de d�sengagement de l�Etat et une suppression annonc�e, ou tout le moins un affaiblissement certain du service public qui constitue aujourd�hui le pilier du mod�le fran�ais.
Une France plus r�pressive, moins accueillante
La politique du �tout r�pressif� par le renforcement de l�arsenal juridique d�j� pas mal consistant, en lieu et place de dispositifs pr�ventifs, sera renforc�e et comme par le pass� concernera les populations les plus pr�caires. Ainsi, au lieu d�aides � apporter aux familles qui ont des difficult�s � suivre leurs enfants, il a envisag� de recourir � la mise sous tutelle des allocations familiales pour les familles d�enfants qui s�absenteraient par exemple souvent de l��cole, aggravant, ce faisant, la fracture d�j� b�ante. Il continuera, par ailleurs, � assigner aux policiers des chiffres � atteindre en termes de r�pression (interpellations, verbalisations�) qui concourront sans aucun doute � augmenter le nombre de bavures polici�res, assez fr�quentes d�j� durant son exercice � la t�te du minist�re de l�Int�rieur. Pour les sans-papiers, s�il refuse tr�s nettement leur r�gularisation, y compris ceux dont les enfants sont scolaris�s, il va encore plus loin en fixant l� aussi des chiffres annuels de reconduite aux fronti�res. Quant � sa politique de l�immigration choisie, il va la mener avec les institutions europ�ennes. A ces instances, il propose un trait� multilat�ral contraignant qui fixe les plafonds d�immigration et organise la coop�ration polici�re internationale contre les fili�res clandestines. �L�immigration choisie� qu�il pr�pare est celle qui ne laissera de place qu�� l��lite : �Les meilleurs chercheurs, ing�nieurs et travailleurs qualifi�s�.Quant au regroupement familial, il ne sera possible que si le demandeur �a un logement et un travail lui permettent de faire vivre sa famille, sans prise en compte des allocations familiales�.Ce retour � une France moins accueillante, plus ferm�e sur elle-m�me, sera garanti par la derni�re trouvaille, rajout�e dans son programme : un minist�re de l�immigration et de l�identit� nationale� qui a fait bondir, y compris dans son camp, et qui a �t� temp�r� tout r�cemment par cette explication rajout�e : �Car l�int�gration passe par le partage de notre culture, autant que par son enrichissement.�
Il mettra fin, dit-il, au �r�seau France Afrique�
La gestion des relations avec l�Afrique conna�tra une rupture, a annonc� en mars dernier Sarkozy, lors de la pr�sentation � la presse de la politique �trang�re qu�il compte mener. Celle-ci aura trois axes fondamentaux : assurer la s�curit� et l�ind�pendance de la France ; promouvoir les libert�s et les droits de l�homme au plan international et enfin promouvoir les int�r�ts �conomiques de la France. Pour ce dernier axe et pour ce faire, la Chine aura sa faveur eu �gard au potentiel que pr�sente ce pays et ce qu�il peut offrir � l��conomie fran�aise. Quant � l�Afrique, il annonce qu�il r�duira, en concertation avec l�Union africaine, la pr�sence militaire fran�aise sur le continent. Par ailleurs, se d�clarant voulant rompre avec la pratique de ses pr�d�cesseurs, il rompra avec le r�seau France Afrique et la personnalisation et la non-transparence des relations.
Sur le conflit isra�lo-palestinien : deux discours, l�un de circonstance et l�autre de conviction
Le Moyen-Orient et la guerre qui fait rage dans la r�gion ont tr�s peu �t� �voqu�s par le candidat, tout au long de la campagne (pas plus d�ailleurs que par sa rivale). La position officielle du nouveau pr�sident, celle qui figure dans son programme est �le r�le de la France, c�est de permettre l��mergence d�une solution mutuellement acceptable, d�une paix juste fond�e sur l��tablissement de deux Etats viables, d�mocratiques, ind�pendants vivant c�te � c�te dans la s�curit� et dans les fronti�res s�res et reconnues. La France et l�Europe doivent aider les Palestiniens � se doter d�un Etat, parce qu�ils y ont droit. Je consid�re que la communaut� internationale est parfaitement fond�e � exiger du gouvernement palestinien qu�il respecte les trois conditions pos�es par le quartette : la reconnaissance d�Isra�l, le renoncement � la violence et le respect des engagements pass�s. Jamais je ne transigerai avec la s�curit� de l�Etat d�Isra�l�. Aucune exigence donc pour faire appliquer les r�solutions de l�ONU qu�Isra�l n�a jamais appliqu�es, m�me dans ces d�clarations, convenues, de circonstance. Sarkozy a �t� le premier des candidats � se rendre en Isra�l, apr�s son investiture par l�UMP, et � y rencontrer Sharon. Des informations publi�es sur le net notent qu�au cours d�une c�r�monie de b�n�diction de 1200 �migrants juifs fran�ais qui se sont install�s d�finitivement en Isra�l, M. Zeev Bo�m, ministre isra�lien de l�Int�gration, a fait �tat de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy, le matin m�me et a d�clar� : �Je l�ai remerci� pour sa d�fense d�Isra�l et lui ai transmis les f�licitations d�Ehoud Olmert. M. Sarkozy est revenu sur le fait que le Hezbollah �tait responsable de l�agression. Il m�a demand� de combien de temps l�Etat d�Isra�l a besoin pour terminer le travail. Je lui ai r�pondu : une semaine � dix jours.� �voquant la question de l�ouverture de l�Europe � la Turquie devant le Cercle des Europ�ens, le club de r�flexion de No�lle Lenoir, Sarkozy a eu ces propos, on ne peut plus clairs : �Le probl�me, ce n�est pas la Turquie mais l�identit� de l�Europe. Si nous voulons vraiment nous �largir dans cette r�gion du monde, nous devrions d�abord int�grer Isra�l, dont la population, largement d�origine europ�enne, partage nos valeurs.�. Ce sont l� les d�clarations de conviction qui font qu�avec Sarkozy, la politique fran�aise au Moyen-Orient conna�tra certainement quelques bouleversements.
Relations de la France de Sarkozy avec l�Alg�rie
Les relations officielles de l�Alg�rie avec la droite fran�aise sont le corollaire de l�histoire de l�Alg�rie avec le Parti socialiste. Les relations avec le PS ont d�abord souffert de la signature par l�Assembl�e nationale en 1956, sous le socialiste Guy Mollet, des pouvoirs sp�ciaux accord�s � l�arm�e sur notre territoire occup�, aggrav�e ces derni�res ann�es par la position officielle, l� aussi, des socialistes sur le terrorisme et le doute qu�ils ont fait propager sur les auteurs des massacres perp�tr�s. Ces prises de position des socialistes, ajout�es aux convictions id�ologiques probables des dirigeants alg�riens, ont conduit, jusque-l�, l�Alg�rie officielle � pr�f�rer traiter avec un r�gime de droite, m�me si la population alg�rienne ici dans l�immigration, ou dans notre pays, a toujours eu le c�ur � gauche. C�est sous le gouvernement Chirac (grand ami de notre chef d�Etat) qu�un projet de trait� d�amiti� avec notre pays a �t� envisag� puis mis sous le coude. Avec l�arriv�e de Sarkozy au pouvoir, et � l�examen de toutes les d�clarations qu�il a eu � faire sur ce trait� et sur la repentance exig�e par l�Alg�rie, les relations avec l�Hexagone ne vont pas �tre tr�s faciles, tout au moins dans les premi�res ann�es du pouvoir Sarkozy. Ce dernier n�a jamais cach� son refus de tout pardon ou toute repentance, demand�e par l�Alg�rie � ses anciens colonisateurs. Le 7 f�vrier dernier � Toulon, fief des anciens d�Alg�rie, pieds-noirs et harkis, il a clam� avec force ses convictions sur ce sujet. Faisant un retour sur l�histoire, il explique : �La plupart de ceux qui partirent vers le Sud (entendez les colonies) n��taient ni des monstres ni des exploiteurs. Beaucoup mirent leur �nergie � construire des routes, des ponts, des �coles, des h�pitaux. Beaucoup s��puis�rent � cultiver un bout de terre que nul avant eux n�avait cultiv� Je veux dire � tous les adeptes de la repentance qui refont l�histoire et qui jugent les hommes d�hier sans se soucier des conditions dans lesquelles ils vivaient ni de ce qu�ils �prouvaient, je veux leur dire : de quel droit les jugez-vous ? Si la France a une dette morale, c�est d�abord envers eux. Aux enfants de harkis qui ont servi la France, qui ont d� fuir leur pays et que la France a si mal accueillis, je veux dire que si la France doit des excuses et des r�parations, c�est � eux qu�elle les doit...� Enfon�ant encore le clou, Sarkozy a adress� une lettre le 16 avril dernier � Denis Fadda, pr�sident du comit� du CLAN-R, une association de rapatri�s, proche de l�OAS, dans laquelle il d�clare, entre autres : �Souhaiter que les victimes fran�aises de cette guerre, jusqu�� l�ind�pendance et particuli�rement les victimes du 26 mars, se voient reconna�tre la qualit� de morts pour la France et que leurs noms figurent sur une st�le officielle, afin que personne n�oublie ces �pisodes douloureux.� Les �v�nements du 26 mars auxquels fait r�f�rence Sarkozy sont en l�occurrence la manifestation insurrectionnelle � l�appel de l�OAS, interdite par les autorit�s civiles et militaires fran�aises de l��poque. Mieux encore, Sarkozy poursuit plus loin : �La France doit leur en �tre et vous en �tre � jamais reconnaissante. Je le dis clairement ici. Je l�ai dit de la m�me mani�re en Alg�rie. Je le r�p�te, c�est par respect pour vous que je n�accepterai pas que la date officielle de la comm�moration des morts de la guerre d�Alg�rie soit celle d�un cessez-le-feu, qui de surcro�t n�a pas �t� respect�.� Ce n�est donc pas demain que Sarkozy se d�jugera, ni encore moins, comme le demande Abdelaziz Belkhadem dans son interview du 3 mai dernier, �se d�marquera des crimes de la France coloniale et� que cela soit �crit noir sur blanc.� M�me si la convenance diplomatique conduira, cela va de soi, la pr�sidence alg�rienne � se fendre d�un communiqu� officiel de f�licitations au nouveau pr�sident, il faudra en surveiller et la rapidit� et le contenu et observer surtout le ballet diplomatique qui suivra ou pas cette �lection.
K. B.-A.
Que va faire Sarkozy dans l'imm�diat ?
Dans une interview accord�e au quotidien Le Parisien et diffus�e vendredi sur Internet (la fin de campagne officielle ayant pris de court le journal), Nicolas Sarkozy annonce que pour porter la voix de la France � l�international, l�un de ses tout premiers voyages sera pour l'Afrique. �L'une de mes grandes ambitions sera l'Union m�diterran�enne, qui est un sujet capital. Le message de la France est capital. Il doit �tre port� sans agressivit� et sans complexe. Je veux une France qui ne transige pas sur ses valeurs et d�fende les droits universels.� Au plan interne et dans le domaine �conomique et social, le nouveau pr�sident envisage, d�ici l��t�, la possibilit� d�exon�rer de charges sociales et d�imp�ts les heures suppl�mentaires, de d�duire les int�r�ts des emprunts immobiliers, d��tablir des sanctions aggrav�es pour les multir�cidivistes et enfin de mettre en �uvre les dispositifs pour un service minimum dans les transports publics. La semaine qui suivra son �lection, il la consacrera, dit-il, � recevoir les partenaires sociaux pour pr�parer quatre grandes conf�rences nationales consacr�es � la d�mocratie sociale ; � la parit� des salaires hommes femmes, au contrat de travail unique et le pouvoir d�achat et les 35 heures. Par ailleurs, le nouveau pr�sident recevra les ONG en charge de l�environnement pour pr�parer pour l�automne �un Grenelle de l�environnement�. K. B.-A.
Le parcours du nouveau pr�sident fran�ais
N� le 28 janvier 1955 � Paris, fils d�immigr�s hongrois, ses parents arrivent en France, o� le p�re s�est d�abord engag� dans la l�gion �trang�re et �a fait ses classes en Alg�rie�. Le p�re de Sarkozy est naturalis� fran�ais en 1980, soit bien apr�s que le fils ne vienne � la politique. Nicolas Sarkozy est mari� et p�re de trois enfants. Sa femme, C�cilia, est l�ex-�pouse de Jacques Martin, l�ancien animateur TV. Nicolas Sarkozy obtient en 1978 une ma�trise de droit priv� ; en 1981, un Certificat d�aptitude � la profession d�avocat et un DEA en sciences politiques. Il a �t� ancien avocat au barreau de Paris. Son parcours conna�t une ascension fulgurante : il est maire de Neuilly � 28 ans, d�put� � 34 ans et ministre � 38 ans. Apr�s avoir �t� conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine en 1977, il occupe le poste de maire de cet arrondissement cossu de 1983 � 2002. D�put� des Hauts-de- Seine de 1988 � 2002, il se voit �lire pr�sident du Comit� d�partemental des Hauts-de-Seine en 2003, puis pr�sident du Conseil g�n�ral de ce m�me d�partement en 2004. Il a �t� � l�assaut du RPR, anc�tre de l�UMP, puis de ce dernier en occupant successivement le poste de secr�taire g�n�ral du RPR de 1988 � 1989 ; secr�taire g�n�ral adjoint en 1992 et 1993 ; membre du bureau politique en 1993 et pr�sident par int�rim du RPR d�avril � octobre 1999. En novembre 2004, il r�ussit � se faire �lire patron de l�UMP, poste qu�il occupe jusqu�� ce jour et qu�il a brigu� comme tremplin pour le propulser � la candidature pr�sidentielle. Au plan de ses fonctions gouvernementales, il a successivement occup� les postes de ministre du Budget (1993-1995) et de la Communication (1994- 1995), porte-parole du gouvernement (1993-1995), ministre de l�Int�rieur, de la S�curit� int�rieure et des Libert�s locales (2002- 2004), et enfin il retourne au minist�re de l�Int�rieur et de l�Am�nagement de l�int�rieur (2005) pour en prendre le portefeuille jusqu�en mars 2007, soit juste un mois avant le premier tour des �lections. K. B.-A.
Le gouvernement probable de Sarkozy
Au cours de sa campagne �lectorale, Nicolas Sarkozy a promis une �quipe serr�e de 15 ministres, sans pr�ciser cependant le nombre de secr�taires d�Etat. Il a promis aussi une parit� hommes femmes dans sa future �quipe. Pourra-t-il tenir ses engagement ? Les sp�culations sur son futur gouvernement vont bon train. Certains noms reviennent cependant plus que d�autres dans les m�dias :
Premier ministre : Fran�ois Fillon, Jean-Louis Borloo ou encore Mich�le-Alliot Marie
Int�rieur : Brice Hortefeux , Claude Gu�ant ou encore Patrick Devedjian
D�fense : Michel Barnier ou Claude Gu�ant
Affaires �trang�res : Mich�le-Alliot Marie ou Alain Jupp�
Emploi : Xavier Bertrand ou G�rard Larcher
Economie : Jean-Louis Borloo ; Pierre M�haignerie ou Christian Blanc
Education nationale : Yves Jego, Val�rie Pecresse ou encore Jean- Louis Borloo
Justice : Patrich Devedjian, Rachida Dati
Equipement - Transport : Eric Besson (transfuge du PS) ou Bernard Accoyer
Sant� : Roselyne Bachelot ou Val�rie Pecresse
Jeunesse et Sports : Laurent Vauquiez ou Rana Yade
Fonction publique : Eric Woerth ou Marc-Philippe Daubresse
Culture : Gilles de Robien ou Renaud Donnedieu de Vabres (le titulaire actuel)
D�veloppement durable : Nicolas Hulot ou Nathalie Kosciusko-Morizet
Immigration et Identit� nationale : Rachida Dati ou Fran�ois Baroin


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.